Fermer

Ventilation des bâtiments : des scientifiques réclament de nouvelles normes

Près de 40 scientifiques du monde entier ont publié jeudi un texte dans la revue « Science », appelant à mettre en place de nouvelles normes pour améliorer la qualité de l'air intérieur (QAI) des bâtiments afin de lutter contre la propagation des virus et bactéries. Ils incitent notamment à développer de nouveaux systèmes de purification de l'air, et à mettre en place des « certificats de ventilation » pour valoriser les bonnes pratiques.
Publié le 17 mai 2021

Partager : 

Ventilation des bâtiments : des scientifiques réclament de nouvelles normes - Batiweb

Dans la revue Science, des scientifiques ont co-sginé un texte intitulé « A paradigm shift to combat indoor respiratory infection », réclamant la mise en place de normes de ventilation dans les bâtiments afin de limiter la propagation des maladies respiratoires qui se transmettent par voie aérienne, telles que le Covid-19.

 

Selon eux, les gouvernements se sont concentrés pendant des décennies sur la qualité des aliments et de l'eau, avec des tests de contrôles et des lois sur les eaux usées, mais très peu sur la qualité de l'air intérieur.

 

Ils notent que les ingénieurs et architectes travaillent de leur côté sur le confort thermique, les dépenses énergétiques, et autres performances des bâtiments, mais les scientifiques signataires estiment que la prévention des infections dans l'air a été « négligée ».

 

La seule règle mise en œuvre étant de permettre un renouvellement suffisant de l'air pour éviter des taux de CO2 trop élevés générés par la respiration des occupants.

 

Les scientifiques notent également que des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) existent pour la qualité de l'air intérieur concernant les produits chimiques, mais aucun pour lutter contre les virus et bactéries dont l'origine est la respiration humaine.

 

« Au 21e siècle, nous devons établir des fondations pour nous assurer que l'air dans nos bâtiments est propre (...) comme nous l'attendons de l'eau qui sort de notre robinet », expliquent-ils.

 

Développer de nouveaux systèmes et instaurer des normes

 

Pour remédier à cette impasse, les signataires proposent d'indiquer à la vue de tous les informations sur la qualité de l'air ambiant afin d'éveiller les consciences, et de mettre en place des « certificats de ventilation » qui seraient distribués pour encourager les bonnes pratiques.

 

Parmi les solutions avancées pour améliorer la qualité de l'air intérieur et limiter la propagation des virus et bactéries : la mise en place de filtres dans les systèmes de ventilation, de chauffage, et de climatisation, ou encore des purificateurs d'air portatifs. Les scientifiques suggèrent également une désinfection de l'air par des systèmes de lumière ultraviolette.

 

Ils précisent que des normes spécifiques devraient être établies en fonction des bâtiments et des activités qui s'y pratiquent (salles de sport, cinéma, restaurants, bureaux...).

 

Les signataires reconnaissent que ces mesures auront un coût, mais qui doit être comparé à celui entraîné par les épidémies, « qui peut être énorme », comme le montre encore la crise liée au Covid-19.

 

Ils estiment que ces investissements ne devraient pas faire augmenter les coûts de construction d'un bâtiment standard de plus de 1 %.

 

Claire Lemonnier (avec AFP)

Photo de une : Adobe Stock

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.