Menuiseries extérieures : 110 000 emplois directs menacés, selon l'UFME Législation et règlements | 16.12.10

Partager sur :
L'impact des nouvelles mesures envisagées par la Loi de Finance 2011 inquiète le premier syndicat des portes et des fenêtres multi-matériaux sur les 110 000 emplois directs qui concernent le secteur.

Conscient des enjeux d'une nouvelle diminution du dispositif de crédit d'impôt sur son secteur, l'UFME craint quant aux conséquences de telles mesures sur emploi français de la fenêtre. « Les entreprises qui vont bien voient leurs contributions fiscales augmenter. Les impacter douloureusement aujourd'hui reviendrait en quelque sorte à scier la branche sur laquelle on est assis » déclare Philippe Macquart, Délégué Général de l'UFME.

Selon l'étude sur le marché de la fenêtre en France en 2010 (réalisée par Batim'Etudes), le marché de la fenêtre en France est un marché important de plus de 12 millions d'unités représentant un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards d'euros HT par an et ce, sans intégrer les produits connexes que sont les ouvrants des façades vitrées, les volets et les portes d'entrée. Un marché qui repose, pour l'essentiel sur les artisans pour la mise en œuvre (plus de 40.000 artisans posent des fenêtres) et les PME françaises pour la fabrication (plus de 5000 fabricants de fenêtres en France).

Un marché qui repose, pour l'essentiel sur les artisans et les PME françaises

Le marché de la fenêtre présente des caractéristiques qui font de ce marché un cas unique et très porteur pour l'activité économique en France. D'une part, l'importation de fenêtres est excessivement faible, inférieure à 3% du marché. Cela s'explique par le fait que le produit est très différencié d'un pays à l'autre mais aussi parce qu'il est fabriqué sur mesure dans plus de 90% des cas. D'autre part, ce n'est pas un marché de type industriel puisque le 1er fabricant présent sur le marché français a une part de marché inférieure à 10% (Lapeyre). Ce n'est pas, non plus, un marché de bricolage en raison du niveau élevé de technicité de mise en œuvre du produit (plus de 90% des fenêtres sont posées par des professionnels).

« Les professionnels de la menuiserie extérieure nous expriment régulièrement leurs profondes inquiétudes quant à l'avenir de leurs sociétés face aux baisses successives du crédit d'impôt, vécues comme une menace forte sur l'emploi » précise Philippe Macquart. Ainsi un tiers de la valeur du marché de la fenêtre correspond à des emplois directs (3.25 milliards sur 10), emplois qui peuvent être estimés au nombre de 110 000. Chaque fois qu'il est fabriqué et posé 110 fenêtres en France, il est créé ou sauvegardé un emploi direct. « Nous ne sommes pas inquiets quant à la pérennité du dispositif de crédit d'impôt en lui-même (…), en revanche, ce potentiel nouveau coup de rabot sur le taux du dispositif retient toute notre attention » conclut Philippe Macquart.

Marché de la fenêtre en 2010 :

Marché annuel total : 10 milliards €
Dont pose
: 5 milliards €
Dont main d'oeuvre (française à 100%)
: 2 milliards €
Dont fabrication
: 5 Milliards €
Dont main d'oeuvre (française à 97%)
: 1.25 milliards
Dont achat
: 2.5 milliards €

Bruno Poulard

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les professionnels certifiés « Portes et fenêtres » listés sur Internet

Les professionnels certifiés « Portes et fenêtres » listés sur Internet

L’UFME, le syndicat professionnel des portes et des fenêtres multi-matériaux, propose depuis quelques mois, un site Internet dédié à la certification pose « Portes & Fenêtres ». Cette certification, lancée en mars dernier en partenariat avec Bureau Veritas Certification, permet d’attester des compétences de mise en oeuvre de l'entreprise de pose.
L'UFME, dix ans déjà...

L'UFME, dix ans déjà...

C'est un anniversaire en grande pompe que l'Union des fabricants de menuiseries (UFME) a célébré lors de son Assemblée Générale annuelle, qui se tenait la semaine dernière à la Tour Eiffel. L'occasion pour l'organisme de revenir sur les grandes évolutions du marché des portes et fenêtres au cours de la dernière décennie et de dresser le bilan de ses actions. L'événement a également été marqué par le départ de Patrick Bouvet, président du syndicat depuis 2014, qui a cédé sa place à Robert Dollat.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter