François de Rugy quitte ses fonctions de ministre de la Transition écologique et est remplacé par Elisabeth Borne Vie des sociétés | 16.07.19

Partager sur :
C’est sur Facebook que François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a fait savoir qu’il quittait ses fonctions, une démission acceptée par le Gouvernement. Rappelons que François de Rugy était, depuis une semaine, au cœur de la tourmente. Une enquête Mediapart pointait des dîners fastueux organisés lorsqu’il présidait l’Assemblée nationale ou encore des travaux dans son logement de fonction réalisés avec des fonds publics. Il est remplacé par Elisabeth Borne, ministre chargée des transports.

François de Rugy démissionne ! Dans un long message publié sur Facebook, le ministre dénonce un « lynchage médiatique ». « La volonté de nuire, de salir, de démolir, ne fait pas de doute. Je suis soumis à un feu roulant de questions nouvelles et contraint de parer sans cesse à de nouvelles attaques ».

 

La semaine dernière, Mediapart publiait une enquête intitulée « La vie de château sur fonds publics des époux de Rugy ». Étaient dénoncés des diners fastueux entre 2017 et 2018 « aux frais de la République, des agapes entre amis dignes de grands dîners d’Etat ». Le ministre s’était alors défendu via un communiqué. Y était expliqué qu’une part « importante de la fonction de président de l’Assemblée nationale consiste à un travail de représentation (…). François de Rugy a ainsi été amené à être invité ou à recevoir (…) suivant un certain niveau de prestation, propre à la tradition de l’Assemblée nationale et de son personnel ».

 

Mediapart accusait également le ministre d’avoir effectué des travaux de rénovation dans son appartement parisien avec l’argent du contribuable. Dans sa réponse au site d’actualité, il souligne le caractère « vétuste » de l’immeuble qui avait été rénové pour la dernière fois il y a 16 ans. « Le choix des entreprises pour la réalisation de ces travaux a été fait par les services du ministère en charge de la gestion de son parc immobilier, qui ont privilégié des prestations habituels », précisait-il. Il soulignait cependant qu’afin « d’en limiter les coûts, j’ai donné pour instruction de solliciter systématiquement plusieurs devis, auprès de plusieurs prestataires ».

 

Quelques jours plus tard, Mediapart revenait à l’assaut. En ligne de mire, l’appartement que loue le ministre à Orvault, près de Nantes, depuis trois ans. « Mediapart affirme qu’il s’agit d’un « logement à loyer social préférentiel » en s’appuyant sur certains témoignages. Cette information, si elle est avérée, je n’en ai moi-même jamais eu connaissance », assurait-il.

 

Le site accusait aussi Nicole Klein, ex-directrice de cabinet du ministre, d’avoir conservé pendant douze ans un logement HLM, sans y habiter. Limogée de ses fonctions, elle estime que François de Rugy a « voulu sauver sa tête en offrant la mienne ».

 

Qui viendra remplacer François de Rugy ?

 

Dans son message, François de Rugy annonce avoir déposé une plainte pénale en diffamation. Il déclare également être « trop attaché à l’écologie à laquelle j’ai consacré tout mon engagement militant, pour accepter que notre action écologique soit affaiblie par des mises en cause personnelles incessantes. En ces moments douloureux, je conserve la fierté des actions entreprises avec le soutien de la majorité parlementaire pour mettre en œuvre des transformations importantes pour le climat, l’énergie, l’eau, la lutte contre le gaspillage et la biodiversité ». 

 

Rappelons que François de Rugy devait défendre ce jour, devant le Sénat, le projet de loi énergie-climat, un texte qui décrète « l’urgence climatique » mais qui manque encore d’ambition selon les organisations environnementales. Il devait également se présenter à l’Assemblée pour la séance de Questions au gouvernement.  

 

Sa démission advient alors même que le Gouvernement a placé la transition écologique au cœur de l’acte II du quinquennat. A noter également que François de Rugy n’aura occupé ses fonctions que pendant 11 mois. Son prédécesseur, Nicolas Hulot, avait lui aussi démissionné de ses fonctions !

 

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire

Si nous avions attendu quinze jours pour connaître le nom du successeur de Nicolas Hulot, le Gouvernement s'est cette fois empressé de désigner son nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire.  

Hier dans la soirée, Elisabeth Borne, ministre des Transports depuis mai 2017, a été nommée. Elle assumera ses nouvelles fonctions dès aujourd'hui, en plus de celles liées aux transports. La passation de pouvoir aura lieu ce mercredi 17 juillet à 14h, juste après le Conseil des ministres. 

Sur Twitter, elle s'est déclaré : « La confiance que m'accordent le Président de la République et le Premier ministre est un immense honneur. Déterminée à poursuivre ce combat essentiel qu'est la transition écologique et solidaire. Au travail dès demain avec Brune Poirson et Emmanuelle Wargon ! »

 

R.C
Photo de une : ©Bruno Perroud

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’exploitation des hydrocarbures prendra fin en 2040

L’exploitation des hydrocarbures prendra fin en 2040

Il y a une semaine, la Banque mondiale annonçait qu’elle arrêterait de financer les industries gazières et pétrolières en 2019. C’est aujourd’hui au tour de la France de tourner le dos aux énergies fossiles, avec l’adoption définitive du projet de loi sur la fin de l’exploitation des hydrocarbures. Le texte interdit l’attribution de nouveaux permis de recherche et limite le renouvellement des concessions existantes à 2040. Les détails.
Selon Alain Dinin (Nexity), le projet de loi Elan ne relancera pas l’offre

Selon Alain Dinin (Nexity), le projet de loi Elan ne relancera pas l’offre

C’est une évidence : le projet de loi Elan, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, ne convainc pas. S’il doit venir libérer la construction, nombreux sont les acteurs du secteur à craindre que certaines mesures soient « contre-productives ». Ce vendredi, Alain Dinin, PDG de Nexity a même estimé que le projet ne relancera pas l’offre immobilière.
Projet de loi Énergie-Climat : les principales mesures pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Projet de loi Énergie-Climat : les principales mesures pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Le projet de loi Énergie-Climat a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale. 248 amendements sont venus enrichir le texte qui doit contribuer à l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone pour 2050. Déploiement des énergies renouvelables, renforcement de la lutte contre les passoires thermiques, maîtrise du prix de l’énergie… Découvrez les principales mesures.
Remaniement ministériel : François de Rugy reprend les rênes de la Transition écologique et solidaire

Remaniement ministériel : François de Rugy reprend les rênes de la Transition écologique et solidaire

Une semaine après la démission de Nicolas Hulot, le Président de la République a annoncé ce 4 septembre l’arrivée de François de Rugy au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire. Président de l’Assemblée nationale depuis le 27 juin 2017, ce dernier semble plus que légitime dans cette nouvelle fonction, étant lui-même à l’origine de la création du Parti écologiste en 2015. Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter