Quatre organisations en guerre contre le décret « logement décent » Législation et règlements | 10.10.17

Partager sur :
Quatre organisations en guerre contre le décret « logement décent » Batiweb
En mars dernier était publié au Journal Officiel le décret n°2017-312 précisant les caractéristiques d'un logement décent. De quoi déclencher la colère de quatre organisations (le réseau pour la transition énergétique Cler, la Fondation Abbé Pierre, France Nature Environnement et l'UFC-Que Choisir), qui déplorent l'absence de niveau de performance énergétique minimal et ont donc déposé un recours auprès du Conseil d'Etat.
D'après le décret n°2017-312 du 9 mars 2017, « le logement est ainsi qualifié d'énergétiquement décent pour des raisons intrinsèques à sa conception (étanchéité à l'air et aération correctes) et indépendamment de son mode d'occupation et du coût de l'énergie ».

Une définition qui n'a pas convaincu le réseau pour la transition énergétique Cler, la Fondation Abbé Pierre, France Nature Environnement et l'UFC-Que Choisi, qui se sont alliés pour déposer un recours auprès du Conseil d'Etat. Une initiative qui fait suite au courrier adressé en mai dernier au Premier ministre et qui demandait déjà le retrait du décret et sa « réécriture ».

Une situation préoccupante pour les locataires et les bailleurs

A l'origine, le fameux texte tant polémique « devait définir le critère de performance énergétique minimale à respecter pour qu'un logement mis en location soit considéré comme décent », comme le rappellent les quatre organisations. Le décret devait par ailleurs « fixer un calendrier de mise en œuvre échelonnée, garantissant une amélioration graduelle des logements visés ».

Autant d'engagements qui n'ont pas été respecté, d'après les auteurs du recours, qui estiment que cette disposition « se contente d'énumérer une série de caractéristiques floues, sans imposer de niveau de performance énergétique », « détournant l'esprit et l'ambition de la loi ».

Le Cler, la Fondation Abbé Pierre, France Nature Environnement et l'UFC-Que choisir jugent également que le texte ne sera pas en mesure de « protéger les locataires les plus défavorisés contre les factures exorbitantes et les risques qu'un logement mal isolé et mal chauffé fait peser sur leur santé ». Même chose pour les bailleurs, qui ne pourront pas déterminer si les travaux qu'ils engagent « seront de nature à rendre leur bien conforme à la loi ».

Sans surprise, les organisations ont appelé le Conseil d'Etat à « mettre fin à cette insécurité sociale et juridique inacceptable ». Reste à savoir si leur demande sera entendue et, surtout, si elle trouvera un dénouement à la hauteur de leurs espérances.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent Batiweb

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

Depuis la catastrophe de Marseille, la qualité de l'habitat est au centre de l’attention. Indécent, insalubre, indigne... tout est question de définition. C’est celle du logement « décent », contenue dans un décret datant de début 2017, que 4 associations avaient jugé « imprécise » et décidé de contester à travers un recours déposé fin 2017. La Cour d’Etat a fait savoir jeudi 20 décembre qu’elle avait rejeté ce recours. Retour sur une polémique.
Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »  Batiweb

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Le Conseil d’Etat a annulé lundi le décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires. Le texte, qui remonte à la fin du quinquennat Hollande, imposait des travaux avant le 1er janvier 2020 aux propriétaires de bâtiments à usage de bureaux, d’hôtels ou encore de commerces. Le ministère de la transition écologique et solidaire a justifié la décision expliquant que le projet de loi Elan couvrirait l’ensemble des objectifs du décret.
La Confédération nationale du logement inquiète au sujet des APL Batiweb

La Confédération nationale du logement inquiète au sujet des APL

En France, 15,5 milliards d’euros sont consacrés aux Aides personnalisées au logement (APL). Afin d’économiser 225 millions d’euros sur cette dépense, l’Etat propose un nouveau projet de décret visant à prendre en compte le patrimoine dans le calcul des APL. Face à cette mesure qui empêcherait de nombreux foyers de bénéficier d’une aide nécessaire, la CNL a fait part de ses inquiétudes, espérant faire reculer le Ministère du logement.
La loi sur la transition énergétique ajustée pour protéger le bâti non traditionnel Batiweb

La loi sur la transition énergétique ajustée pour protéger le bâti non traditionnel

En octobre dernier, l’Académie des beaux-arts faisait part de son inquiétude concernant le décret « Isolation par l’extérieur », craignant la « disparition lente » des constructions anciennes traditionnelles. Aujourd’hui, Ségolène Royal a tenu à rassurer les opposants audit décret à travers une lettre adressée à l’association Sites & Monuments et en modifiant la législation sur l’isolation par l’extérieur afin qu’elle ne s’applique pas au bâti traditionnel.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter