BIM WORLD : Lafarge France présente ses objets BIM Vie des sociétés | 08.04.16

Partager sur :
Depuis décembre 2015, Lafarge met à disposition de tous les acteurs de la construction huit de ses produits et systèmes en version BIM. A l’occasion du salon BIM World 2016, Alain Birault, directeur prescription nationale, chargé du projet BIM chez Lafarge France, a présenté ces objets numérisés et est revenu sur le développement du BIM en France.
Alain Birault le rappelle : « On parle du BIM depuis quelques années déjà, pas depuis l’année dernière ». Ainsi chez Lafarge, le passage au digital s’est rapidement effectué.

Tout a commencé par l’intégration de puces RFID dans le béton, une initiative qui a permis au groupe de se plonger pleinement dans le numérique et de concrétiser peu à peu sa démarche BIM.

« Passer au BIM était « obligatoire » pour Lafarge. Obligatoire entre guillemet puisque ça ne l’est pas encore dans la réglementation française mais il fallait répondre aux demandes des prescripteurs et aux besoins des architectes, de l’ingénierie et des constructeurs », précise Alain Birault.

« Nous sommes présents sur l’ensemble de la chaîne de prescription et nous travaillons auprès des différents acteurs de la construction qui eux se sont mis au BIM. Il fallait pouvoir les accompagner et engager la démarche avec eux, sur une base concrète », ajoute-t-il.

En décembre 2015, Lafarge a ainsi développé huit objets numériques à savoir deux bétons de façades prêts à l’emploi isolants et structurels (Thermedia 0.6 et Thermedia 0.45), un béton autoplaçant Agilia architectural avec trois finitions lisse, colorée et/ou matricée, le procédé GBE (double mur en béton avec isolation thermique intégrée) et deux solutions de panneaux de bardage Ductal.

Une nouvelle façon de prescrire et de concevoir

« Il nous a fallu comprendre comment intégrer cette nouvelle façon de prescrire, de concevoir, de calculer, de réaliser mais aussi de gérer », explique M. Birault. « Ainsi, nous avons décidé de travailler sur le sujet de façon pragmatique, en nous faisant aider par des spécialistes, non seulement pour la création des objets, mais également pour leur diffusion », poursuit-il.

Lafarge France s’est alors tourné vers Polantis afin que la société, spécialisée dans la création de contenu 2D/3D et BIM, modélise les objets numériques et les intègre sur leur plateforme pluridisciplinaire.

« Le BIM sur la maquette numérique, c’est le moyen de faire passer des informations techniques et d’être au plus près des bailleurs et des promoteurs. Pour Lafarge, cette nouvelle manière de travailler et de créer des objets contribue à ce que les ouvrages à base de béton soient pris en compte », estime M. Birault.

Le BIM, une technologie accessible

Se lancer dans le BIM a été l’opportunité pour la société de démystifier la solution. « Lorsqu’on ne connaît pas, il y a des gens qui nous disent que c’est compliqué, et cela pour pouvoir vendre leurs services. Mais nous avons préféré comprendre par nous-mêmes. Un groupe de travail s’est créé au niveau national et également au niveau mondial, afin de travailler sur le sujet et de promouvoir les best practices du BIM ».

En France par exemple, dans le cadre du projet de modélisation des données du bâtiment, LafargeHolcim a internalisé les compétences en créant une cellule de spécialistes dédiée, une équipe qui devra relever le défi important que constitue cette digitalisation. « La France fait d’ailleurs figure de pays pilote à l’échelle du Groupe » explique Alain Birault. 

Du point de vue de la modélisation des objets, Alain Birault indique que « c’est finalement assez simple » puisqu’en général, les nombreuses caractéristiques des produits sont déjà prévues dans les logiciels, et de ce fait, il n’y a plus qu’à remplir les champs libres, indiquer des valeurs, et le tour est joué.

Standardiser pour développer le BIM

Le BIM présente de nombreux avantages comme « des échanges plus rapides et fiables des informations » et données techniques. Il permet de gagner du temps sur les chantiers et « de réduire les risques d’erreurs pour plus de qualité ». Les délais de traitement sont également plus courts et le coût global des projets est optimisé.

Mais si les avantages sont divers, Alain Birault souligne que l’absence d’une norme BIM freine le développement de la solution. « Il faut une standardisation de la représentation de ces objets. Il faut que l’on soit d’accord sur les caractéristiques et que l’on définisse un « dictionnaire », un langage commun ».

Pour autant, il n’était pas question pour Lafarge d’attendre cette standardisation. « On a préféré travailler en amont, même si tout n’est pas encore calé. Nous essayons d’être à la pointe de la numérisation et de la digitalisation. C’est dans notre ADN ».

Les projets de Lafarge ne s’arrêtent pas aux seuls objets BIM puisque l’objectif est maintenant « d’élargir la gamme de BPE numérisé, notamment en ce qui concerne les bétons horizontaux ».

« Après la construction durable et la performance énergétique, c’est au tour du BIM d’engager tous les acteurs de la construction. C’est très enrichissant », déclare Alain Birault. Mais si le BIM est souvent synonyme de qualité pour beaucoup, il rappelle « qu’il faut des hommes pour le mettre en œuvre ».

Rose Colombel
© Lafarge - Polantis (Mur sandwich isolant coulé en place)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Siniat succombe au BIM, « grosse innovation » du secteur de la construction - Batiweb

Siniat succombe au BIM, « grosse innovation » du secteur de la construction

Bien qu'aucune obligation légale n'existe sur le sujet, de plus en plus de projets de construction sont développés grâce au BIM (Building information modeling). Spécialisée dans les matériaux de construction sèche, l'entreprise Siniat a bien compris que l'avenir du BTP ne s'écrirait pas sans le BIM, et a donc tenu à développer une solution dédiée aux professionnels du plâtre et de l'isolation. Tous les détails.
Maison BBC Jambert-Lafarge - Episode 1 : les fondations (diaporama) - Batiweb

Maison BBC Jambert-Lafarge - Episode 1 : les fondations (diaporama)

Implantée en centre-ville d'Angers, la future « Maison BBC Jambert-Lafarge » développe une surface habitable de 108m². Un feuilleton en 7 épisodes sous forme de diaporama vous permettra de suivre la construction de cette maison en matériaux traditionnels. Aujourd’hui, l’épisode 1 dans lequel sont coulés les fondations avec le béton fibré autoplaçant Agilia Mi Fondations Métal.
Agilia® Sols A TOP, la nouvelle chape anhydrite sans pellicule de surface de Lafarge - Batiweb

Agilia® Sols A TOP, la nouvelle chape anhydrite sans pellicule de surface de Lafarge

Pour répondre au mieux aux besoins des professionnels et les seconder dans l'évolution de leurs métiers, Lafarge enrichit sa gamme de chapes fluides Le Système Sols d'une nouvelle référence : Agilia® Sols A TOP. Mortier fluide à base de sulfate de calcium pour la réalisation de chapes autonivelantes, Agilia® Sols A TOP est formulé pour éviter la formation de pellicule de surface et, ainsi, éviter d'avoir recours au ponçage. Livrée sur chantier par camion malaxeur, Agilia® Sols A TOP est mis en œuvre par un applicateur agréé Lafarge Bétons et dispose d'un Document Technique d'Application (DTA) délivré par le CSTB.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter