Immobilier ancien : le marché toujours dynamique, malgré un certain ralentissement Vie des sociétés | 19.10.18

Partager sur :
Immobilier ancien : le marché toujours dynamique, malgré un certain ralentissement
Comme l’indiquaient les Notaires de France dans leur note de conjoncture de ce 18 octobre, l’immobilier ancien se porte toujours aussi bien en 2018, y compris au second trimestre. Particulièrement dépendant de l’état économique du pays, le marché a poursuivi son développement au cours des derniers mois. Pour preuve, 950 000 ventes ont été réalisées en un an à fin juillet. Les prix, en revanche, progressent moins rapidement. Tous les chiffres.
Après une légère baisse en ce début d’année, l’immobilier ancien a retrouvé des couleurs au deuxième trimestre 2018. Le volume annuel de transactions à fin juillet 2018 a en effet atteint des niveaux élevés, avec un total de 950 000 ventes recensées par les Notaires de France.

Pour les experts du secteur, le dynamisme de l’ancien peut notamment s’expliquer par la compétitivité toujours très marquée des taux des crédits immobiliers. Surtout, la sortie de crise amorcée par la France se fait enfin ressentir sur le pouvoir d’achat des ménages, qui considèrent toujours l’immobilier comme un investissement viable.

©Capture d'écran Note de conjoncture Notaires de France

Pour autant, si les transactions sont toujours importantes, un certain essoufflement se fait ressentir. Il en faudra cependant davantage pour inquiéter les Notaires de France, qui considèrent que « la tendance demeure à ce jour positive ; ce n’est pas parce que chaque nouveau trimestre ne bat plus le précédent en termes de nombre de ventes que la situation en devient catastrophique ».

Des prix qui se stabilisent, mais…

Les constats sont similaires du côté des prix du marché de l’immobilier ancien. En hausse de +0,5% au deuxième trimestre 2018 par rapport aux trois mois précédents, ils tendent aujourd’hui à se stabiliser. Leur progression annuelle s’établit ainsi à +2,8% (à raison de +3,3% pour les appartements et +2,5% pour les maisons), après +2,9%.

« La projection des indices de prix à novembre 2018 à partir des avant-contrats sur l’ensemble de la France métropolitaine anticipe une poursuite de la hausse en appartements et maisons, respectivement +3,9% et +3,3% », ajoutent les Notaires de France.

Dans le détail, le prix au m2 atteignait 9 570 euros à Paris en novembre dernier, soit 3% de plus qu’en août. Sur un an, cette progression s‘élève même à +6%. La province fait quasiment aussi bien, avec une hausse moyenne de 2,8% pour les appartements, et +3,2% pour les maisons. Du côté des grandes villes, les prix des habitations anciennes devraient continuer d'augmenter à Nantes, Marseille, Bordeaux et Lille, tandis qu’ils se stabiliseraient à Toulouse et Lyon.

« La baisse des volumes [de transactions, ndlr] viendra de la hausse des prix », estiment les notaires. « Des taux bas, même avec l’allongement de la durée des prêts, ne pourront pas indéfiniment contrecarrer cette hausse et l’attentisme renaîtra si la situation économique globale en France venait à montrer des signes d’essoufflement. »

Les experts rappellent enfin que l’achat d’un bien immobilier « demeure une dépense chère », à laquelle pourrait s’ajouter « le poids de décisions politiques » récentes. Décisions qui ont, du reste, déjà eu des conséquences sur les chiffres de la construction

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

En cette période de fin d’année, le Conseil supérieur du notariat a lui aussi dressé le bilan de 2018 pour le marché de l’immobilier ancien. Les hausses des taux d’intérêt des prêts et des prix des biens n’auront visiblement pas été sans conséquences. En effet, avec 956 000 ventes estimées sur les douze derniers mois à fin septembre 2018, le volume annuel ne progresse que de +0,8%. Bien que ces indicateurs ne soient pas définitifs, il semble peu probable que le million de transactions soit dépassé.
L’immobilier ancien toujours au top !

L’immobilier ancien toujours au top !

La hausse des prix se poursuit pour les logements anciens ! Selon l’Insee, ces derniers ont en effet progressé de +1,6% sur la période juillet-août-septembre, par rapport au trimestre précédent. Sur un an, cette hausse culmine à 3,9%, tirée par les appartements, dont les coûts ont augmenté de 5,1%. Les maisons, de leur côté, voient leurs prix croître de 3,1% en moyenne. Tous les chiffres.
Nouveau rebond des prix des logements anciens

Nouveau rebond des prix des logements anciens

La baisse des ventes de logements n'aura finalement eu que peu d'impact sur les tensions du marché ! A tel point que les prix dans l'ancien ont encore augmenté au premier trimestre 2018, à raison de +1,5% sur les trois derniers mois, et +3,5% sur un an selon l'indice Notaires-Insee paru ce 7 juin. A fin mars 2018, le volume annuel de transactions s'élève à 956 000 unités, se stabilisant par rapport à décembre dernier.
Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper

Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper

Il y a quelques jours, Guy Hoquet l’Immobilier et Laforêt faisaient part d’une hausse des transactions et des prix depuis le début de l’année sur le marché de l’immobilier ancien. Un constat confirmé aujourd’hui par l’Insee. En effet, d’après l’Institut, les prix des logements anciens ont augmenté de 1% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents. Sur un an, 921 000 transactions ont également été recensées – un record jamais atteint jusqu’alors.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter