L’interdiction du gazole non routier, une menace pour les pierres de construction Vie des sociétés | 26.11.18

Partager sur :
L’interdiction du gazole non routier, une menace pour les pierres de construction
Après les réactions de la FFB, de la FNTP, de la Capeb et de l’Unicem, c’est au tour du Syndicat national des industries de roches ornementales et de la construction (SNROC) de réagir face aux dangers de l’interdiction du gazole non routier (GNR) pour les pierres naturelles françaises, déjà soumises à une rude concurrence internationale.
Dans un communiqué de presse publié le vendredi 23 novembre, le SNROC alarme sur les risques de l’interdiction du GNR pour les 850 entreprises françaises d’extraction et de transformation de pierres naturelles, qui vont brutalement pâtir de la hausse des taxes sur le gazole à compter du 1er janvier 2019.

Une inflation qui s’élève à plus de 50 centimes par litre, soit une augmentation de 50%. « Un vrai coup de massue pour les TPE du secteur qui vont voir leur marge, déjà très faible, se transformer en perte sèche entrainant leur disparition et celle de leurs emplois », estime le syndicat.

Doper les produits étrangers importés : un contresens écologique

Le principal risque : une augmentation des coûts des produits français, « de l’ordre de 6% en moyenne », qui va « doper les produits étrangers qui couvrent déjà quasiment la moitié du marché national », selon le SNROC.

Les pierres naturelles françaises vont de ce fait se retrouver concurrencées par des produits importés « qui parcourent parfois plus de 18 000 kilomètres, produisant huit fois plus de gaz à effet de serre que leurs équivalents français », s’indigne le syndicat. « C’est un comble pour une mesure se voulant écologique », ajoute-t-il.

Le syndicat réclame au gouvernement de pouvoir s’aligner sur le cas des agriculteurs, qui vont pouvoir continuer à bénéficier des taux réduits du GNR. Une demande formulée « à six ministres, dont Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, sans aucune réponse à ce jour ! », regrette le SNROC.

C.L
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

Le premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce jour la suspension, pour une durée de six mois, de trois mesures fiscales dont la hausse de la taxe carbone sur les carburants. Il a également indiqué que les prix du gaz et de l’électricité n’augmenteraient pas durant l’hiver. Des décisions qui doivent « ramener l’apaisement et la sérénité » dans le pays et permettre d’engager « un vrai dialogue ».
Projet de loi de finances 2019 et hausse du gazole non routier : l’Unicem réagit !

Projet de loi de finances 2019 et hausse du gazole non routier : l’Unicem réagit !

Après la Fédération française du bâtiment (FFB), la Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb) ou encore la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) a elle aussi réagi aux annonces relatives au Projet de loi de finances 2019. Dans son viseur : la suppression du tarif réduit de taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques sur le gazole non routier. Les détails.
Vers la création d’un OPCO de la Construction ?

Vers la création d’un OPCO de la Construction ?

Neuf organismes incontournables du BTP ont publié hier, lundi 29 octobre 2018, un communiqué de presse commun annonçant leur volonté de créer un Opérateur de compétences (OPCO) de la Construction ouvert à toutes les branches concernées. Cette initiative permettra notamment de développer les compétences des salariés et de répondre aux besoins des entreprises.
Hausse du gazole non routier : la FNTP tire la sonnette d’alarme

Hausse du gazole non routier : la FNTP tire la sonnette d’alarme

Présenté le 24 septembre dernier, le projet de loi de finances (PLF) pour 2019 ne semble pas totalement convaincre les professionnels du BTP. Alors que le budget consacré à la rénovation énergétique des bâtiments a été jugé comme insuffisant, la FNTP s’inquiète de la suppression du taux réduit de fiscalité sur l’utilisation du gazole non routier (GNR) pour les engins de travaux publics ; une mesure qui conduirait à une hausse de 500 millions d’euros des coûts de production.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter