Hilti rachète la start-up Fieldwire

Numérique - BIM | 19.11.21
Partager sur :
Hilti rachète la start-up Fieldwire - Batiweb
Mercredi 16 novembre, Hilti, annonçait le rachat de la société technologique Fieldwire pour 300 millions de dollars. Avec cet investissement, le fabricant mondial d’outillage et de services tend à accompagner le développement de la plateforme développée par la start-up américaine, afin d’augmenter la productivité des chantiers.

« L'acquisition de Fieldwire va accélérer la capacité d'Hilti à offrir de la productivité à ses clients grâce à des solutions logicielles. Depuis que la digitalisation est devenue l'un des principaux moteurs de la productivité dans le secteur de la construction, Hilti a investi dans des solutions numériques destinées aux professionnels de la construction », se réjouit Christoph Loos, CEO du groupe Hilti.

Le fabricant mondial d’outillage électroportatif et de services destinés aux professionnels de la construction, du bâtiment et de l'industrie, annonçait ce mardi 16 novembre avoir conclu un accord pour acheter Fieldwire. Société de technologie de construction basée à San Francisco, son rachat s’est fait pour un montant approximatif de 300 millions de dollars. 

Une fusion qui ne devra changer l’équipe de Fieldwire, toujours dirigée par les deux fondateurs, Yves Frinault et Javed Singha, et devant même évoluer de manière significative dans le futur.  

La suite logique d’une collaboration fertile entre Hilti et Fieldwire


Le but d’un tel investissement ? Renforcer la plateforme de pointe pour la gestion des chantiers créée par Fieldwire. « Nous avons lancé Fieldwire pour aider les professionnels du bâtiment à donner plus de moyens à leurs équipes, à stimuler la productivité sur le terrain et à créer des entreprises plus fortes et plus rentables », raconte Yves Frinault, cofondateur et CEO de Fieldwire. 

Une productivité dans laquelle numérique peut indubitablement contribuer, comme le rappelle une étude d’IDC pour Oracle sur l’utilisation des données dans le secteur du BTP.

Depuis sa création en 2013, la plateforme Fieldwire alimente plus d’un million de chantiers dans le monde, utilisée notamment par les entreprises générales et des sous-traitants. Avec sa forte présence en Amérique du Nord, la start-up s’est étendue vers l’Asie-Pacifique ainsi qu’en Europe, où se trouve la maison mère de Hilti, née au Liechtenstein.

De quoi faciliter la collaboration entre Fieldwire et Hilti, qui a participé dès 2017 au tour de financement de série B de la solution digitale. Depuis, des relations de travail se sont forgées, au fil de conseils entre les deux entreprises.

Il faut dire que ce n’est pas le seul partenariat d’innovation dans lequel Hilti s’est investi, ayant lancé en 2020 un partenariat avec Ottobock, spécialiste des technologies médicales. Un an plus tard, les deux collaborateurs lancent « EXO-O1 », premier modèle d’exosquelette commercialisé par Hilti.


Virginie Kroun
Photo de Une : Hilti/Fieldwire
 

Virginie.kroun
filter_list

Sur le même sujet

Exosquelettes : Hilti noue un partenariat avec Ottobock - Batiweb

Exosquelettes : Hilti noue un partenariat avec Ottobock

Investi dans les technologies d'avenir pour le secteur du BTP, Hilti annonce avoir noué un partenariat avec Ottobock, spécialiste des technologies médicales, pour développer un tout nouvel exosquelette : « EXO-O1 », particulièrement utile pour les travaux répétitifs au-dessus des épaules, sera disponible début 2021. Précisions.
Le partage de ressources dans le BTP, une pratique peu courante mais au fort potentiel de développement - Batiweb

Le partage de ressources dans le BTP, une pratique peu courante mais au fort potentiel de développement

Missionné par le groupe d’assurance MMA, Kantar, spécialiste des études de marché, est allé à la rencontre des dirigeants de TPE afin de réaliser une vaste enquête portant sur les « pratiques collaboratives entre petites entreprises ». L’occasion de découvrir que si le prêt ou l’emprunt de ressources et d’équipements est encore peu développé en France, de plus en plus d’entreprises y pensent, et notamment dans le secteur du BTP.