Les autorités financières veulent limiter les crédits immobiliers à 25 ans Législation | 13.12.19

Partager sur :
Face à l’explosion des demandes de crédits immobiliers, les autorités financières alertent sur les risques d’endettement des ménages. Rappelant aux banques leur rôle de garde-fou, le Haut Comité de Stabilité Financière (HCSF) leur demande de ne pas accorder de prêts dont le remboursement excéderait un tiers des revenus nets de l’emprunteur, et de limiter la durée des crédits immobiliers à 25 ans.

Alors que les conditions de crédits immobiliers sont toujours aussi favorables, avec des taux très bas situés autour d’1 %, les autorités financières ont émis leurs inquiétudes concernant l’endettement des ménages ce jeudi 12 décembre.

 

Des préconisations pour éviter le surendettement des ménages

 

Le Haut Comité de Stabilité Financière (HCSF) a recommandé aux banques de ne pas accorder de prêts dont le remboursement excèderait 33 % des revenus nets de l’emprunteur. Or, pour 28 % d’entre eux, la part de leur revenu consacré au remboursement de leur prêt dépasse 35 %.

 

Les autorités financières s’inquiètent également de l’allongement progressif des durées des crédits, alors que 5 % d’entre eux dépassent les 25 ans.

 

Dans ce contexte, le HCSF préconise aux banques de ne pas accorder de prêts dont le remboursement excéderait un tiers des revenus nets de l’emprunteur, et de ne pas octroyer de crédits immobiliers sur plus de 25 ans.

 

La fédération bancaire répond au Haut Comité de Stabilité Financière

 

La fédération bancaire a défendu les banques accusées de laxisme ce vendredi 13 décembre.

 

« La profession tient à rappeler que les banques pratiquent le crédit responsable, c'est-à-dire qu'elles prêtent selon des capacités de remboursement raisonnables et dans un souci de protection de leurs clients », a assuré la fédération bancaire dans un communiqué.

 

Elle a toutefois reconnu « la nécessité d'éviter tout surendettement ». « Le taux d'effort s'analyse au cas par cas, en fonction de la situation individuelle de l'emprunteur », souligne-t-elle.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

LCA-FFB déplore le durcissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers - Batiweb

LCA-FFB déplore le durcissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers

Ce jeudi 18 juin, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) réaffirmait l'importance de ne pas octroyer de crédits immobiliers dépassant 33 % des revenus nets des ménages, et de limiter leur durée à 25 ans. LCA-FFB a réagit dans la foulée, regrettant que les conditions d'octroi se soient durcies ces derniers mois, pénalisant de nombreux ménages et impactant les ventes de logements neufs, qui ont déjà brutalement chuté avec la crise liée au coronavirus.
Les taux d’intérêt des crédits immobiliers revus à la hausse en janvier - Batiweb

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers revus à la hausse en janvier

S’établissant péniblement à 1,43% en moyenne en décembre 2018, les taux des crédits immobiliers ont légèrement progressé en ce début d’année, atteignant 1,45%. L’observatoire Crédit Logement/CSA a en effet communiqué ce mercredi 6 février les derniers indicateurs relatifs au secteur, qui révèlent par ailleurs que les encours actuels ont dépassé les 1 000 milliards d’euros. Tous les chiffres.
Baisse des taux des crédits immobiliers en ce début d’année - Batiweb

Baisse des taux des crédits immobiliers en ce début d’année

Alors que les professionnels de l’immobilier s’attendaient plutôt à une légère hausse des taux des crédits, c’est l’effet inverse qui s’est produit en ce début d’année ! D’après l’observatoire Crédit Logement/CSA, ces derniers se sont établis à 1,49% en moyenne en janvier, contre 1,52% en décembre 2017. Une fois encore, l’ancien (1,51%) reste plus intéressant que le neuf (1,56%). Précisions.
Les primo-accédants toujours plus nombreux à se tourner vers l’ancien - Batiweb

Les primo-accédants toujours plus nombreux à se tourner vers l’ancien

Spécialiste du courtage en prêt immobilier, Cafpi est revenu ce 12 mars sur le profil des emprunteurs en ce début d’année. D’après la société, « les primo-accédants continuent de porter le marché », représentant 62% de la clientèle. En février, 80,14% d’entre eux choisissaient d’investir dans l’ancien, soit près de 4 points de plus que le mois précédent. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter