Coénove et l’AFHYPAC se rapprochent Vie des sociétés | 24.05.18

Partager sur :
Début mai, Coénove et l’Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible (AFHYPAC) ont annoncé avoir acté le principe d’une adhésion croisée. L’objectif, « amplifier la mobilisation en faveur de la mutation du gaz ». Il s’agira notamment de porter haut la voix du gaz renouvelable et de faire connaître toutes les potentialités de l’hydrogène.
Le gaz occupe une place importante dans le mix énergétique français : il couvre en effet près de 45% de la puissance nécessaire pour satisfaire les besoins du pays. Le rendre plus vert, représente ainsi un enjeu essentiel pour la mise en place d’un système énergétique plus durable.

Une étude de l’Ademe publiée en février dernier, montrait d’ailleurs qu’il était possible de couvrir 100% des besoins de gaz en 2050 par du gaz vert. « Les potentiels sont là, les filières sont prêtes à se mobiliser, il appartient aux pouvoirs publics d’exprimer clairement leur volonté de les accompagner dans la durée », souligne Coénove dans un communiqué.

C’est d’ailleurs pour amplifier la mobilisation en faveur de la mutation du gaz que l’association s’est rapprochée de l’AFHYPAC. Cette dernière promeut l’hydrogène comme une solution incontournable pour la réussite de la transition énergétique engagée en France.

« Si le développement de la méthanisation est bien la première pierre de l’édifice, le vecteur hydrogène a un rôle clé à jouer dans les années futures, soit directement dans les équipements, soit en étant injecté dans les réseaux de gaz, directement ou après méthanisation », explique Bernard Aulagne, président de Coénove.

Il faut dire que l’hydrogène permet de limiter le réchauffement climatique et de réduire les émissions de CO2. A travers ce rapprochement, les associations vont ainsi chercher à faire connaître toutes les potentialités de l’hydrogène qui a « un rôle majeur à jouer dans la transition énergétique, pour intégrer les énergies renouvelables et pour contribuer à la décarbonation de tous les secteurs : mobilité, industrie, bâtiment », déclare Philippe Boucly, président de l’AFHYPAC.

« Nous voulons promouvoir ces technologies de demain qui équiperont éco buildings et écoquartiers et permettront la réduction des émissions de gaz carbonique », conclut-il.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.
Lancement de VIG’HY, l’observatoire de l’Hydrogène en France

Lancement de VIG’HY, l’observatoire de l’Hydrogène en France

En juillet dernier, à l’occasion des « Journées Hydrogène dans les Territoires », l’AFHYPAC a annoncé le lancement de VIG’HY, une plateforme en ligne visant à cartographier les projets hydrogène déployés ou en cours de déploiement en France. L’objectif de cet observatoire est également de faire connaître la filière hydrogène française et de massifier les solutions proposées.
Coénove souhaite faire du gaz, « une énergie renouvelable à part entière »

Coénove souhaite faire du gaz, « une énergie renouvelable à part entière »

Créée en 2014, l’association Coénove réunit des acteurs clés de la filière gaz. A travers diverses études et interventions, ses membres apportent des solutions pour répondre aux défis de la transition énergétique. L’association défend notamment l’idée d’un mix énergétique complémentaire et rappelle que l’énergie gaz a vocation à devenir renouvelable. Bernard Aulagne, président de Coénove, fait le point sur les missions menées.
15 propositions pour accélérer le développement de la méthanisation

15 propositions pour accélérer le développement de la méthanisation

Le 1er février dernier, Sébastien Lecornu installait un groupe de travail sur la méthanisation. Ce lundi, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a dévoilé 15 propositions pour accélérer l’installation d’unités de méthanisation partout en France. Elles viennent s’ajouter aux dix conclusions présentées en janvier dernier par le groupe de travail éolien, dans le cadre du Plan de libération des énergies renouvelables. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter