La Chambre syndicale nationale des géomètres topographes en guerre contre les géomètres experts

Vie des sociétés | 21.12.17
Partager sur :
La Chambre syndicale nationale des géomètres topographes en guerre contre les géomètres experts - Batiweb
C’est un véritable « coup de gueule » qu’a poussé la Chambre syndicale nationale des géomètres topographes (CSNGT) ce 20 décembre ! L’organisme a en effet adressé une lettre ouverte dans laquelle il affirme avoir porté plainte contre l’Ordre des géomètres experts et Daniel Labetoulle, commissaire du gouvernement, à qui il reproche des « pratiques commerciales trompeuses ». Explications.
Le torchon brûle entre la CSNGT et l’Ordre des géomètres experts ! Le premier a indiqué ce 20 décembre avoir porté plainte contre le second « pour pratiques commerciales trompeuses ». Même punition pour le commissaire du gouvernement Daniel Labetoulle, accusé quant à lui de « complicité ».

En cause, des « attaques répétées » des géomètres experts à l’encontre de leurs confrères topographes, qui considère que l’Ordre cherche « à étendre de manière illégitime le monopole très restreint de la délimitation foncière à des activités normalement ouvertes à la concurrence. »

Mensonges et manipulations

« L’Ordre des géomètres-experts tente systématiquement [d’étendre son monopole] au détriment d’autres professions concurrentes, dont principalement celle des géomètres topographes », pointent ces derniers.

D’après eux, les géomètres-experts considèreraient à tort qu’ils sont « titulaires d’une délégation de service public (…) de délimitation foncière ». Par ailleurs, ils feraient « croire qu’ils sont les seuls à pouvoir fournir des plans aux copropriétés ». Une « idée » qui aurait « été inspirée et développée par Monsieur Daniel Labetoulle », toujours d’après la Chambre syndicale des géomètres topographes.

Dans ce sens, la plainte déposée par l’organisme porte à la fois sur « une prétendue délégation de service public que s’attribuent les géomètres-experts » et sur « l’extension indue du monopole des géomètres-experts aux copropriétés ».

Souhaitant être entendue concernant la réflexion menée autour de la réforme relative à la profession de géomètre, la CSNGT a appelé le gouvernement à poursuivre « l’action qui a été engagée lors du vote de la Loi Macron en 2015 » et à continuer « de libérer l’économie d’emprises indues juridiquement ».

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

L’UNGE prépare ses Rencontres nationales - Batiweb

L’UNGE prépare ses Rencontres nationales

Intervenant notamment sur les problématiques liées au foncier et à l’urbanisme, l’UNGE, le syndicat des géomètres-experts, s’est réunie ce mercredi 17 afin de révéler ses ambitions pour 2018. Dans sa ligne de mire : le projet de loi logement, pour lequel l’organisme a formulé trois propositions en faveur des professionnels qu’il représente, mais également des consommateurs. Ces dernières seront discutées lors des Rencontres nationales de l’UNGE, en février prochain.
La commune aussi peut s'approprier un bien - Batiweb

La commune aussi peut s'approprier un bien

D’après la Cour de cassation, une commune, au même titre qu’un particulier, peut devenir propriétaire d’un terrain qu’elle occuperait depuis trente ans, sous réserve d’une éventuelle contestation. Bien entendu, c’est ensuite à la municipalité d’entretenir sa nouvelle propriété. Tous les détails.
La préemption n'est pas une spoliation - Batiweb

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.
Les géomètres-experts proposent une antisèche à Emmanuel Macron - Batiweb

Les géomètres-experts proposent une antisèche à Emmanuel Macron

Alors qu’Emmanuel Macron séchait sur la question du bornage et des géomètres-experts mardi 15 janvier lors de la première séance du grand débat public, inauguré, à Grand-Bourgtheroulde, l’Ordre des géomètres-experts et l’Union Nationale des géomètres-experts ont réagi avec second degré en publiant le lendemain un billet d’humeur humoristique présenté comme une « antisèche » pour le Président de la République. L’occasion pour eux de rappeler - plus sérieusement - leur rôle.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter