15 propositions pour accélérer le développement de la méthanisation Eco-construction | 26.03.18

Partager sur :
15 propositions pour accélérer le développement de la méthanisation
Le 1er février dernier, Sébastien Lecornu installait un groupe de travail sur la méthanisation. Ce lundi, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a dévoilé 15 propositions pour accélérer l’installation d’unités de méthanisation partout en France. Elles viennent s’ajouter aux dix conclusions présentées en janvier dernier par le groupe de travail éolien, dans le cadre du Plan de libération des énergies renouvelables. Précisions.
Sébastien Lecornu a présenté ce jour les 15 conclusions du groupe de travail « méthanisation ». Elles viennent proposer « des nouveaux outils qui doivent permettre de développer des revenus complémentaires aux agriculteurs, de professionnaliser la filière et d’accélérer la réalisation des projets de méthanisation tout en faisant baisser les coûts de production du biogaz », a indiqué Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Pourquoi miser sur la méthanisation ? Elle présente de nombreux avantages parmi lesquels une diminution de la quantité de déchets organiques à traiter par d’autres filières et une réduction de gaz à effet de serre par substitution à l’usage d’énergies fossiles ou d’engrais chimiques.

La méthanisation est par ailleurs « une filière prometteuse qui crée de l’emploi, permet de verdir une partie du gaz que nous consommons et qui stabilise le revenu agricole », a déclaré M. Lecornu.

15 propositions pour développer la filière

Depuis son installation le 1er février 2018, le groupe de travail s’est réuni en commissions techniques pour approfondir les enjeux liés au développement de la méthanisation.

Ces rencontres ont permis la définition de 15 propositions qui s’articulent autour de trois axes prioritaires : donner aux agriculteurs les moyens de compléter leurs revenus ; professionnaliser la filière méthanisation ; et accélérer les projets de méthanisation.

Ces propositions ont vocation à « accélérer l’installation d’unités de méthanisation partout en France et répondre aux objectifs fixés par le Plan climat pour décarboner la production d’électricité », précise un communiqué.

Pour « donner aux agriculteurs les moyens de compléter leurs revenus », le groupe de travail propose le lancement d’un appel d’offres pour les projets de méthanisation avec injection atypiques, la mise en place d’un complément de rémunération pour les petites installations, un accès au crédit facilité pour la méthanisation agricole, la sortie du statut de déchets des digestats et la sécurisation de leur valorisation au sol, l’utilisation du bioGNV pour les engins agricoles et la décarbonisation du secteur des transports.

Pour « professionnaliser la filière méthanisation », le groupe de travail préconise de promouvoir les bonnes pratiques, de renforcer les démarches de qualité et de créer un portail de ressources sur la méthanisation.

Enfin, pour « accélérer les projets, faire baisser les coûts de production et développer une filière française », il est proposé de simplifier la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement, de créer un guichet unique méthanisation pour l’instruction des dossiers réglementaires, de simplifier la réglementation « loi sur l’eau », d’élargir les gisements pour la méthanisation, de généraliser la méthanisation des boues de grandes stations d’épuration et de créer un « droit à l’injection ».

Ces propositions viennent s’ajouter aux dix conclusions présentées en janvier dernier par le groupe de travail sur l’éolien, dans le cadre du Plan de libération des énergies renouvelables.

« Un groupe de travail sera lancé prochainement sur le solaire afin de poursuivre le développement de filières créatrices d’emplois durables dans les territoires », a détaillé Sébastien Lecornu.

Pour rappel, la loi de transition énergétique fixe l’objectif que 10% du gaz soit d’origine renouvelable en 2030 ce qui représenterait 12 millions de tonnes de CO2 par an évitées. L’hydrogène et la méthanisation à partir d’électricité renouvelable « pourront contribuer à cet objectif mais la contribution principale devrait être apportée par le biogaz », indique le ministère de la Transition écologique et solidaire.

A ce jour la France compte sur 405 installations de méthanisation, dont 230 à la ferme. En 2017, la puissance électrique des installations de méthanisation a connu une augmentation de 14% et la production de biométhane injectée dans les réseaux de gaz naturel a doublé.

R.C
Photo de une : Compte Twitter ©SebLecornu
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Mise en place du groupe de travail « solaire »

Mise en place du groupe de travail « solaire »

Sébastien Lecornu l’avait annoncé, c’est désormais acté ! Mercredi 18 avril, le secrétaire d’Etat à la transition écologique a présidé la réunion de lancement du groupe de travail chargé d’accélérer le développement du photovoltaïque. A cette occasion, il a annoncé les résultats de la 4e période de l’appel d’offres solaire sur bâtiments. Tous les détails.
L’Etat lance un groupe de travail « chaleur et froid renouvelables »

L’Etat lance un groupe de travail « chaleur et froid renouvelables »

Après avoir installé les groupes de travail « éolien » et « solaire », le Gouvernement annonce ce jour le lancement d’une nouvelle initiative visant à identifier et à lever les freins au développement de la filière française des réseaux de chaleur, une filière prometteuse qui permet de mobiliser « d’importants » gisements d’énergie renouvelable. Les premières propositions sont attendues en mai pour une annonce de mesures en juin, lors de la conclusion des échanges.
Transition énergétique : les conditions de la filière des énergies renouvelables

Transition énergétique : les conditions de la filière des énergies renouvelables

Suite à la consultation ouverte par le Ministère de l'Ecologie sur l'évolution des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables électriques, le syndicat des professionnels de l'énergie solaire et le syndicat de énergies renouvelables ont posé leurs conditions. Parmi celles-ci, la nécessité de conserver le mécanisme des tarifs d'achat avec obligation, la mise en oeuvre d'un cadre réglementaire simplifié et stabilisé et d'un plan de relance.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter