Un bâtiment de bureaux HQE anticipe sur la réglementation Eco-construction | 16.12.10

Partager sur :
Situé à Surgères et conçu par l'agence Sferi Architecture et Environnement, un nouveau bâtiment HQE doit accueillir des locaux commerciaux et des bureaux dès l’été 2011. Cette "boite" en béton recouverte de brique monomur et d'une ossature bois affiche des performances très satisfaisantes.
Un bâtiment HQE est actuellement en construction sur la commune de Surgères (17), à 30 min de La Rochelle. "La structure du bâtiment est en béton afin de servir de boite à inertie. Une peau extérieure en brique monomur enduite deux faces permet d’avoir une résistance thermique au delà de la réglementation actuelle", explique Julien Millet, de l'agence Sferi Architecture et Environnement, installée à Bessines (79), qui est maître d’œuvre et maître d’ouvrage sur ce projet.

Le rez-de-chaussée accueille des locaux commerciaux et le reste des niveaux sont occupés par des bureaux, ceux-ci étant modulables aux R+2 et R+3. "Les murs des bureaux aux R+2 et R+3 côté Nord et Sud sont en ossature bois. La couverture est de type bac acier avec un complexe auto porteur en structure bois isolé grâce à de la ouate de cellulose pour le RDC. Au R+2 nous sommes en toiture froide avec isolant pulsé en comble de 280 mm de ouate de cellulose et la couverture du R+3 est de type auto protégé avec une structure similaire au RDC", complète l'architecte.

Deux zones de terrasses viennent compléter l'ensemble, dont une végétalisée qui permet de réduire les échauffements du bâtiment. "Nous avons étudié le bâtiment de telle façon qu’il n’a pas besoin de climatisation en été et il s’auto-suffit quasiment en hiver, un appoint électrique étant prévu pour les deux semaines nécessaire dans l’année", précise Julien Millet.

Appel à projet Effinergie

Conçu par l'architecte Aude Simonneau, le bâtiment suit une démarche HQE ainsi qu’une Certification NF bâtiment tertiaire auprès de Certivéa. Il est aussi inscrit à l’appel à Projet Effinergie lancé par La Région Poitou Charentes en 2008.

Après différentes études, certains points ont concentré l'attention des concepteurs et bureaux d'études : traitement des ponts thermiques de l’enveloppe, étanchéité à l’air, ou encore adaptation des épaisseurs d’isolant afin d’optimiser le confort interne tout en limitant les consommations.

"Le bâtiment est en phase de construction depuis le 15 juin 2010, nous espérons une réception de l’ensemble du bâtiment pour l’été 2011"
, conclut Julien Millet.

Quelques chiffres :

Gain Cep/Cep réf = 147.62% (Sferi Architecture est le producteur d’énergie), calcul incluant les panneaux photovoltaïques.
Gain Ubât/Ubât réf = 39,24% (39.24% plus isolé que l’exigence de la réglementation actuelle, selon le cabinet d'architecture)

Laurent Perrin

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouveau logiciel de simulation du calcul thermique

Nouveau logiciel de simulation du calcul thermique

Développé et distribué par la société A.DOC, Cadsoft Thermix est un logiciel de simulation de calcul thermique destiné à générer rapidement et précisément des Diagnostics de Performance Energétique (DPE). Destiné à tous les professionnels de l'architecture et du bâtiment, y compris la construction à ossature bois, il peut être utilisé aussi bien de façon autonome ou intégrée à Cadsoft Envisioneer "Professionnel" ou "Construction Bois".
Les mineurs sous protection judiciaire ont un nouveau centre d'accueil parisien

Les mineurs sous protection judiciaire ont un nouveau centre d'accueil parisien

Après 15 mois de travaux, le nouveau centre d'accueil d'urgence est enfin prêt pour les mineurs sous protection judiciaire. Situé dans la ZAC Porte des Lilas, dans le 20e arrondissement de Paris, cette maison d'accueil de l'enfance remplace l'ancien établissement du 14e arrondissement devenu trop petit. Les architectes ont imaginé une fonction par étages à ce bâtiment, ainsi que des espaces récréatifs.
Matériau 100 % adapté à la RT 2012 : le monomur

Matériau 100 % adapté à la RT 2012 : le monomur

L’utilisation du monomur ne cesse de croître dans les constructions ces dernières années, au rythme de 2 % par an, surfant sur le Grenelle de l’environnement et la RT 2012. Le monomur se présente sous de multiples aspects, à commencer par la brique, le béton cellulaire et la pouzzolane (roche volcanique). Pour Pascal Deffaugt, maçon et président de la CAPEB Haute-Savoie, « le type de monomur est variable suivant le lieu de construction. Dans le Nord ou en Alsace, les réalisations se font en briques de façon séculaire tandis qu’en montagne, le bois est majoritaire ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter