Une poignée de porte intérieure très simple et très rapide à poser

Nouveaux produits du BTP | 15.04.21
Partager sur :
Une poignée de porte intérieure très simple et très rapide à poser - Batiweb
Si pour les professionnels de la menuiserie, la pose d’une poignée de porte est en général un jeu d’enfant, il n’en est pas de même pour un particulier. Contraintes des entraxes, perçage, réglages sont des problèmes auxquels le particulier qui veut changer lui-même ses poignées est souvent confronté. EasyK apporte une solution simple à ces questions. Mais la poignée peut aussi présenter un intérêt pour le menuisier professionnel. Regardons ça de plus près.

Quel bricoleur n’a pas buté sur le problème du remplacement de poignées de porte en rénovation ? Une fois le produit acheté, il s’aperçoit que l’entraxe n’est pas le bon, qu’il faut repercer la porte, ou tout simplement que le montage est bien compliqué pour un accessoire d’apparence si courante et si banale.

 

Une invention en apparence très simple

L’originalité de la poignée Easy-K ne réside pas dans sa béquille, assez classique pour le modèle disponible, ni dans son mécanisme, tout aussi classique.

C’est son système de fixation, évitant les vis traversantes habituelles qui fait son originalité. Le carré de la poignée mâle est taraudé et le serrage se fait via une vis se situant côté « femelle » de la poignée. La poignée existe en version plaque ou rosace.

Dans  la version plaque le vissage de part et d’autre de la porte sert aussi à assurer le parallélisme des plaques pour les fixer. Il ne reste plus qu’à emboiter le cache du côté femelle, le fixer avec la vis pointeau et le tour est joué.

Le principe a été inventé en France et a reçu une médaille d’argent au Salon international des Inventions de Genève, en 2016. C'est un salon BtoB qui n’a que peu à voir avec le Concours Lépine.

 

Un montage, facile, mais aussi très rapide

C’est donc en quelques dizaines de secondes que la nouvelle poignée prend la place de l’ancienne. Et c’est cet aspect qui pourrait aussi convaincre les professionnels de l’adopter dans certains cas de figure. Il devient en effet sans risque d’en avoir quelques-unes à l’arrière de la camionnette. On peut comme cela dépanner un client en un instant, sans sortir d’outillage lourd, perceuse ou autre, puisqu’un simple tournevis cruciforme et une clé Allen suffisent.

Schéma de présentation poignée Easy K

D’autres usages professionnels

Autant il est évident que le produit est très séduisant pour le particulier, autant la question de son coût va être cruciale pour des applications professionnelles. Fabriquée en Europe, la poignée dégage une impression de robustesse qu’on ne retrouve pas toujours dans certaines productions d’origine asiatique. Mais cela à des conséquences sur le coût de revient pour des industriels tentés de l’adopter dans leur fabrication.

Un artisan devra y regarder à deux fois quand il réalise un chantier de rénovation type pavillon, où on peut avoir une dizaine de poignées à poser, voire plus. Gain de temps face à coût d’achat, et devant cette alternative, Franck Ludovici, P.D.G. de la société Easy-K, nous déclare que « le gain de temps est tel que l’opération est rentable pour un professionnel. Et il pose une poignée d’une excellente qualité, durable pour longtemps. » Il conseille donc aux artisans d’avoir toujours quelques poignées Easy-K en stock « C’est la certitude de toujours avoir une solution élégante et rapide à mettre en oeuvre chez un particulier… »

 

Un concept à développer

Pour l’instant il n’existe qu’un seul modèle de poignée, décliné dans une grande variété de couleurs et de finitions, visibles sur le site Easy-K.

Franck Ludovici annonce la sortie de deux autres modèles en 2021. Mais il vise aussi le marché des industriels, car le procédé breveté peut être exploité sous-licence  par un fabricant spécialisé qui souhaiterait développer une production de masse.

 

Où la trouver ?

On trouve le modèle actuel de la poignée bien sûr en GSB, chez Leroy-Merlin par exemple, sous la dénomination Meudon-k , ou chez Castorama sous la référence d’origine.

Elle devrait bien tôt être présente chez des distributeurs professionnels de quincaillerie, au delà des aléas commerciaux causés par la crise de la COVID-19.

Souhaitons à cette invention française, un développement important, car un simple essai suffit à se convaincre de la pertinence technique de cette nouveauté.

 

 

Régis Bourdot

 

Images © Franck Ludovici

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet