L'usine d'Isover à Chemillé produit l'isolation de 100 000 maisons par an environ Vie des sociétés | 27.07.15

Partager sur :
L'usine de Chemillé, inaugurée en 2010 dans le Maine-et-Loire, représente le joyau de la marque Isover, appartenant au groupe Saint-Gobain. Conçue pour produire des isolants capables d'anticiper les futures réglementations thermiques, l'usine produit chaque année près de 70 000 tonnes de laine de verre. Visite et détails du processus de fabrication avec Philippe Heringuez, directeur technique Isolation France.

Le panache de fumée blanche est, à peu de chose près, le seul indicateur visible du fonctionnement de l'usine Isover du groupe Saint-Gobain, située à proximité de l'autoroute A87 à Chemillé. Pourtant, l'usine fonctionne en flux continu depuis sa mise en service et fournit près de 70 000 tonnes de laine de verre/an soit l'isolation de 100 000 maisons en France (contre 170 000 pour l'usine d'Orange).

« Construire Chemillé a été une aventure rapide. On m'a dit « dessine-moi une usine », capable de fabriquer les produits de demain et d'après-demain, en anticipant les exigences thermiques des 20-30 prochaines années dans un environnement concurrentiel, tout en assurant une bonne rentabilité », se souvient Philippe Heringuez, ancien directeur de l'usine et directeur technique Isolation France.

Phillipe Heringuez décide alors de « prendre le meilleur de la technologie de l'époque » pour construire une usine « respectueuse de l'environnement »  moins gourmande en énergie et efficace en termes de production. Deux ans de conception/travaux et 115 millions d'euros d'investissement plus tard, l'usine sort de terre, est inaugurée en 2010 par François Fillon - alors Premier ministre, et certifiée ISO 14001.

70 000 tonnes de laine de verre par an

L'usine qui s'étend sur 29 hectares produit la laine minérale G3 et des produits Isover bien connus sur le marché comme le IBR 400 ou encore le GR32 180 mm. Pour cela, différentes étapes de fabrication sont nécessaires. Au commencement, les matières premières destinées à la fabrication de la laine de verre (sable, adjuvants et verre recyclé à hauteur de 40 % à 90 %) sont distribuées dans un four verrier électrique. Ce four, remplacé tous les cinq à sept ans, a été changé en 2014 à Chemillé pour un coût de 3,5 millions d'euros.


Assiette de fibrage - crédit : Isover

« Une fois que nous avons élaboré le verre à l'intérieur du four, nous allons le prélever par une gorge sous-marine et le faire passer dans une filière. Dans ce canal, le verre va être porté de 1 400°C jusqu'à 1 100°C pour obtenir une sorte de pâte que l'on peut travailler et étirer sur le même principe que la barbe à papa », explique Philippe Heringuez.

Afin de la transformer en fibre, cette pâte descend sur une assiette en rotation de 600 mm de diamètre, disposant d'une ceinture couverte d'une multitude de trous. A travers ces trous, le verre est éjecté puis les fibres ainsi créées sont rabattues au moyen de brûleurs à gaz haute pression. Elles sont ensuite ensimées de fines gouttelettes de liants, issus notamment de l'industrie sucrière (mélasse de betteraves) avant leur empilage en matelas. « A ce stade, le matelas dispose de caractéristiques thermiques. Mais il faut cuire cette nappe dans un four à chaleur tournante pour assurer la résistance mécanique du produit », précise l'ancien directeur de l'usine.
 

Découpage et conditionnement de l'isolant

 
Le produit est ensuite découpé, conditionné en rouleaux ou en panneaux et stockés à l'extérieur. Certains produits sont comprimés jusqu'à dix fois pour faciliter leur transport et réduire leur empreinte carbone, avant d'atterrir enfin entre les mains des artisans.


Claire Thibault
© C.T sauf mentions contraires

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Saint-Gobain inaugure une nouvelle ligne de fabrication de laine à souffler

Saint-Gobain inaugure une nouvelle ligne de fabrication de laine à souffler

Isover, filiale du groupe Saint-Gobain, a inauguré une nouvelle ligne de fabrication de laine à souffler dans son usine de Chemillé (49), près d’Angers. La spécialiste de l’isolation double sa capacité de production, avec 30 000 tonnes de laine à souffler, qui permettront d’isoler environ 100 000 toitures par an. Cet investissement de 35 millions d’euros, le plus important du groupe cette année, permettra de répondre à la demande croissante de cet isolant, encore peu connu en Europe.
Point P engagé dans la démarche E+C-

Point P engagé dans la démarche E+C-

Point.P Matériaux de Construction a accompagné le constructeur de maisons individuelles, Construit 28, dans la réalisation d’une maison à énergie positive. Isolation, toiture, menuiserie, système de chauffe… l’enseigne de Saint-Gobain Distribution Bâtiment France a apporté conseils et services à son client. L’exemplarité du projet permet aujourd’hui au pavillon résidentiel d’être en cours de labellisation E3C1.
ISOVER et PLACO font maison commune

ISOVER et PLACO font maison commune

Pierre-Emmanuel Thiard, directeur général adjoint de la nouvelle entité PLACO-ISOVER a accepté de répondre aux questions de la rédaction de Batiweb pour commenter et expliquer à nos lecteurs les raisons du rapprochement entre ces deux filiales industrielles de Saint-Gobain, bien connues des professionnels du bâtiment.
Le système constructif Façade F4 fait peau neuve

Le système constructif Façade F4 fait peau neuve

Filiales du Groupe Saint-Gobain, Isover et Placo ont croisé leurs expertises respectives afin de faire évoluer le système constructif Façade F4. S’offrant une nouvelle vie, ce dernier intègre désormais des profilés métalliques moins épais et moins lourds, une laine de verre particulièrement performante, ainsi qu’une pastille d’étanchéité à l’air ne nécessité aucune ossature métallique supplémentaire. Présentation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter