2018, une année en or pour l'immobilier?

Vie des sociétés | 30.03.18
Partager sur :
2018, une année en or pour l'immobilier?  - Batiweb
Logic-immo.com vient de révéler les résultats de la 24e vague de l’Observatoire du Moral Immobilier, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année 2018 se présente plutôt bien voire très bien pour le secteur ! Le nombre de potentiels acheteurs s’élève en effet à 3,5 millions, soit 500 000 candidats à l’accession immobilière de plus qu’il y a un an. Les raisons de cet engouement ? Des taux d’intérêt toujours très attractifs et une nette amélioration de la situation financière des ménages.
Si l’on en croît les chiffres de la 24e vague de l’Observatoire du Moral Immobilier, l’année 2018 devrait être une année record pour le marché de l’immobilier français.

Le nombre d’acheteurs potentiels s’élève à 3,5 millions, soit 500 000 de plus qu’il y a un an. Le nombre de vendeurs reste quant à lui stable à 2 millions d’intentionnistes. « Ces chiffres mettent en évidence que la demande en forte progression entraîne un déséquilibre entre l’offre et la demande », indique Logic-immo.com.

Malgré ce déséquilibre, les acheteurs sont confiants et ne tablent pas sur une remontée des prix. En effet, « un bon tiers des candidats » ne croit pas en une hausse des prix, remarque Stéphanie Pécault, responsable des études chez Logic-Immo.com. Et « 54% des interrogés s’attendent plutôt à une stabilisation », ajoute-t-elle.

Un marché attrayant

Pourquoi tant d’optimisme ? 75% des futurs acquéreurs pensent que « c’est encore le moment d’acheter » et 78% s’accordent sur le fait que le niveau des taux d’intérêt reste « très attractif ».

Logic-Immo.com précise par ailleurs que 29% des acquéreurs ont constaté une amélioration de leur situation financière au cours de 6 derniers mois, « une première en 8 ans d’études de l’Observatoire du Moral Immobilier ». 21% des candidats à l’achat immobilier pensent en outre que le niveau de vie en France va dans l’ensemble s’améliorer !

Les « millennials » mènent la danse

« Le moral des acquéreurs est au beau fixe », se réjouit Stéphanie Pécault. « 2018 s’annonce comme une très bonne année pour le marché de l’immobilier. Mais en regardant dans le détail, il s’avère que l’optimisme est surtout porté par les acquéreurs de moins de 35 ans, ce que l’on appelle, la génération Millennials », constate-t-elle.

Les moins de 35 ans représentent en effet 40% des futurs acheteurs immobiliers en France. Leur discours est particulièrement positif : 88% des porteurs de projet d’achat de moins de 35 ans pensent que c’est le moment d’acheter (contre 67% pour les autres générations) ; 40% observent une embellie de leur situation contre 21% pour les autres populations d’acquéreurs immobiliers.

Estiment-ils pour autant que l’accession à la propriété est chose facile ? « 65% des moins de 35 ans pensent que le chemin vers l’accession est plus tortueux pour leur génération et 63% des autres générations d’acheteurs partagent ce ressenti. Cette perception est le fruit du fossé croissant entre les prix immobiliers et les revenus ainsi qu’une précarisation du marché du travail associé à celle des salaires », détaille Stéphanie Pécault.

Ancien vs neuf

Que recherchent les millennials ? L’ancien représente la moitié de leurs projets, 51% préfèrent un appartement, 43% souhaitent vivre en périphérie et 40% en centre-ville (contre 17% à la campagne).

85% se lancent dans l’achat de leur résidence principale et seuls 11% envisagent un investissement locatif. 66% des millennials se disent éligibles au PTZ et plus de la moitié achète un bien en-dessous de 200 000 euros.

S’ils sont 77% à privilégier leur téléphone portable pour rechercher leur futur bien, les millennials « ne font pas l’impasse sur l’humain ». 77% font appel aux conseils et avis de leur famille et 43% consultent également leurs amis dans le cadre de leur projet d’achat.

Fortement dépendants de leur crédit immobilier, ils ont recours aux banquiers ou gestionnaires de patrimoine (41%) en plus de agents immobiliers (58%). Ils constituent ainsi une cible privilégiée pour les professionnels immobiliers : 88% des interrogés affirment d’ailleurs que l’accompagnement d’un professionnel immobilier demeure essentiel pour la concrétisation de leur projet.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

58% des ménages français sont propriétaires de leur résidence principale  - Batiweb

58% des ménages français sont propriétaires de leur résidence principale

Une étude Insee révèle qu’entre 1968 et 2014, la part des ménages propriétaires de leur résidence principale en France métropolitaine est passée de 43% à 58%. Cette tendance haussière concerne particulièrement les ménages de plus de 60 ans et les plus aisés. La région Bretagne enregistre le pourcentage de propriétaires le plus élevé, avec des chiffres supérieurs ou égaux à 65%.
Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ? - Batiweb

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ?

L’activité du marché immobilier est restée au beau fixe avec 965000 ventes en 2018, soit une hausse de +0,3% par rapport à l’année précédente. Des chiffres positifs qui s’expliquent par des taux d’intérêt toujours historiquement bas. La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) souligne néanmoins qu’une baisse a été constatée en novembre 2018, et rappelle que la confiance des ménages reste un facteur décisif pour l’année à venir.
Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre - Batiweb

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre

Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.
Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique - Batiweb

Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique

Les prix des logements anciens ont poursuivi leur hausse ce dernier trimestre, selon les chiffres de l'Insee et des Notaires de France. Cette tendance s'est généralisée partout en France puisqu'avec +3,6 % d'augmentation, les prix de la province rattrapent ceux de l'Île-de-France (+3,9 %). A noter également : une hausse plus marquée pour les appartements que pour les maisons.