Erasmus+ soutient deux projets portés par le CCCA-BTP Vie des sociétés | 22.09.20

Partager sur :
Engagé dans la mobilité européenne des apprentis du BTP, le CCCA-BTP annonce que le programme européen Erasmus+ a sélectionné deux de ses nouveaux projets : « RenovUp » et « EasyECVET ». Ces derniers viseront à développer de nouvelles formations dans le domaine de la rénovation des bâtiments, et à internationaliser les compétences à l'échelle européenne grâce à des partenariats avec d'autres pays comme l'Espagne, l'Italie, la Grèce, la Pologne, la Belgique, le Danemark ou la Finlande.

Après avoir de nouveau reçu le soutien de l'Union européenne et une subvention de 800 000 euros pour son programme BTP Mobilité+, le CCCA-BTP annonce que deux de ses projets ont été sélectionnés par l'Agence Erasmus+ France / Education Formation, pour un co-financement européen. Il s'agit des projets « RenovUp » et « EasyECVET ».

 

Former les professionnels aux nouveaux enjeux de la rénovation

 

Le projet « RenovUp » vise à produire de nouveaux dispositifs de formation pour les responsables de chantiers et chefs d'équipe dans le cadre de chantiers de rénovation en Europe.

 

En effet, selon le CCCA-BTP, les dispositifs de formation actuels à destination des chefs de chantier et chefs d'équipe ne tiennent pas suffisamment compte des spécificités et des dernières évolutions et contraintes liées à la rénovation des bâtiments. Dans ce contexte, il devient nécessaire de revoir les formations pour mieux répondre aux attentes des PME en termes d'évolution des compétences.

 

« Ces professionnels ont un réel besoin d'être réorientés en termes d'objectifs, de contenus et de méthodes d'apprentissage », estime le comité pour l'apprentissage dans le BTP

 

Ce dernier s'est donc associé avec quatre partenaires européens, l'Italie, l'Espagne, la Grèce et la Pologne, « expérimentés et complémentaires dans les domaines de la conception et la mise en œuvre de dispositifs de professionnalisation destinés aux cadres, techniciens et ouvriers du bâtiment ». Ensemble, ils développeront de nouveaux dispositifs de formation plus spécifiques. 

 

Le projet prévoit notamment des formations en entreprise, complétées par des modules en centres de formation et en e-learning. Les formations en elles-mêmes seront supervisées et évaluées en continu par des groupes nationaux d'experts. En tout, six séminaires transnationaux seront organisés de les évaluer, apporter des modifications, puis les valider.

 

Ces nouvelles formations intégreront notamment des objectifs environnementaux, et de nouvelles normes de santé et de sécurité au travail sur les chantiers de rénovation. 

 

Ce programme se déroulera sur trois ans, du 1er septembre 2020 au 31 août 2023, et bénéficiera d'une subvention de 413 989 euros 

 

Internationaliser les compétences et favoriser la mobilité professionnelle

 

Le deuxième projet du CCCA-BTP soutenu par Erasmus+ s'intitule « EasyECVET » pour « European Credit System for Vocational Education and Training ». Ce système de points développé par l'Union européenne permet de dresser des équivalences de formations entre les différents pays européens. Le projet porté par le CCCA-BTP propose d'aller plus loin dans la reconnaissance mutuelle des acquis d'apprentissage à l'étranger, et de les intégrer dans les processus de certification nationaux comme les diplômes. L'organisme français travaillera cette fois-ci avec la Belgique, le Danemark, la Finlande et l'Espagne.

 

Concrètement, six réunions transnationales à vocation de « think tank » viseront à produire de nouveaux dispositifs, protocoles et outils nécessaires à la réalisation d'évaluations ECVET.

 

Une autre phase plus opérationnelle permettra de vérifier et tester ces outils sur le terrain. Les apprentis en mobilité et leurs maîtres d'apprentissage feront ainsi partie intégrante du projet.

 

Sur la même période de trois ans, ce second programme sera quant à lui doté d'une subvention de 105 778 euros. 

 

« La sélection de ces deux projets européens, dont la qualité a été saluée par l’agence Erasmus+ France / Éducation Formation, souligne une nouvelle fois l’expertise du CCCA-BTP en pédagogie de l’alternance et, plus largement, dans sa capacité à définir des stratégies d’ingénierie pédagogique. EasyECVET et RenovUp nous permettront également de renforcer les liens de coopération avec nos partenaires européens, notamment du réseau REFORME, et de développer l’internationalisation des compétences au sein des organismes de formation du BTP, qui est au cœur de notre stratégie de développement des compétences des jeunes, des formateurs et des entreprises. Avec ces deux projets, notre état d’esprit est bien de comparer et de confronter avec nos partenaires européens nos pratiques respectives, pour identifier et comprendre les situations et les besoins de chacun, mais aussi et surtout de collaborer pour co-construire ensemble et déployer des solutions et des dispositifs de formation innovants et immédiatement opérationnels, en parfaite adéquation avec les attentes des entreprises de notre secteur du BTP, de leurs salariés et des jeunes qui se forment à nos métiers », a réagi Eric Routier, président du CCCA-BTP.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le projet « BTP Mobilité+ » du CCCA-BTP de nouveau soutenu par l'UE - Batiweb

Le projet « BTP Mobilité+ » du CCCA-BTP de nouveau soutenu par l'UE

Depuis 2014, le CCCA-BTP travaille à développer la mobilité européenne des apprentis du BTP pour leur permettre de perfectionner leurs compétences à l'étranger et de gagner en employabilité. Cette année encore, le projet « BTP Mobilité+ » a reçu le soutien de l'Union européenne, à travers une subvention de 800 000 euros, qui permettra de financer la mobilité de 720 apprentis et formateurs sur deux ans.
En 2019, l'artisanat du bâtiment comptait 57 340 apprentis - Batiweb

En 2019, l'artisanat du bâtiment comptait 57 340 apprentis

Alors que l'apprentissage a redoré son blason, et est désormais considéré comme une voie royale vers l'emploi, l'Institut Supérieur des Métiers (ISM) et la MAAF publient leur dernier baromètre sur l'apprentissage dans l'artisanat pour l'année 2018/2019, soit avant l'arrivée de la crise liée au Covid-19. L'année passée, l'artisanat du bâtiment était encore particulièrement bien représenté, avec pas moins de 57 340 apprentis.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter