Réseaux intelligents : 17 recommandations pour accélérer leur déploiement Eco-construction | 22.12.16

Partager sur :
Réseaux intelligents : 17 recommandations pour accélérer leur déploiement Batiweb
La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a indiqué, mercredi 21 décembre, avoir adressé 17 nouvelles recommandations aux opérateurs afin qu’ils accélèrent le développement des réseaux intelligents en France. L’objectif : faire passer les « smart grids » du stade d’expérimentation à celui de déploiement industriel dans tous les territoires.
La Commission de régulation de l’énergie, qui depuis 2010 accompagne le développement des réseaux intelligents (smart grids), a formulé de nouvelles recommandations pour « encadrer et encourager le développement des nouvelles technologies et des nouveaux services » ; « améliorer l’exploitation des réseaux publics d’électricité et de gaz naturel » ; et « augmenter la performance globale du système électrique ».

« L'objectif est de faire passer les smart grids du stade d'expérimentation à celui du déploiement industriel, en métropole comme dans les territoires non interconnectés aux réseaux nationaux », a indiqué le régulateur du marché énergétique dans un communiqué.

Pour rappel, les réseaux électriques intelligents combinent les technologies de l’énergie et du numérique. Ils permettent d’intégrer les énergies renouvelables et les véhicules électriques au système électrique, et de piloter la consommation, favorisant ainsi les économies d’énergie.

Les gestionnaires de réseaux et les opérateurs sollicités

Le gendarme de l’énergie a formulé 17 recommandations. Il s’est tout d’abord adressé aux gestionnaires de réseaux lauréats de l’appel à projets « Réseaux électriques intelligents » de la Nouvelle France Industrielle pour qu’ils présentent « l’ensemble des technologies et fonctionnalités qu’ils comptent mettre en œuvre ». Cela « stimulerait la recherche dans ce domaine et contribuerait ainsi à accélérer le déploiement des smart grids à une échelle industrielle ».

Les opérateurs sont eux appelés à organiser la gestion des différents réseaux d’énergie en fonction de leur complémentarité « par exemple en utilisant un excédent de production momentané d'énergie renouvelable pour alimenter un réseau de chauffage urbain ». « Cette approche dite « multi-énergies » ou « multi-fluides », qui tire profit de la synergie entre les réseaux, devrait améliorer l’efficacité de leur gestion et réduire ainsi la facture des consommateurs ».

Parmi les 17 nouvelles recommandations adressées par la CRE aux opérateurs figure aussi celle d'une meilleure coordination en matière de publication et d'exploitation des données de consommation, une question qualifiée de « fondamentale ». « Il s'agit de mettre à disposition des consommateurs, des collectivités locales et de l'ensemble des acteurs concernés, des données homogènes et cohérentes pour faciliter leur utilisation », explique-t-elle.

Et aussi…

Les recommandations ont aussi pour objectif de renforcer la stabilité du système électrique. Elle porte par ailleurs une attention tout particulière au développement des réseaux intelligents dans les zones insulaires, dites zones non interconnectées (ZNI), plus exposées au risque de défaillance du réseau électrique.

La CRE demande au gestionnaire de réseau, EDF SEI, « de lui communiquer les mesures prises pour renforcer la stabilité́ des systèmes électriques insulaires », et de l’informer « des avancées des projets de démonstrateurs tel que le stockage d’énergie ».

Le gendarme de l'énergie s'était déjà prononcé en 2014 et 2015 sur d'autres mesures jugées nécessaires pour développer les réseaux électriques intelligents en basse tension.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les entreprises n'innovent pas assez en matière de transition énergétique (Etude)  Batiweb

Les entreprises n'innovent pas assez en matière de transition énergétique (Etude)

Schneider Electric a interrogé près de 240 entreprises du monde entier afin d’évaluer leur comportement face à la grande mutation du secteur de l’énergie. Si 81% d’entre elles prévoient de mettre en œuvre, dans les deux ans à venir, des mesures pour renforcer leurs actions pour l’efficacité énergétique, 61% révèlent que leurs projets souffrent d’un manque de coordination des acteurs en interne. Elles sont par ailleurs peu nombreuses à innover en matière de gestion de l’énergie. Détails.
Bâtiment connecté, où en est-on ?  Batiweb

Bâtiment connecté, où en est-on ?

A l’occasion du Salon de l’Immobilier d’entreprise (SIMI) 2017, la Charte « Bâtiments connectés, bâtiments solidaires et humains » a été lancée. L’initiative, qui compte aujourd’hui 127 signataires, a défini un cadre de référence qui s’est concrétisé par la publication de référentiels techniques mais également par la mise en place de deux labels dédiés « Ready to Services » et « NF Habitat HQE » mention « bâtiment connecté ». Un an après le lancement de la démarche, où en est-on ?

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter