39% des artisans s’estiment en mauvaise santé (étude) Vie des sociétés | 16.05.18

Partager sur :
39% des artisans s’estiment en mauvaise santé (étude)
Si le bâtiment se porte mieux, l’état de santé des dirigeants d’entreprise artisanale s’est lui nettement détérioré en 2017. La 4e édition du baromètre ArtiSanté BTP dévoile en effet que 39% des artisans se déclarent en mauvaise santé. Parmi les causes évoquées, des rythmes de travail très intenses ou encore des charges administratives importantes. A cela s’ajoute « un suivi médical insuffisant », notamment chez les plus jeunes.
Ces trois dernières, la santé des artisans du BTP n’a cessé de se dégrader, et ce malgré un regain d’optimisme. Patrick Liébus, président de la Capeb, explique « Notre baromètre ArtiSanté met en évidence un phénomène de contre coup lié au redémarrage de l’activité dans le secteur du bâtiment. Il faut reconstituer la trésorerie et les marges ne sont pas significatives ».

Il se réfère également à « la difficulté de recrutement de personnel qualifié pour assurer les chantiers ». Conséquence, « les artisans sont stressés et surmenés, ce qui répercute sur leur vie personnelle et leur hygiène de vie ».

En 2017, ils sont ainsi 39% à s’estimer en mauvaise santé, contre 29% en 2016. Parmi eux, 68% disent souffrir de douleurs musculaires. A noter que ces dernières sont en constante baisse (-10%), « ce qui montre que les artisans adaptent de plus en plus leur manière de travailler afin de limiter les contraintes physiques ».


La fatigue (52%) et les troubles émotionnels sont également évoqués : 24% éprouvent de la nervosité, de l’irritabilité et des angoisses.

50 heures de travail hebdomadaire

Comment expliquer cette dégradation de l’état de santé des artisans ? Il y a tout d’abord l’intensification des rythmes de travail hebdomadaire : 63% des artisans travaillent plus de 50 heures par semaine dont 24% plus de 60 heures.

Le stress concerne 58% des interrogés qui pointent le poids des démarches administratives, la charge de travail, les contraintes de délais et le manque de repose. Ce stress impacte la qualité de sommeil des artisans et les expose à un « risque accru » d’épuisement professionnel. Ils sont d’ailleurs 37% à déclarer avoir subi ou frôle un burn-out.

« En plus du travail sur les chantiers, la charge administrative excessive pèse lourdement sur les artisans du BTP et occasionne un stress toxique. Il est urgent et essentiel d’alléger cet aspect de leur quotidien, au lieu de quoi, on veut leur imposer de nouvelles tâches telles que le prélèvement de l’impôt à la source », regrette Patrick Liébus. 

Le baromètre met également en avant « un suivi médical quasi inexistant » : seuls 13% des artisans sont suivis médicalement pour leur activité professionnels tandis que 51% consultent leur médecin à de très rares occasions, voire jamais. La principale raison évoquée étant le manque de temps (27%).

Et les congés dans tout cela ? 33% des artisans prennent au maximum 2 semaines de congés par an.

Les auteurs de l'étude, à savoir la Capeb, la CNATP et le pôle d’innovation Iris-St, estiment qu’un travail de sensibilisation doit être effectué auprès des artisans pour les inciter « à être davantage dans la prévention. Consulter régulièrement peut permettre, en effet, de détecter et de prendre en charge efficacement d’éventuelles pathologies ».

Patrick Liébus indique : « Nous défendons le principe d’un suivi régulier, annuel et pris en charge pour les chefs d’entreprise artisanale du bâtiment. Puisque le RSI est entré dans le régime général de sécurité sociale, la question doit être sérieusement étudiée. Les résultats inquiétants de ce baromètre doivent servir de base pour initier des actions en conséquence. »

« Cette étude doit être un déclic pour les pouvoirs publics afin qu’ils orientent leurs politiques vers un allègement notable de la charge administrative des petites entreprises », ajoute de son côté Françoise Despret, présidente de la Chambre nationale de l’artisanat, des travaux et paysagistes (CNATP).

R.C

Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Près d’un artisan sur trois ne se considère pas en bonne santé (Etude)

Près d’un artisan sur trois ne se considère pas en bonne santé (Etude)

Le 3e baromètre Arti Santé BTP, dédié à l’analyse des conditions de travail et de l’état de santé des artisans du bâtiment, n’est pas des plus rassurants. Alors que 60% des artisans déclarent travailler plus de 50 heures par semaine, ils sont toujours plus nombreux à se sentir fatigués (56%) voire stressés (58%). Parmi les facteurs de stress cités : le poids des démarches administratives ou encore le manque de visibilité sur l’avenir. Détails.
Fatigue et stress, le lot quotidien des artisans du bâtiment

Fatigue et stress, le lot quotidien des artisans du bâtiment

Un artisan du bâtiment sur deux est victime de fatigue et de stress au quotidien, selon la deuxième édition du baromètre Arti Santé BTP*, publiée par la Capeb, la Cnatp, et le pôle d’innovation IRIS-ST. Le sur-investissement est tel que les chefs d'entreprises sont proches de l'épuisement physique et mental. D'autant que près de la moitié dispose d'un suivi médical irrégulier voire inexistant.
La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

Publiée ce jour, la 5e édition de l’Observatoire national des formations à la prévention révèle qu’en 2016, une formation sur deux est liée à la prévention (49%). Si les chiffres sont encourageants, les auteurs de l’étude, notent un « écart significatif » entre la principale cause des accidents du travail et les thématiques suivies. Des leviers ont ainsi été identifiés pour améliorer le suivi et l’impact des formations auprès des artisans du BTP.
Les patrons de l'artisanat du bâtiment au bord de la crise de nerf

Les patrons de l'artisanat du bâtiment au bord de la crise de nerf

Rendu public ce mardi, le premier baromètre ARTI Santé BTP révèle que plus de la moitié des patrons des petites entreprises du bâtiment sont très régulièrement stressés. Parmi les facteurs générateurs d'anxiété comptent notamment le rythme de travail intense, la pression des délais, l'exigence mentale de l'activité, le sentiment d'isolement ou encore le sentiment d'insécurité.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter