9 propositions pour améliorer la ventilation dans les logements neufs Immobilier | 15.09.20

Partager sur :
La journée du 16 septembre étant consacrée à la qualité de l'air, le Cerema rappelle ses derniers projets, et présente les résultats de son enquête « Ventil'acteur », qui s'est déroulée sur deux ans. L'objectif ? Mobiliser les acteurs de la filière pour améliorer la ventilation dans les logements neufs, alors que des dysfonctionnements sont constatés de manière récurrente par les professionnels. A l'issue de cette enquête, 9 axes prioritaires ont été identifiés.

Alors que nous passons 80 % de notre temps dans des bâtiments (logement, bureaux, écoles, centres commerciaux...), la qualité de l'air intérieur (QAI) a un impact important sur notre santé et notre bien-être (asthme, transmission des maladies virales...).

 

Cette qualité de l'air varie notamment en fonction des matériaux du bâtiment, du mobilier, et des produits d'entretien, qui émettent des polluants. Pour s'assurer du bon renouvellement de l'air, l'aération et la ventilation sont essentielles. Le Cerema rappelle qu'il est donc primordial de s'intéresser aux systèmes de ventilation et à leur entretien.

 

1 installation sur 2 serait non conforme

 

A travers le projet « Ventil'acteur », le Cerema souhaitait interroger et mobiliser les professionnels de la ventilation pour résoudre les dysfonctionnements constatés de manière récurrente dans les logements neufs. L'organisme a dans un premier temps lancé une première enquête en 2018, sous la forme d'un questionnaire en ligne, afin de recueillir l'avis et les recommandations des spécialistes.

 

Le constat que 50 % des systèmes de ventilation installés n'étaient pas conformes dans les logements neufs était partagé par une très grande majorité des répondants. Cette situation était considérée comme représentative de la réalité pour près de la moitié (48,4 %). Certains trouvaient même la situation « pire » (38,6 %), voire « bien pire » (9,8 %).

 

Un fait d'autant plus inquiétant que les bâtiments basse consommation (BBC), dont les parois sont particulièrement étanches, nécessitent une bonne ventilation pour le renouvellement de l'air.

 

Au mois de juillet, le Ministère de la Transition Ecologique a donc annoncé sa volonté de rendre obligatoire la vérification des installations de ventilation par un organisme tiers dans les bâtiments résidentiels neufs.

 

Dans ce questionnaire, le Cerema posait également des questions ouvertes sur les difficultés rencontrées et les propositions des professionnels, afin de mettre en évidence les axes prioritaires pour améliorer la qualité des installations de ventilation. 

 

Une meilleure formation et plus de contrôles

 

Sur les 38 propositions formulées par les professionnels, 9 ont été jugées prioritaires par le Cerema :

 

  • Instaurer une obligation de résultat avec contrôle par un organisme tiers, faisant l'objet d'un rapport ou d'une attestation, qui conditionnera la réception du chantier ;
  • Accompagner la montée en compétences des professionnels par la formation pratique et qualifiante ;
  • Mettre en place un système de reconnaissance des compétences liées à la ventilation par une certification ou une qualification. Et dans cette optique, élaborer un cahier des charges pour une qualification « ventilation » ;
  • Mettre en place une obligation d'entretien périodique du système de ventilation, et le tracer dans le carnet d'entretien du bâtiment, grâce à une rubrique dédiée à la ventilation ;
  • Améliorer la communication sur les enjeux de la ventilation, notamment auprès des usagers et des gestionnaires ;
  • Encourager la mention systématique dans les pièces contractuelles de la réalisation d'autocontrôles pour créer un automatisme de vérification chez les installateurs ;
  • Simplifier les protocoles de réception et homogénéiser les pratiques grâce à un référentiel unique ;
  • Renforcer les enseignements sur la ventilation dans les cursus de formation initiale qualifiante du génie climatique ; 
  • En formation initiale, créer une mention complémentaire « Installation de ventilation » adossée à une formation existante des métiers du génie climatique.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un MOOC manqué ? 7 de réédités ! - Batiweb

Un MOOC manqué ? 7 de réédités !

Si les salariés, et notamment les artisans du BTP reprennent le travail, certains souhaitent continuer à se former pour acquérir de nouvelles compétences et obtenir de nouveaux projets de construction et de rénovations grâce à cela. Comme promis au début du confinement, la plateforme MOOC Bâtiment durable réédite certaines de ses formations.
Pour le grand public, la qualité de l’air est encore une notion « un peu abstraite » - Batiweb

Pour le grand public, la qualité de l’air est encore une notion « un peu abstraite »

Les chiffres sont alarmants : on estime à 20 000 le nombre de décès directement liés à la qualité de l’air intérieur. Ainsi, alors que les spécialistes s’accordent à dire que l’air intérieur d’un logement peut être 8 à 9 fois plus pollué que l’air extérieur, la question de la qualité de l’air intérieur se présente comme un enjeu de santé publique. Quelles pistes d’amélioration doivent être envisagées ? Dans une étude, le Synasav formule ses propositions.
Keepéo dématérialise le Dossier des Ouvrages Exécutés (DOE) - Batiweb

Keepéo dématérialise le Dossier des Ouvrages Exécutés (DOE)

Lancée en mars dernier, la plateforme digitale Keepéo dématérialise et simplifie la réalisation de Dossiers des Ouvrages Exécutés (DOE), et les rend plus facilement accessible à tous les acteurs de la chaîne du bâtiment, de la conception à l'exploitation d'un bâtiment. Grâce à cette application, les informations sont stockées de manière sécurisée pendant 10 ans ou plus. Explications de Jean-Paul Galabert, Directeur marketing et commercial de Keepéo.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter