Femmes dans le BTP : les clichés ont la vie dure Vie des sociétés | 05.03.21

Partager sur :
A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, nous avons recueilli le témoignage de Virginie Jacquemin, aujourd'hui directrice adjointe de l'entreprise Vannson, filiale du groupe Livio spécialisée dans l'étanchéité des toitures plates. Si le BTP s'ouvre depuis quelques années de plus en plus aux femmes, Virginie Jacquemin reconnaît avoir fait face à certaines remarques et préjugés sexistes au début de sa carrière, et a dû s'imposer pour « trouver sa place ».

Aussi loin qu'elle s'en souvienne, Virginie Jacquemin, 41 ans, a toujours voulu « construire des maisons », « dès l'âge de 8 ou 9 ans », se rappelle-t-elle. En troisième, on lui propose un stage chez un architecte, puis chez un géomètre, mais ça n'est pas exactement ce qu'elle veut faire.

 

A la sortie du collège, elle décide de s'orienter vers un BEP « Construction topographique », puis quitte les Vosges pour Paris afin de faire un BTS « Economie de la construction » en alternance.

 

« Les femmes n'ont rien à faire dans le BTP »

 

Lorsqu'elle débute en tant que conductrice de travaux, Virginie doit affronter les remarques sexistes de certains hommes : « Les femmes, ça n'a rien à faire dans le bâtiment », lui dira le patron d'une entreprise au sein de laquelle elle postule. « Tu vas rester dans ton bureau et décrocher le téléphone », entend-elle également. Elle doit aussi faire face à certains clients, parfois déçus de se retrouver face à une femme, et qui réclament « un technicien ».

 

Pour illustrer ces préjugés, elle explique avoir participé à une courte vidéo intitulée « Les femmes n'ont rien à faire dans le BTP », disponible sur Youtube.

 

Au fil des années, et après près de 20 ans passés au sein du groupe Livio, Virginie Jacquemin reconnaît qu'elle ne subit plus vraiment ce type de réflexions, surtout parce qu'elle est désormais bien connue dans le métier. Mais elle concède qu'il a fallu « trouver sa place » et s'imposer, car manager des hommes un peu machos, « ça n'est pas toujours facile ».

 

Un secteur qui a évolué et offre de formidables opportunités professionnelles

 

Sur les 20 salariés, elle reste encore aujourd'hui la seule femme avec la comptable. « Cela s'ouvre quand même aux femmes », concède-t-elle, tout en regrettant de ne pas recevoir davantage de candidatures féminines, y compris parmi les stagiaires et apprentis. 

 

Hommes ou femmes, l'entreprise a globalement du mal à trouver des candidats : « On recrute, mais on ne trouve pas », s'inquiète-t-elle. Dans ce contexte, Virginie Jacquemin précise qu'elle a d'ailleurs participé à la campagne de communication « La construction, demain s'invente avec nous » du CCCA-BTP, et fait plusieurs interventions dans des collèges.

 

Mais, selon elle, le BTP fait encore face à de nombreux préjugés. Les conditions de travail seraient notamment perçues comme trop difficiles. Concernant la pénibilité, elle rappelle que le secteur a énormément évolué, avec moins de port de charges lourdes, beaucoup de prévention pour éviter les troubles musculo-squelettiques (TMS), notamment grâce aux exosquelettes, et à des formations. « Aujourd'hui on peut très bien avoir une bonne hygiène de vie en travaillant dans le BTP », estime-t-elle.

 

Autres clichés répandus : le secteur serait réservé aux personnes « nulles à l'école », et paierait mal. Or, selon elle, il offre au contraire de formidables opportunités professionnelles : « Je suis partie d'un BEP, et je suis devenue conductrice de travaux, puis directrice des travaux, et enfin directrice adjointe », témoigne-t-elle. « Si on est passionné, on peut tout à fait évoluer », résume-t-elle.

 

Et de conclure : « Le bâtiment est ouvert à tous, il faut tenter sa chance. Il y aura toujours des maisons à construire ou à rénover, des toit à changer, des fenêtres à remplacer... Il y a aura toujours des choses à faire ».

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Virginie Jacquemin

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pénibilité : Easy Fast 2019, la dernière solution de levage pour manutention de charges lourdes - Batiweb

Pénibilité : Easy Fast 2019, la dernière solution de levage pour manutention de charges lourdes

Manut-LM, spécialiste des solutions de levage pour la manutention de charges lourdes, dévoile sa dernière innovation. Il s’agit d’ « Easy Fast 2019 », un outil particulièrement adapté pour la charge de sacs de matériaux et plus largement pour le secteur du bâtiment. Ses atouts : un système de ventouse qui permet de relâcher sans aucun effort les charges aspirées, son nouveau carter en composite léger, et sa résistance dans le cas d’une utilisation en extérieur.
Les préjugés ont la vie dure concernant le BTP (enquête) - Batiweb

Les préjugés ont la vie dure concernant le BTP (enquête)

Alors que le secteur du bâtiment peine à recruter, le CCCA-BTP dévoile les résultats d’une étude menée par Ifop sur l’image que les Français ont du secteur. Cette enquête révèle que les Français ont globalement une bonne image du BTP, mais aussi que les préjugés ont la vie dure. Ainsi, 80 % des personnes interrogées pensent encore qu’il s’agit d’un milieu exclusivement masculin, et 89 % que les conditions de travail sont particulièrement pénibles. Le réseau d’apprentissage se félicite toutefois d’une hausse des effectifs d’apprentis dans les CFA.
Sensibiliser les apprentis du BTP à la prévention des risques - Batiweb

Sensibiliser les apprentis du BTP à la prévention des risques

La nouvelle campagne « 100 minutes pour la vie » organisée par l’OPPBTP en partenariat avec le CCCA-BTP et destinée à tous les CFA, veut sensibiliser les apprentis du bâtiment et des travaux publics aux risques de leurs métiers, dès le début de leur carrière, et faire de la prévention un réflexe.
L’innovation, un rouage essentiel à la formation des apprentis du BTP - Batiweb

L’innovation, un rouage essentiel à la formation des apprentis du BTP

Ce 15 janvier se tenait la première WinLab’ Conférence organisée par le réseau de l’apprentissage CCCA-BTP. L’organisme en a profité pour présenter les résultats d’une vaste étude intitulée "Les jeunes et l’innovation dans le BTP". Menée auprès de plus de 6 000 apprentis du secteur, l’enquête met en évidence leur appétence pour les nouvelles technologies (objets connectés, BIM, etc.), même si les compétences manuelles restent essentielles à l’exercice de leur fonction pour une majorité d’entre eux.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter