Eolien en mer : bras de fer entre le gouvernement et les élus et industriels Eco-construction | 14.06.18

Partager sur :
Eolien en mer : bras de fer entre le gouvernement et les élus et industriels
Dans la nuit du mardi 12 juin, l'Assemblée nationale s'est déclarée favorable à la possibilité d'annuler plusieurs projets de parcs éoliens en mer dans le cas où les renégociations sur les tarifs de rachat d'électricité n'aboutiraient pas. Une décision qui fait grincer des dents les élus et entreprises, qui ont profité des 5èmes assises nationales du Syndicat des énergies renouvelables pour lancer un appel au gouvernement. Explications.
La décision prise par les députés dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 a de quoi en dérouter plus d'un, tant la France est décriée pour son retard en matière d'énergies marines renouvelables (EMR). Et pourtant...

Dans le cadre de l'examen du projet de loi ''pour une relation de confiance avec le public'', l'Assemblée nationale a donné son accord pour qu'il soit possible d'annuler purement et simplement les six premiers projets de parcs éoliens en mer.

Ces derniers font en effet l'objet d'une renégociation des tarifs de rachat de l'électricité, accordés en 2012 et 2014 pour 180 à 230 euros par mégawattheure. Un prix jugé trop excessif pour les députés, favorables à l'arrêt des différents projets dans le cas où les pourparlers n'aboutiraient pas.

Une vague de protestations et de nombreuses incompréhensions

Il n'en fallait pas moins pour déclencher la colère de 70 élus et industriels, qui se sont regroupés lors des assises nationales du Syndicat des énergies renouvelables à Cherbourg pour alerter le gouvernement.

Daté du 12 juin, ce fameux « Appel de Cherbourg » rappelle que « plusieurs projets ont déjà été lancés », et que « des investissements considérables, humains comme financiers, ont déjà été réalisés ». « Grâce à ces projets, de nouveaux emplois non délocalisables ont été créés dans les régions littorales et de nombreux autres le seront une fois ces projets concrétisés », soulignent les signataires du document.

« Pourtant, aujourd'hui, un amendement examiné en Commission à l'Assemblée nationale envisage de pouvoir décider, sur certains sites, d'arrêter des projets issus d'appels d'offres attribués, ce qui briserait la dynamique de l'ensemble de la filière des énergies marines renouvelables », déplorent les acteurs engagés.

Derrière Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables, Benoît Arrivé, maire de Cherbourg en Cotentin, Jean-Louis Valentin, président de la Communauté d'agglomération Le Cotentin, Valérie Nouvel, vice-président du Département de la Manche, et Hubert Dejean de la Batie, vice-présidente de la Région Normandie, ont chacun co-signé l'appel. Figurent également de grands noms du BTP, dont Bouygues Travaux Publics, Engie, EDF Energies Nouvelles, ainsi que la quasi-totalité des régions impactées (Bretagne, Occitanie, PACA, etc.).

Le groupement rappelle enfin que le développement rapide des énergies marines renouvelables est indispensable « pour que la France accélère sa transition énergétique au service de la croissance économique ». Reste à savoir s'il parviendra à se faire entendre.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France

Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France

La semaine dernière, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) réclamait la mise en place d’un calendrier « lisible » des appels d’offres liés aux énergies marines, profitant ainsi du fort potentiel dont dispose la France. Le 21 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe a profité des Assises de la mer au Havre pour annoncer des initiatives censées combler une partie du retard de la France en matière d’énergies marines.
Le Syndicat des énergies renouvelables s’intéresse à l’éolien

Le Syndicat des énergies renouvelables s’intéresse à l’éolien

Pourquoi la France développe-t-elle l’énergie éolienne ? La croissance du parc éolien nécessite-elle de nouvelles centrales thermiques ? La construction des machines est-elle suffisamment réglementée ? Autant de questions, et bien plus, auxquelles le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a tenté de répondre à travers la nouvelle édition de son « Questions-réponses sur l’énergie éolienne terrestre en France ». L’occasion de faire le point sur le développement de la filière.
Efficacité énergétique : des objectifs toujours plus ambitieux pour l’Union européenne

Efficacité énergétique : des objectifs toujours plus ambitieux pour l’Union européenne

Le Parlement européen s’est prononcé favorable à un objectif visant à réduire la consommation d’énergie de l’UE de 0,8% par an de 2021 à 2030. En parallèle, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute de l’Union pourrait atteindre les 32% d’ici à douze ans. Le point sur les principales ambitions évoquées par les eurodéputés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter