10 millions de tonnes de déchets traités en 2017 par LafargeHolcim Vie des sociétés | 29.03.18

Partager sur :
LafargeHolcim indique avoir traité 10 millions de tonnes de déchets en 2017, soit une hausse de 13% par rapport à 2016. Parmi les déchets valorisés grâce aux fours de production de ciment, on retrouve des pneus, des solvants ou encore des déchets de démolition. Le groupe indique également avoir mis en service trois nouvelles installations de traitement en Pologne, en Egypte et au Maroc.
Geocycle, l’activité de traitement des déchets de LafargeHolcim, a recyclé et valorisé 10 millions de tonnes de déchets en 2017, soit 13% de plus qu’en 2016. En Europe et en Amérique du Nord, la croissance de l’activité a principalement été portée par les déchets industriels alors que les déchets de biomasse issus de l’agriculture ont joué un rôle plus important en Afrique.

Les plus forts taux de croissance du traitement des ordures ménagères ont été observés en Asie et en Amérique latine « où les infrastructures de traitement sont encore en voie de développement et où les municipalités recherchent des solutions plus durables face à leur volume toujours croissant », précise le groupe.

Les volumes recyclés incluent des déchets d’origine industrielle et municipale, des solvants, des pneus et des huiles usagés, des sols pollués, des boues industrielles et d’épuration, ainsi que des déchets de démolition.

Des nouveaux sites de valorisation

« Chez LafargeHolcim, nous proposons des solutions qui permettent à la fois le recyclage et la valorisation des déchets. Nous avons le projet ambitieux de continuer à investir partout dans le monde, afin de fournir des solutions et des technologies de pointe à nos partenaires et contribuer à résoudre le problème mondial des déchets », déclare Jan Jenisch, Directeur général du groupe.

C’est d’ailleurs dans cette optique que LafargeHolcim a mis en service trois nouvelles installations de traitement de déchets à Kujawy (Pologne), El Sokhna (Egypte) et Oum Azza (Maroc).

Rappelons que le recyclage et la valorisation en cimenterie permettent de substituer l’utilisation de combustibles fossiles et de matières premières minérales par l’énergie et la matière contenus dans les déchets. Le procédé présente de nombreux avantages : c’est d’abord une alternative à l’enfouissement et aux décharges sauvages de déchets. Il contribue à la réduction des émissions de CO2 et ne produit aucun résidu.

Il joue ainsi « un rôle essentiel dans la résolution du problème sociétal de traitement des déchets tout en contribuant activement à une économie circulaire locale », conclut LafargeHolcim.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

50 mesures pour une économie 100% circulaire

50 mesures pour une économie 100% circulaire

Lors d’une visite de l’usine Seb en Mayenne, Edouard Philippe, Premier ministre, a présenté la feuille de route du Gouvernement pour une économie 100% circulaire. Fruit de plusieurs mois de concertation et d’élaboration, elle compte 50 mesures visant à mieux produire, mieux consommer et mieux gérer les déchets. Elle doit également permettre la « mobilisation de tous » pour répondre aux objectifs du Plan Climat.
Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation

Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation

Dans le cadre de la Feuille de route économie circulaire (FREC), quatorze organisations professionnelles des filières « Bâtiment » et « Déchets » s’étaient associées, en décembre 2018, pour plancher sur la question de la reprise des déchets du secteur et leur recyclage. Alors que les conclusions viennent d’être présentées, elles demandent à pouvoir « débattre sérieusement » avec le Gouvernement. Elles pointent en effet un manque de concertation.
Lafarge 360, ou le gros œuvre se met au vert !

Lafarge 360, ou le gros œuvre se met au vert !

Avec Lafarge360, Lafargeholcim France dévoile une stratégie ambitieuse, qui porte sur la fabrication des produits, ciments, granulats et bétons, et des services associés avec pour objectif de réduire l’empreinte carbone de ces composants essentiels du gros œuvre et des infrastructures. Le développement de l’expérimentation E+C- et l’arrivée prochaine de la réglementation environnementale RE2020 n’y sont pas étrangères.
Opération Démoclès : un an pour favoriser le recyclage des déchets du bâtiment...

Opération Démoclès : un an pour favoriser le recyclage des déchets du bâtiment...

Alors que dix millions de tonnes de déchets d’éléments de second œuvre sont chaque année issus de chantiers de démolition-rénovation, des organismes se mobilisent au sein d’un projet commun en vue de faire émerger une filière de recyclage appropriée, à coûts maîtrisés. Baptisé «Démoclès», ce dernier vient d'être lancé et s'échelonnera jusque fin 2015 à travers une dizaine de chantiers test et les recommandations de quatre groupes de travail.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter