Le CITE transformé en prime? Une mesure trop coûteuse selon le gouvernement Législation et règlements | 14.09.18

Partager sur :
Nouveau coup dur pour le bâtiment : le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ne sera pas transformé en prime l’an prochain. La décision, confirmée ce vendredi par le gouvernement, advient quelques jours après le lancement de la campagne FAIRE visant à booster la rénovation énergétique. La FFB souligne ainsi une « incohérence » dans les discours. « Ce n’est pas un bon signal » envoyé aux particuliers, estime pour sa part la Capeb.
Au grand dam des acteurs du bâtiment, « la transformation du CITE en prime ne sera finalement pas mise en oeuvre en 2019 ». L’information a été confirmée à l’AFP ce vendredi par le ministère de la Transition écologique et solidaire, et vivement critiquée par le secteur.

Cette transformation dite « prime Hulot » avait été proposée dans le cadre du plan de rénovation énergétique. Elle visait à rendre le dispositif plus attrayant.

Lundi, François de Rugy, successeur de M. Hulot, avait évoqué une « période de Transition », et jeudi, le journal Les Echos annonçait un report, citant des sources proches du dossier.

« Après un examen approfondi, cette mesure est apparue coûteuse et complexe dans son déploiement: elle nécessiterait de créer une nouvelle structure à part entière et de recruter des centaines de personnes dédiées », explique le ministère, sans préciser si la prime existera un jour. « En 2019, le CITE restera néanmoins aussi intéressant que cette année (et) devrait représenter entre 900 millions et 1 milliard d'euros d'aide octroyée », ajoute-t-il.

« Un coup bas pour la rénovation énergétique ! »

L’annonce est venue confirmer les inquiétudes du secteur. Dans un communiqué, la FFB regrette le maintien d’un « CITE dégradé ». « Reconduire le CITE en l’état revient à entériner l’exclusion sans débats des fenêtres et chaudières à fioul ».

« Cette solution est inacceptable : sur un sujet aussi lourd, les seules préoccupations budgétaires l’emportent, sans débat. Une fois de plus, il y a un renoncement sur ce sujet. Nous ne pouvons laisser installer l’idée que le changement des fenêtres, tout particulièrement à simple vitrage, correspond à une coquetterie sans impact énergétique », déclare Jacques Chanut, président de la FFB.

Le syndicat professionnel signale aussi qu’une étude sur l’efficacité comparée des différents gestes de rénovation énergétique était attendue. L'étude « n’a jamais été communiquée et aucun dialogue n’a été engagé malgré les propositions de la profession ».

« La FFB demande le retour au CITE tel qu’il existait fin 2017 et la publication au plus vite du rapport CSTB/Ademe sur le sujet », poursuit M. Chanut.

De son côté, Patrick Liébus, président de la Capeb, estime que l’annonce « n’est pas un bon signal envoyé aux particuliers et risque d’être dommageable à l’activité du secteur du bâtiment. Il ne faudrait pas que s’ajoute à cela un nouveau coup de rabot sur le CITE, après celui de juillet dernier sur les menuiseries et les chaudières fioul ».

Pour pallier à ce report, la Capeb souhaiterait voir le gouvernement s’engager « à revenir sur les restrictions prises en 2018. Ceci afin d’engager une vraie dynamique en faveur de la rénovation ». La campagne FAIRE
« ne suffira pas, à elle seule, à rénover les 500 000 passoires thermiques par an ».

« Si les aides diminuent, les ménages ne pourront pas suivre. Quant aux entreprises, elles devraient alors faire face à un ralentissement de l’activité. Nous serons vigilants à ce que le projet de loi de finances 2019 aille dans le sens de la « mobilisation générale » promue par Monsieur de Rugy ce lundi », conclut M. Liébus.

R.C (avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

François de Rugy annonce un CITE réélargi aux fenêtres !

François de Rugy annonce un CITE réélargi aux fenêtres !

C’est une victoire pour les professionnels du bâtiment ! Lundi 17 décembre, c’est au micro d’Europe 1 que François de Rugy a annoncé que les fenêtres seraient bel et bien réintégrées dans le champ du CITE. Le ministre de la Transition énergétique et solidaire a promis un dispositif « plus efficace que par le passé ». Il s’agira de soutenir à hauteur de 100 € par fenêtre les ménages souhaitant passer du simple au double vitrage.
CITE : les députés disent « non » à la réintégration des fenêtres

CITE : les députés disent « non » à la réintégration des fenêtres

Dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de loi de finances pour 2019, les députés ont voté un amendement qui étend le CITE… mais sans aller jusqu’à le rétablir pour les menuiseries. Malgré la décision, pas question de baisser les bras. Marjolaine Meynier-Millefert, députée LREM et co-présidente du comité de pilotage du plan de rénovation énergétique des bâtiments, compte bien défendre la réintégration des fenêtres au dispositif en 2e lecture et au Sénat.
Emmanuel Macron aux 24 heures du bâtiment : des déclarations qui ne font pas l’unanimité

Emmanuel Macron aux 24 heures du bâtiment : des déclarations qui ne font pas l’unanimité

Vendredi dernier, Emmanuel Macron profitait des 24 heures du bâtiment de la FFB pour revenir sur les récentes annonces gouvernementales qui avaient tant inquiété les professionnel du secteur. Un discours qui se voulait rassurant, mais qui n’a pas totalement convaincu les organismes représentant les acteurs de la construction. Si l’enthousiasme est de mise chez la FFB, la Capeb, elle, se veut plus prudente.
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter