Zéro rejet et économie circulaire sur les chantiers du Grand Paris Eco-construction | 06.06.19

Partager sur :
Les chantiers du Grand Paris sont nombreux, au point qu’il s’agisse probablement du plus grand chantier mondial actuel. Et la pression de 2024 les a accélérés, au point qu’on puisse craindre que les nuisances potentielles amènent à laisser sur le bord des chantiers les enjeux environnementaux. Mais ce n’est pas le cas et la centrale Unibéton qui alimente le chantier du T3C à partir de la future station Institut Gustave Roussy en est un bon exemple.

Un chantier gigantesque n’est jamais comparable à une paisible prairie, mais on y a aujourd’hui des attentes pas si éloignées que cela en matière de respect de l’environnement. Pour qui a déjà visité une centrale à béton, on a en mémoire un espace grisâtre et sale, avec de nombreux écoulements peu ragoutants.
 

 

Depuis la vague verte est passée par là aussi et les industriels sont gagnés par le respect (progressif) de l’environnement et font de plus en plus d’efforts. Les chantiers du Grand Paris arrivent au bon moment pour vérifier sur le terrain la réalité de ces efforts. Unibéton a convié des journalistes à visiter deux centrales à béton « nouvelle génération ».
 

 

Derrière l’institut Gustave Roussy, à Villejuif, s’ouvre le trou gigantesque de la future gare du T3C qui va voir se croiser les lignes 14 et 15 du nouveau métro. C’est le lieu stratégique choisi pour implanter une centrale mobile, qui restera là pendant toute la durée du chantier.
 


Une parcelle de 1500m2pour produire 400 m3/jour


Sur une implantation relativement petite, de 1 500 m2 au sol, l’industriel a réussi à faire tenir une grande capacité de production de béton, puisque ce sont en moyenne 400 m3 qui sortent chaque jour de la centrale.

Pour cela il faut une capacité de stockage importante et ses 8 cases accueillant chacune 150 tonnes de granulats. Les 4 silos à ciment sont d’une capacité respective  de 250 tonnes pour les deux premiers et de 100 tonnes pour les deux autres. Le malaxeur, élément central de la mini-usine,a une capacité de 2,7 M3 ce qui lui permet de tenir la cadence moyenne de 90 m3 à l’heure.
 

 

Grâce à ses capacités de stockage, la centrale peut produire de nombreuses formulations de bétons techniques. Jean-Paul Lucas, directeur région Unibéton Île-de-France, précise « Une quinzaine de formulations de bétons de génie civil a été élaborée, avec notamment pour les parois moulées, des bétons affichant une rhéologie de 8 heures. Le cahier des charges requérait que les caractéristiques du béton à l'état frais ne devaient pas être altérées pendant 8 heures, laps de temps correspondant au coulage du premier et dernier béton sur une même partie d'ouvrage, tous deux devant conserver le même comportement au durcissement. Autre formulation créée : un béton autoplaçant destiné à constituer la coque de la station Villejuif IGR. »
 


Une conception « Zéro déchet »


Au-delà de cette partie technique, qui est la raison d’être de la centrale, sa conception « zéro rejet » est intéressante. Le site a été conçu de telle façon que les eaux chargées ne puissent pas s’écouler à l’extérieur. Que ce soit l’eau des retours béton, les résidus de lavage des toupies ou des essieux des camions au moment où ils quittent le site, toutes les eaux polluées sont récupérées, retraitées et réemployées sur place.
 


Jean-Paul Lucas détaille le dispositif « Une vis à recycler et une laveuse ont été spécialement intégrées à l'installation de façon à traiter les eaux de lavage de la centrale et des camions ainsi que les retours béton : les granulats sont lavés dans des bacs puis réemployés en tant que graves sur le chantier ou réintroduits dans le process de fabrication. 

Les eaux chargées sont dirigées vers des bassins aériens agités et réutilisées  pour le lavage des camions et pour la production avec un contrôle des MES (matières en suspension).

