1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement Vie des sociétés | 22.04.20

Partager sur :
Quel est l’impact de la crise liée au Covid-19 sur les projets immobiliers des Français ? SeLoger a mené son enquête le 7 avril auprès de 2 652 futurs acquéreurs ayant un projet dans les 12 mois à venir. Si les interrogés anticipent une baisse du pouvoir d’achat, des conditions d’octroi de prêt durcies et une potentielle remontée des taux, ils restent toutefois globalement confiants.

Le 7 avril dernier, nous avions publié les résultats d’une enquête menée fin mars par Drimkiz, montrant que certains Français étaient devenus plus attentistes, voire plus réticents à l’idée de s’engager dans un projet immobilier depuis le début de la crise liée au Covid-19. Parmi les plus méfiants, les jeunes de 25 à 34 ans, et les familles avec enfants. 

 

Les futurs acquéreurs restent optimistes

 

Selon une étude réalisée par SeLoger, via son Observatoire du Moral Immobilier, les chiffres seraient moins alarmants que prévu, malgré l'arrêt du marché immobilier pendant le confinement.

 

L’enquête, menée le 7 avril auprès de 2 652 futurs acquéreurs ayant un projet immobilier dans les 12 prochains mois, montre que 67 % des interrogés restent optimistes. Dans le détail, 52 %, soit plus d’une personne sur deux, compte reprendre son projet immobilier dès la fin du confinement, et 7 futurs acquéreurs sur 10 sont confiants dans l’aboutissement de leurs projets dans les six prochains mois.

 

« Pas d’immo-bashing ! Il n’y a que 2 % des candidats à l’acquisition qui abandonnent leur projet. Malgré le confinement, les futurs acquéreurs se montrent à date toujours aussi déterminés, (…) ils demeurent dans les starting-blocks pour une reprise dès le 11 mai », estime Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

 

Parmi les futurs acquéreurs qui ne pensent pas reprendre leurs projets dès la fin du confinement, 7 % repoussent au mois de juin, 11 % pendant l’été, 17 % en septembre, et 13 % reportent à l’année 2021.

 

Baisse du pouvoir d’achat, remontée des taux… les prévisions

 

Pour expliquer ces reports, on peut supposer des baisses de salaire liées au chômage partiel et des conditions d’octroi de prêts plus compliquées. 40 % des futurs acquéreurs pensent d’ailleurs que les conditions d’octroi devraient se durcir. Autre crainte : 1 personne interrogée sur 2 évoque une potentielle remontée des taux d’intérêt.

 

« Il ne faudrait pas que la parenthèse enchantée connue ces deux dernières années concernant l’obtention de taux ne vire au cauchemar et grippe le marché. Une remontée des taux aurait un impact certain sur le pouvoir d’achat et le moral des porteurs de projets », ajoute Séverine Amate.

 

Cependant, l’étude montre que si 58 % anticipent une baisse du pouvoir d’achat en France, seuls 26 % d’entre eux pensent être personnellement impactés. 

 

Vers une baisse des prix immobiliers ?

 

Enfin, si les interrogés anticipent une éventuelle remontée des taux, ils prévoient parallèlement une baisse des prix immobiliers. 55 % d’entre eux tablent sur une baisse en ce début avril, contre seulement 9 % fin février ! (soit 46 points de plus en quelques semaines). Cette baisse des prix laisserait d’ailleurs entrevoir de nouvelles opportunités d’achats pour 54 % des futurs acquéreurs.

 

Mais pour le moment, impossible de prédire l’évolution du marché immobilier ni de tirer de conclusions hâtives.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Immobilier : de plus en plus de femmes achètent seules - Batiweb

Immobilier : de plus en plus de femmes achètent seules

SeLoger et Empruntis se sont intéressés aux projets immobiliers des Françaises. Or, il apparaît que la part de femmes achetant seules est augmentation depuis quelques années, atteignant 45 % des dossiers « solo » en février 2021. Elles sont en revanche plus pessimistes que les hommes quant à l'obtention de leur prêt et la concrétisation de leur projet immobilier.
Le marché immobilier très résilient en 2020, malgré une année « chaotique » - Batiweb

Le marché immobilier très résilient en 2020, malgré une année « chaotique »

La Fnaim présentait ce mercredi 13 janvier le bilan du marché immobilier en 2020. Si le nombre de transactions a légèrement reculé, les prix restent à la hausse sur l'ensemble de la France. Pour Jean-Marc Torrollion, président de la fédération, le confinement a toutefois opéré des changements et dessine un « rééquilibrage territorial », qui pourrait faire baisser les prix dans les grandes villes.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.
Avec la crise, de nombreux Français se lancent seuls dans les travaux - Batiweb

Avec la crise, de nombreux Français se lancent seuls dans les travaux

Alors que les Français ont plus que jamais pris conscience de l'importance de se sentir bien chez eux avec la crise sanitaire et les différents confinements, « Permettez-moi de construire » a mené une enquête auprès de Français pour mieux cerner leurs envies de travaux. Il en ressort que nombre d'entre eux ont choisi de les réaliser eux-mêmes, avant tout pour des raisons budgétaires.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter