Crédit immobilier : les taux devraient encore baisser au deuxième semestre Vie des sociétés | 04.07.19

Partager sur :
Depuis deux ans, les taux de crédit immobilier battent des records, une tendance qui devrait se poursuivre cette année encore. En effet, les barèmes de crédit des taux négociés par Cafpi ont de nouveau baissé ce mois de juillet, affichant 0,9% sur 20 ans (contre 0,95% en juin). Ces taux « exceptionnels » dynamisent le marché et encouragent les ménages à investir. Les primo-accédants restent les principaux acquéreurs.

Le marché de l’immobilier se porte bien ! Dans un communiqué, la Fnaim prévoit une hausse de + 2,6% des ventes de logements anciens en 2019, à 990 000 unités. La raison ? Des conditions de crédit favorables et des taux d’emprunt très bas.

 

Les taux de crédit immobilier devraient d’ailleurs encore baisser au deuxième semestre. Pour le mois de juillet, les taux afficheraient 0,9% sur 20 ans, contre 0,95% en juin. « Les annonces de la BCE sur le maintien de ses taux directeurs à des niveaux bas permettent de pronostiquer une poursuite de la baisse des taux des crédits immobiliers. Nous pourrions encore perdre 0,10% d’ici la fin de l’année, pour atteindre les 0,8% sur 20 ans », indique Philippe Tabouret, directeur général adjoint de Cafpi.

 

Quelle répartition des acquéreurs immobiliers ?

 

Les primo-accédants restent les principaux acheteurs (65%). Suivent les accédants (19%) et les investisseurs locatifs (14%). Les 2% restants correspondent aux acquisitions d’une résidence secondaire ou d’un bien à usage professionnel, ou autre.

 

Les primo-accédants ont en moyenne 35 ans, 24% sont cadres et 77% sont en CDI. Ils se tournent majoritairement vers une maison (59%) et privilégient l’ancien (82%). « Si les taux bas ont ouvert le crédit à plus d’accédants, les banques continuent de jouer leur rôle de régulation du marché, en privilégiant les profils les plus intéressants », précise Philippe Tabouret.  

 

Le revenu annuel moyen par famille est passé de 43 700 € à 44 300 € (+ 1,6%). Quant aux montants empruntés, ils sont « en nette progression », passant de 218 300 € à 223 700 €. Même chose pour le taux d’apport moyen qui représente désormais 12,2% du montant emprunté contre 11,7%, six mois auparavant.

 

Ces conditions avantageuses poussent les primo-accédants à rallonger la durée de leur prêt. En moyenne, au 2e trimestre 2019, 73,2% des emprunteurs ont opté pour un achat sur 25 ans ou plus. Philippe Taboret commente : « La concurrence entre les banques et les taux très bas compensent la hausse des prix de l’immobilier en permettant aux ménages d’augmenter leur enveloppe budgétaire en empruntant sur des durées plus longues ».

 

Vous l’aurez donc compris, la période est « idéale » pour réaliser votre projet immobilier !

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Après une chute de 25% en 2012, le nombre de transactions progresse sur les six premiers mois de l'année, annonce le dernier baromètre de Century 21. Encouragé par une baisse des prix contenue à -2,6 % sur douze mois et soutenu par des taux d’intérêt historiquement bas, le marché fait l’objet d’un regain d’activité de +6,6 %.
Taux des crédits immobiliers : des prévisions toujours aussi favorables

Taux des crédits immobiliers : des prévisions toujours aussi favorables

La baisse des taux de crédits immobiliers se poursuit. Cafpi a encore enregistré un nouveau record ce mois-ci, avec 0,70% négocié sur 20 ans. Parallèlement, les demandes et les montants empruntés continuent d’augmenter. Et le dynamisme du marché de l’immobilier n’est pas prêt de s’arrêter, puisque les mesures annoncées par la Banque centrale européenne (BCE) devraient permettre de conserver des taux de crédit très bas au moins jusqu’au deuxième semestre 2020.
Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

En cette période de fin d’année, le Conseil supérieur du notariat a lui aussi dressé le bilan de 2018 pour le marché de l’immobilier ancien. Les hausses des taux d’intérêt des prêts et des prix des biens n’auront visiblement pas été sans conséquences. En effet, avec 956 000 ventes estimées sur les douze derniers mois à fin septembre 2018, le volume annuel ne progresse que de +0,8%. Bien que ces indicateurs ne soient pas définitifs, il semble peu probable que le million de transactions soit dépassé.
Bilan 2016 : l’immobilier ancien affiche des résultats exceptionnels

Bilan 2016 : l’immobilier ancien affiche des résultats exceptionnels

2016 fera-t-elle encore mieux que 2012 en terme de ventes sur le marché de l’immobilier ancien ? Possible, à en croire les professionnels du secteur. Il y a quatre ans, 834 000 transactions avaient été effectuées – un niveau spectaculaire jamais atteint… jusqu’à maintenant ! En effet, bien que les chiffres officiels de l’Insee et Notaires de France n’aient pas encore été communiqués, les économistes estiment à 840 000 le nombre de ventes de logements anciens en 2016.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter