Naissance de l’association France gaz renouvelables Evénements du bâtiment | 02.07.18

Partager sur :
L’AAMF, le TEE, la FNCCR, la FNSEA, FRANCE BIOMETHANE, les Chambres d’Agricultures France, le GRDF, et GRTgaz lancent « France gaz renouvelables ». L’association a but non lucratif, est ouverte à tous, professionnel et particulier. L’objectif, mobiliser un grand nombre et une grande diversité d’acteurs pour favoriser le développement du gaz renouvelable en France.
L’association France gaz renouvelables vise la création d’un écosystème au sein duquel le monde de l’énergie et le monde agricole seraient au service des territoires et de la transition énergétique.

L’idée est de fédérer les différentes initiatives liées à l’essor des gaz renouvelables. Pour ce faire, les 8 membres fondateurs comptent bien mobiliser un grand nombre et une grande diversité d’acteurs parmi lesquels des professionnels du monde agricole, des gestionnaires d’infrastructures, des industriels de l’énergie, des déchets et de l’eau, des développeurs de projets, des utilisateurs des gaz verts, ONG et société civile, etc.

L’ambition de l’association est de créer ainsi « une adhésion politique et sociétale d’envergure » qui dépendra du bon fonctionnement de cette communauté d’acteurs.

Une association pour développer le futur de l’énergie

Les gaz renouvelables, comme le biométhane, représentent des enjeux d’avenir pour l’agriculture, les territoires, l’énergie et le climat.

Ils contribuent également à l’économie circulaire pour les territoires en permettant le traitement et la valorisation des gisements agricoles et des déchets (ménagers, industriels, agroalimentaires) et en facilitant le développement d’une agriculture durable et pérenne économiquement.

Si l’association comporte aujourd’hui *8 membres, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), la branche des bioénergies, l’Association Française du Gaz (AFG), le Syndicat Professionnel des Entreprises Gazinières Non Nationalisées (SPEGNN) et Téréga (ancien TIGF, Total Infrastructure Gaz) ont manifesté un certain intérêt pour l’association France gaz renouvelable, « qui interviendra en pleine complémentarité de leurs actions ».

Une filière ambitieuse pour l’avenir

L’ensemble des partenaires de l’association considère possible de porter à 30% la part du gaz renouvelable en France en 2030.

Ils estiment que d’ici 2030, environ 50 000 exploitants agricoles pourraient porter des projets de méthanisation dans le but de gagner en compétitivité à travers un complément de revenu issu de la production d’énergie renouvelable.

Fin mai 2018, l’association France gaz renouvelables a dénombré 56 sites de production de biométhane raccordés aux réseaux gaziers, et plus 12 sites ont été mis en service depuis le début de l’année.

L’injection de biométhane dans les réseaux de gaz en France « est en forte progression. » En effet, en 2016 et 2017, celle-ci avait déjà doublé.

Pour ce qui est de l’année 2018, elle enregistre, en 5 mois, une progression de 67% par rapport à la même période l’année précédente, et atteint 254GWh. Aujourd’hui plus de 400 projets serait à l’étude, ce qui augmenterait la capacité d’injection à 8 655 GWh/an. « En complément du biométhane, le Power to gas et la gazéification assureront également très bientôt une contribution essentielle au développement des gaz renouvelables en France », conclut France gaz renouvelables.

*Les 8 membres fondateurs sont :
- L’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France (AAMF)
- Le Club Biogaz ATEE (Association Technique Energie Environnement)
- La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies
- La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles
- France Biométhane
- Chambres d’Agriculture France
- GRDF (Gaz réseau distribution France)
- GRTgaz


R.P
Photo de une : Compte Twitter @GazRenouvFrance
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit retrouver « sa grandeur »

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit retrouver « sa grandeur »

42 acteurs engagés en faveur de la transition énergétique ont co-signé ce jour un texte de soutien au développement d’un modèle français durable de production de gaz renouvelable. L’objectif, interpeler le Président de la République afin que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) considère davantage la méthanisation, une filière qui contribue à la préservation des ressources et à la lutte contre le changement climatique.
15 propositions pour accélérer le développement de la méthanisation

15 propositions pour accélérer le développement de la méthanisation

Le 1er février dernier, Sébastien Lecornu installait un groupe de travail sur la méthanisation. Ce lundi, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a dévoilé 15 propositions pour accélérer l’installation d’unités de méthanisation partout en France. Elles viennent s’ajouter aux dix conclusions présentées en janvier dernier par le groupe de travail éolien, dans le cadre du Plan de libération des énergies renouvelables. Précisions.
Une RE 2020 moins ambitieuse que l’expérimentation E+C- ?

Une RE 2020 moins ambitieuse que l’expérimentation E+C- ?

Dans un communiqué, Thierry Rieser, gérant du bureau d’études Enertech, s’inquiète des derniers arbitrages sur la future réglementation environnementale (RE 2020). Alors que l’expérimentation E+C- a permis de faire avancer les choses en matière de construction durable, il semblerait que les ambitions du Gouvernement soient revues à la baisse. Enertech appelle le secteur à agir pour que la dynamique de transition énergétique se poursuive. Le texte a d’ores et déjà été signé par de nombreux professionnels du bâtiment.
L’Europe doit être plus ambitieuse en matière d’énergies renouvelables (Etude)

L’Europe doit être plus ambitieuse en matière d’énergies renouvelables (Etude)

Une étude de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) estime que l’Union Européenne devrait être en mesure de porter à 34% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici à 2030, contre un objectif actuellement fixé à 27%. Principal élément d’explication, la baisse des coûts du photovoltaïque et de l’éolien. L’Irena appelle ainsi les Etats membres de l’UE à être plus ambitieux en matière d’énergies vertes.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter