Eolien en mer : EDF EN prend du retard Vie des sociétés | 22.11.16

Partager sur :
Dans un communiqué, EDF a annoncé que la mise en service de ses trois parcs éoliens au large des côtes françaises n’adviendra pas avant 2021-2022 alors que la date de lancement était initialement prévue pour 2020. En cause, les recours déposés par des associations anti-éolien et écologistes contre ces projets. Le jugement étant attendu pour 2017, EDF devra encore patienter pour décider du lancement des premiers investissements.
La filiale d’EDF dédiée aux énergies renouvelables, EDF EN, a indiqué ce mardi que la mise en service de ses trois parcs éoliens qu’elle développe au large des côtés françaises interviendra au plus tôt en 2021, du fait des recours déposés par des opposants à l’énergie éolienne et des écologistes.

Pour rappel, les projets concernés, attribués en 2012 à EDF lors d’un appel d’offres, sont celui d’une puissance de 498 MW au large de Fécamp (Seine-Maritime), un second de 480 MW au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et un troisième dans la Manche au niveau de Courseulles-sur-Mer (Calvados).

Bien que ces parcs aient obtenu cette année le feu vert par des préfectures concernées pour pouvoir lancer les chantiers, ces arrêtés préfectoraux ont été attaqués par des associations anti-éolien et écologistes, qui critiquent notamment l’impact visuel des éoliennes, leur impact sur le milieu marin et la sécurité des navires.

Une mise en service en 2021-2022

Les recours contre ces projets « font perdre encore une année supplémentaire (…). Les premières éoliennes pourront être en mer en 2020, et les parcs mis en service en 2021-2022 », a ainsi déclaré Béatrice Buffon, directrice générale adjointe d’EDF EN en charge des activités marines, lors d’une rencontre avec la presse.

« Il n’y aura rien avant 2020 », date initialement prévue pour la mise en service des parcs d’une capacité totale de plus de 1 400 mégawatts, a-t-elle ajouté.

Un jugement attendu pour 2017

La cour administrative d'appel de Nantes, seule compétente sur les recours concernant l'éolien en mer, a un an pour se prononcer. En conséquence, EDF « s'attend à avoir un jugement avant l'été 2017 ce qui nous permettrait une première décision d'investissement fin 2017 », a précisé Mme Buffon.

Malgré ce contretemps, EDF EN maintient son ambition dans les énergies marines électriques (éolien en mer posé, éolien flottant et hydrolien). Elles « font partie totalement de notre stratégie de développement dans le futur et si nous avons l'intention d'ajouter au portefeuille d'EDF 5 à 6 gigawatts (d'énergie renouvelables) dans les 10-15 ans qui viennent, il est évident que les énergies marines en feront jusqu'à 50% », a assuré Antoine Cahuzac, directeur général d'EDF EN.

Dans l’éolien flottant, un projet d’EDF EN au large de Fos-sur-Mer (Bouches du Rhône) a été lauréat d’un appel à projets début novembre. Il prévoit l’installation de trois éoliennes de 8 mégawatts, fournies par Siemens, et équipées de flotteurs développés par SBM Offshore et l’Institut IFP EN.

Outre la France et l'Europe, le groupe regarde aussi vers la Chine pour l'éolien en mer, où « des débuts de discussions » sont en cours, a indiqué M. Cahuzac.

R.C (Avec AFP)

Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’Europe engagée pour développer l’éolien en mer du Nord

L’Europe engagée pour développer l’éolien en mer du Nord

Neuf pays européens se sont engagés, lundi 6 juin, à renforcer leur coopération dans le domaine de l’énergie afin de développer l’éolien en mer du Nord. L’initiative répond à plusieurs objectifs et notamment celui de réduire les coûts des installations de production. Parmi les axes de travail retenus : une harmonisation des normes nationales, la mobilisation de capitaux d’investissement pour des projets communs ou encore le développement coordonné du réseau électrique.
Quel avenir pour l'éolien offshore en France ?

Quel avenir pour l'éolien offshore en France ?

Alors que se tiennent en ce moment à Saint-Nazaire les 10ème « Assises de l'économie de la Mer et du Littoral », rendez-vous des acteurs privés et institutionnels pour débattre de l'économie des filières de la mer, le SER organisait à Paris une conférence sur les enjeux actuels et à venir de l'éolien offshore et sa place dans la réussite de la transition énergétique avec de nombreux acteurs du secteur.
Eolien offshore : un objectif réaliste de 15.000 MW en 2030

Eolien offshore : un objectif réaliste de 15.000 MW en 2030

Dans une feuille de route pour l’éolien en mer, la commission éolienne du SER (Syndicat des énergies renouvelables) présente un objectif réaliste de 15.000 MW à l’horizon 2030 qui permettra de créer 30.000 emplois. Elle attire l’attention des Pouvoirs publics sur l’importance de fixer un objectif ambitieux à la filière pour lui permettre d’être compétitive sur le marché international.
Le groupe de travail pour l’éolien dresse un bilan positif

Le groupe de travail pour l’éolien dresse un bilan positif

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire et le Ministère des Armées ont présenté, ce jeudi 31 janvier, le bilan de la mise en œuvre des dix propositions du groupe de travail sur le développement de la filière éolienne. Parmi les mesures importantes : la réduction du délai de traitement du contentieux éolien terrestre, ou encore la libération de zones dédiées à l’entraînement au vol à basse altitude pour l’éolien. Le point sur les propositions adoptées et celles qui devraient bientôt l’être.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter