La Cité de Refuge de Le Corbusier est livrée Vie des sociétés | 26.11.15

Partager sur :
Après quatre ans de travaux de rénovation, Résidences Sociales de France a livré la Cité de Refuge. Situé dans le 13e arrondissement de Paris, le centre d’hébergement avait été conçu dans les années trente par Le Corbusier pour l’Armée du Salut ; le but était d’offrir une structure d’accueil pour les plus démunis. Partiellement inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques depuis 1975, le site a conservé son aspect avant-gardiste. Sa capacité d’accueil s’est portée de 273 à 282 places.
L’Armée du Salut est à l’origine de la construction de la Cité de Refuge inaugurée en 1933 par Albert Lebrun, Président de la République.

Le Corbusier et Pierre Jeanneret s’étaient chargés dès 1929 de la mise en œuvre de ce projet qui visait à proposer une structure d’accueil aux plus démunis pour qu’ils puissent s’y reconstruire.

En 1978, les architectes Georges Candilis et Philippe Verrey avaient construit le Centre Espoir au côté de la Cité de Refuge afin d’augmenter la capacité d’accueil du centre d’hébergement.

En 2007 et voyant la désuétude et la dégradation des bâtiments, l’Armée du Salut a décidé de lancer un projet de réhabilitation.

Le programme s’est déroulé en deux phases dès 2011 sous la maîtrise d’ouvrage de Résidences Sociales de France (RSF).

Tout d’abord, le Centre Espoir a été réhabilité par RSF et Opéra Architectes, mandataire de l’opération globale, et livré en juillet 2014. Puis, la restauration et restructuration de la Cité de Refuge ont été menées par RSF avec François Chatillon, architecte en chef des Monuments Historiques, associé à Opéra Architectes. La livraison s’est déroulée le 19 novembre dernier.

Patrimoine et projet social

La réhabilitation et restructuration du site ont nécessité un investissement de plus de 33 millions d’euros. Le programme a été financé par les subventions de l’Anah, la Ville de Paris, la Région Ile-de-France et également par des prêts de la Caisse des Dépôts et d’Action Logement.

Durant toute l’étape de rénovation, les acteurs du projet se sont mobilisés pour mettre en valeur les éléments patrimoniaux tout en adaptant les espaces à leur nouveau fonctionnement. Ainsi, un Comité de suivi archéologique, scientifique et technique a été mis en place pour que toute décision soit prise après examen et validation des transformations.

En 1975, la Cité de Refuge avait été partiellement inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques. Il fallait donc penser un « projet architectural global de restauration et de restructuration au service du projet social » et qui « replace l’humain au cœur de l’acte de construire ».

Les dortoirs et les sanitaires collectifs ont été restructurés pour rendre l’accueil des résidents plus humain. Des chambres pour couples et familles sont disponibles et accessibles aux personnes à mobilité réduite ainsi que des studios individuels. « L’accès au Beau, à l’harmonieux est possible et fait partie du projet de réinsertion ». 

A l’issue des travaux, la capacité d’accueil totale du site Centre Espoir et Cité de Refuge a été portée de 273 à 282 places. 



Pour rendre compte de l’ampleur du chantier, le livre La Cité de refuge de Le Corbusier, L’usine à guérir, verra le jour en février 2016. Les Editions du patrimoine ont confié la rédaction de l’ouvrage à Gilles Ragot, spécialiste de Le Corbusier, et à Olivier Chadoin, sociologue. L’illustration iconographique et photographique sera signée Cyrille Weiner, photographe.

« Ce livre dresse l’histoire architecturale, sociale et humaine de ce bâtiment expérimental jusqu’à sa restauration », conclut le communiqué RSF.

Maitrise d’ouvrage : Résidences Sociales de France (filiale de 3F) 

Maîtrise d’œuvre : OPERA Architectes, (François Gruson – architecte mandataire), Agence François Chatillon (François Chatillon - Architecte en Chef des Monuments Historiques )

Bureau d’études : Cotec Ingenierie 

Entreprise générale : groupement BATEG – SICRA (filiales de VINCI Construction France) 

Bureau de contrôle : BATIPLUS 
 Coordinateur SSI : CSD Faces 

Coordonnateur de sécurité : L.C.A. Associés 


R.C
Photo de une : ©Cyrille Weiner 
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouvelle vie pour l’Hôtel des Postes de Strasbourg

Nouvelle vie pour l’Hôtel des Postes de Strasbourg

Bâtiment historique s’il en est, l’Hôtel des Postes de Strasbourg se situe dans le quartier de la Neustadt, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. L’édifice, inauguré il y a plus d’un siècle, fera l’objet d’un important chantier mené par Poste Immo et Bouygues Immobilier à compter du printemps 2019. Dans ce sens, l’ensemble sera transformé en un programme mixte mêlant, entre autres, logements, bureaux et brasserie-restaurant.
La Maison du Peuple de Saint-Claude (Jura) sauvée par ses habitants

La Maison du Peuple de Saint-Claude (Jura) sauvée par ses habitants

Coopérative alimentaire créée en 1881 sous l’impulsion du socialiste Henri Ponard, devenue « cathédrale des temps nouveaux » inaugurée en 1910, la Maison du peuple de Saint-Claude (Jura) va rouvrir ses portes après avoir fait l'objet d'une restauration, grâce à une souscription lancée auprès des habitants et un soutien financier de la Fondation du patrimoine et la Fondation Crédit Coopératif.
A Chypre, LCA-FFB dévoile les lauréats du Challenge de l’habitat innovant

A Chypre, LCA-FFB dévoile les lauréats du Challenge de l’habitat innovant

Le séminaire technique de LCA-FFB s’est cette année déroulé du 21 au 24 novembre à Chypre. Présentés à l’occasion du Challenge de l’habitat innovant, les projets candidats ont fait la part belle à l’expérimentation E+C- et à la future Réglementation Environnementale 2020. Grégory Monod, nouveau président de LCA-FFB, et Jacques Chanut, en ont également profité pour aborder les autres enjeux à venir, à savoir le maintien du PTZ, l’avenir du CITE, le coût du foncier ou encore la nécessaire mise en place d’une politique locale du logement.
Vaux-le-Vicomte : défi technique pour les échafaudages

Vaux-le-Vicomte : défi technique pour les échafaudages

Un mois a été nécessaire au bureau d’étude LAYHER pour trouver LA réponse à ce défi : la réfection de la couverture du château de Vaux-le-Vicomte. Cette solution très technique a offert à UTB la possibilité de travailler directement sur le dôme, sans que les échafaudages n’entrent en contact avec celui-ci.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter