Fermer

Chute des mises en vente de logements collectifs neufs : les maires et les coûts de construction mis en cause

Publié le 16 septembre 2019

Partager : 

Les mises en ventes de logements neufs ont fortement accéléré leur chute ce dernier trimestre, confirmant la tendance engagée depuis deux ans. Une baisse de l’offre qui impacte aussi les ventes. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) accuse la timidité des élus à octroyer des permis de construire à l’approche des élections municipales, et met également en cause la hausse des coûts de construction.
Chute des mises en vente de logements collectifs neufs : les maires et les coûts de construction mis en cause - Batiweb

Le bilan trimestriel de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) n’est pas rassurant. Les mises en vente de logements neufs ont largement chuté ce trimestre, avec seulement 30 000 logements mis en vente, soit 10 000 de moins qu’un an auparavant.

 

Outre la baisse de l’offre, les ventes ont également diminué. Si les conditions d’emprunts sont actuellement très attractives, la réduction de l’offre conduit toutefois à une baisse des ventes. Ces dernières ont ainsi diminué d’environ 12,7%, à 38 500, parallèlement à une hausse de plus de 5 % des prix. 

 

Une baisse drastique des permis de construire

 

Les deux principales causes de cette baisse de l’offre selon la FPI ? La timidité des élus à octroyer des permis de construire à l’approche des élections municipales de 2020, et la hausse des coûts de construction.

 

« Nombre d’élus locaux, à l’approche des élections municipales, ne souhaitent pas accorder de permis de construire par crainte de l’impopularité et des recours. Ensuite, lorsque les permis de construire sont délivrés, les coûts de travaux trop élevés, la disponibilité de plus en plus réduite des entreprises du bâtiment ou encore les recours de voisinage, freinent les mises à l’offre de nouveaux logements », explique la fédération.

 

En chiffres, ce sont 40 000 permis de construire pour des logements collectifs en moins par rapport à il y a deux ans.

 

« Les périodes d'élections locales sont toujours sources des mêmes problèmes et des mêmes désordres », estime Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI, qui reproche « une attitude malthusienne de la part d'un grand nombre d'élus,(...) une attitude mêlée de craintes d'impopularité ».

 

Concernant la hausse des coûts des travaux, elle regrette que des projets soient « suspendus » par manque « d’intérêt économique », voire que des mises en chantier soient même annulées.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.