Les eaux de ruissellement intègrent également ces bassins agités. »
 


Dernière précision, la centrale, développée avec SKAKO, peut être approvisionnée 24 heures sur 24, grâce à une gestion automatique des arrivées de ciment et de granulat. Cela permet aux camions de s’extraire du trafic francilien très important dans cette zone pendant la journée. Et incidemment, cela réduit les nuisances pour les riverains des voies d’accès. Le site n’étant pas directement entouré de lieux d’habitation ce trafic nocturne semble être la meilleure solution.

 


Régis Bourdot

Images© Régis Bourdot et Unibéton
 

 

Un nouveau malaxeur à deux arbres de 4,5 m3 pour les bétons prêts à l'emploi du Grand Paris Express


Cette visite était complétée par celle de la centrale d'Issy-les-Moulineaux ,installée le long de la Seine. Sur une surface beaucoup plus grande, 4 600 m2, on retrouve une grande partie de l’organisation « zéro rejet » de la centrale de Villejuif. Citons parmi les différences la présence de deux malaxeurs, dont un malaxeur discontinu à deux arbres d’une capacité de 4,5 m3. Il est équipé de convertisseurs de fréquences (une première en France !) qui optimisent son fonctionnement, en contrôlant la vitesse de malaxage et en empêchant notamment la formation de bulles d'air. Cela permet à la centrale de produire certains des bétons spéciaux nécessaires sur le chantier du Grand Paris.


Autre différence, les eaux chargées ne sont pas réintroduites dans la production mais filtrées dans une presse à boue afin de récupérer toutes les fines. Celles-ci, sous forme de galettes, sont ensuite envoyées chez Ciments Calcia à la cimenterie de Gargenville pour intégrer le process de fabrication.
 


Enfin, l’implantation en bord de Seine permet que 90 % de ses approvisionnements en matières premières (granulats et ciments) s'effectuent par voie fluviale, soit environ 450 000 tonnes par an, supprimant ainsi l'équivalent de 15 000 camions sur les routes.

Précisons que les quais sont rendus aux promeneurs le week-end, comme le négoce Point P que nous avons visité récemment.
 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Grand Paris Express : la future ligne 15 mise en service en 2030 sans La Défense ?

Grand Paris Express : la future ligne 15 mise en service en 2030 sans La Défense ?

Alors que le chantier de la station « La Défense » de la future ligne 15 se révèle plus compliqué que prévu, nécessitant 17 ans de travaux, le président de la Société du Grand Paris (SGP) annonce qu’un autre emplacement est à l’étude. Faute de quoi la nouvelle ligne du supermétro ouvrirait en 2030 sans desservir le quartier d’affaires de l’Ouest parisien.
Grand Paris Express : contrats en rafale pour LafargeHolcim

Grand Paris Express : contrats en rafale pour LafargeHolcim

110 millions d’euros : c’est le montant total que représentent les contrats remportés par LafargeHolcim dans le cadre du projet Grand Paris Express. Le groupe livrera ainsi plusieurs tonnes de ciment et de granulats visant à produire le béton prêt à l’emploi qui permettra de réaliser les nouvelles gares et voies ferrées nécessaires au futur super-métro.
Des artistes de renom pour habiller les gares du Grand Paris Express

Des artistes de renom pour habiller les gares du Grand Paris Express

Alors que la ligne 18 du Grand Paris Express vient tout juste d’être déclarée d’utilité publique, Philippe Yvin, président du directoire du Grand Paris, a rappelé ce mardi « la volonté d’avoir un projet artistique qui accompagne la création architecturale ». 37 équipes d’architectes internationaux auront ainsi la lourde tâche d’aménager les 68 gares du réseau. Le designer Patrick Jouin, quant à lui, sera en charge de la conception du mobilier.
Logement : pas de phénomène spéculatif dû au Grand Paris Express

Logement : pas de phénomène spéculatif dû au Grand Paris Express

Étudier l’impact du Grand Paris Express sur le marché immobilier : tel était l’objectif du partenariat mis en place par la Chambre des notaires de la capitale et la Société du Grand Paris (SGP), signé en juillet dernier. Dans la continuité de cette démarche, Philippe Yvin, président du directoire de la SGP, a annoncé ce dimanche qu’aucun phénomène spéculatif ne devrait apparaître autour des 68 nouvelles gares desservies par le réseau. Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter