La Chambre syndicale nationale des géomètres topographes en guerre contre les géomètres experts Vie des sociétés | 21.12.17

Partager sur :
La Chambre syndicale nationale des géomètres topographes en guerre contre les géomètres experts
C’est un véritable « coup de gueule » qu’a poussé la Chambre syndicale nationale des géomètres topographes (CSNGT) ce 20 décembre ! L’organisme a en effet adressé une lettre ouverte dans laquelle il affirme avoir porté plainte contre l’Ordre des géomètres experts et Daniel Labetoulle, commissaire du gouvernement, à qui il reproche des « pratiques commerciales trompeuses ». Explications.
Le torchon brûle entre la CSNGT et l’Ordre des géomètres experts ! Le premier a indiqué ce 20 décembre avoir porté plainte contre le second « pour pratiques commerciales trompeuses ». Même punition pour le commissaire du gouvernement Daniel Labetoulle, accusé quant à lui de « complicité ».

En cause, des « attaques répétées » des géomètres experts à l’encontre de leurs confrères topographes, qui considère que l’Ordre cherche « à étendre de manière illégitime le monopole très restreint de la délimitation foncière à des activités normalement ouvertes à la concurrence. »

Mensonges et manipulations

« L’Ordre des géomètres-experts tente systématiquement [d’étendre son monopole] au détriment d’autres professions concurrentes, dont principalement celle des géomètres topographes », pointent ces derniers.

D’après eux, les géomètres-experts considèreraient à tort qu’ils sont « titulaires d’une délégation de service public (…) de délimitation foncière ». Par ailleurs, ils feraient « croire qu’ils sont les seuls à pouvoir fournir des plans aux copropriétés ». Une « idée » qui aurait « été inspirée et développée par Monsieur Daniel Labetoulle », toujours d’après la Chambre syndicale des géomètres topographes.

Dans ce sens, la plainte déposée par l’organisme porte à la fois sur « une prétendue délégation de service public que s’attribuent les géomètres-experts » et sur « l’extension indue du monopole des géomètres-experts aux copropriétés ».

Souhaitant être entendue concernant la réflexion menée autour de la réforme relative à la profession de géomètre, la CSNGT a appelé le gouvernement à poursuivre « l’action qui a été engagée lors du vote de la Loi Macron en 2015 » et à continuer « de libérer l’économie d’emprises indues juridiquement ».

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Convention collective : le torchon brûle entre la CGT-Construction et la FFB

Convention collective : le torchon brûle entre la CGT-Construction et la FFB

La guerre des syndicats est déclarée ! La CGT-Construction a fait part ce mercredi 14 de sa désillusion alors que la Fédération française du bâtiment aurait refusé l’accès à son bâtiment à la délégation du syndicat, qui se déplaçait dans le cadre d’une négociation sur la convention collective du secteur. Des accusations dont se défend la FFB, qui ne souhaitait pas que l’un des membres du groupe soit présent dans ses locaux. Explications.
La préemption n'est pas une spoliation

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.
La justice opposée au projet Europacity, l'Etat fait appel

La justice opposée au projet Europacity, l'Etat fait appel

Mauvaise nouvelle pour les opposants à Europacity ! Alors que la justice avait tranché en leur faveur le 6 mars dernier, l'Etat a récemment décidé de faire appel de la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, relançant le débat autour de ce projet loin de faire l'unanimité. Le collectif « Europas du tout », hostile au méga-complexe, a d'ailleurs déjà fait part de sa stupéfaction.
Contradictions en cascade autour de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris

Contradictions en cascade autour de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris

Absurde : c’est probablement le mot qui définirait le mieux la situation autour de l’encadrement des loyers parisiens. Suite à une plainte de plusieurs associations représentant les professionnels de l’immobilier, la justice avait déjà mis fin à ce dispositif en novembre dernier. Si l’État a depuis fait appel, le tribunal a confirmé sa décision ce mardi 26. Un jugement sans grande conséquence, cependant, la loi Elan permettant désormais aux zones tendues de plafonner les loyers.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter