La France « championne d’Europe » des petits retards de paiement

Vie des sociétés | 14.12.15
Partager sur :
La France « championne d’Europe » des petits retards de paiement - Batiweb
Altares, acteur de premier plan de la Data Economy, présente son étude sur les comportements de paiement des entreprises en France et en Europe au 3e trimestre 2015. La France reste l’un des champions des petits retards avec une moyenne de 13,2 jours. Le secteur privé moyenne 12,4 jours chez les petits entrepreneurs et 14,7 jours chez les ETI-GE. Côté secteur public, on compte 16,6 jours de retard dans l’administration de l’Etat et près de 19 jours dans les grandes collectivités locales.
Au deuxième trimestre 2015, les retards de règlement des entreprises françaises ont atteint leur niveau le plus critique à 13,6 jours. Si à fin septembre, la dégradation s’est arrêtée et le retard moyen global s’est fixé à 13,2 jours, Thierry Million, Directeur des études Altares, ne se satisfait pas pour autant du résultat. Il déclare : « l’inversion de la courbe est encore trop timide pour confirmer un retour durable vers de meilleures pratiques commerciales ».

Il faut dire que le retard moyen est encore bien au-dessus du seuil des 12 jours franchi un an auparavant et qu'« apprécié sur les seules factures en retard de règlement, le délai additionnel est même de 20,8 jours » ajoute M. Million.

7,5% des entreprises présentent des retards supérieurs à 30 jours contre 8% le trimestre précédent, et 36,2% des organisations payent leurs factures à temps contre 36,5% trois mois plus tôt. Si les retards sont moins fréquents, il en est de même pour les règlements effectués en temps et en heure.

En ce qui concerne les retards inférieurs à 15 jours, le tiers des entreprises en sont coutumières contre 27,4% en Europe : la France maintient ainsi son titre de « championne d’Europe des petits retards ».

Le secteur public se distingue pour ses retards de paiement

Dans le secteur privé, ce sont les entreprises de plus de 20 salariés qui ont amélioré le plus leurs comportements de paiement en passant de 14,9 jours à 13,9 jours de retard.


En moyenne, les sociétés commerciales comptent sur une moyenne de 13,4 jours de retard, les entreprises de plus de 250 salariés étant les plus concernées par les retards de règlement (14,7 jours).

« Les entreprises de petite taille sont moins tentées de recourir au crédit fournisseur, d’autant que le rapport de force leur est défavorable. Lorsque la petite entreprise peut payer ses fournisseurs, elle le fait généralement à l’échéance de la facture sans chercher délibérément à gagner quelques jours de trésorerie. En revanche, lorsqu’elle est financièrement plus tendue, la microentreprise va reporter plus franchement ses règlements. Les petites sociétés de mois de 3 salariés sont trois fois plus nombreuses à reporter leurs paiements de plus de 30 jours que celles de plus de 250 salariés (8,7 % contre 2,6 %) », explique M. Millon.

Le secteur public, exposé à un plus grand nombre de procédures et de contraintes budgétaires, n’arrive pas toujours à gérer leurs recettes. Les organisations publiques de plus de 20 agents sont celles qui « dérapent » le plus. Le retard moyen est de 17 jours pour les EPIC ou l’administration de l’Etat. Même tendance pour les collectivités locales : les plus petites se maintiennent à 10 jours de retard tandis que les plus grandes atteignent 19 jours en moyenne.

Des retards qui varient selon le secteur d’activité et la région

L’étude souligne que « la plupart des activités s’inscrivent dans une tendance de faible amélioration des comportements de paiement » à l’image de l’industrie manufacturière dont le retard de règlement est repassé sous les 12 jours à 11,7 jours. Toutefois, seuls 28,7% des industriels respectent les délais de paiement.

Le commerce en détail est le meilleur élève puisque 40% des règlements sont effectués à l’heure et le retard moyen est de 12,5 jours contre 13 au trimestre précédent.

Le résultat obtenu par les débits de boisson est également satisfaisant puisque 43,9% des paiements sont réalisés sans retard tandis que le report moyen de règlement a reculé de 2 jours par rapport aux trois derniers mois.

Le transport routier de marchandises, l’élevage et les services informatiques et édition de logiciels sont les secteurs d’activité dont les retards de règlement sont les plus élevés à savoir 16,5 jours, 15, 5 jours et 14,7 jours.

Plus d’un éleveur sur dix reporte ses paiements de plus de 30 jours, moins d’un quart des factures du secteur des transports routiers sont payées à date tandis que seuls 24,8% des règlements sont effectués à échéance dans l’informatique et l’édition de logiciels. Le commerce du gros respecte également les dates de factures dans une moindre mesure (27,1%) pour un retard moyen de 13,1 jours.

Le Limousin est la région qui accuse le moins de retard de paiement (47%), suivi des régions Poitou-Charentes (45,4%), Bourgogne (41,9%), Franche-Comté (41,8%) et Auvergne (41,1%).

Au niveau européen, le Portugal est maître des retards avec 29,7 jours suivi par l’Italie (19,9), le Royaume-Unis (18,3), l’Irlande (17,1) et l’Espagne (16,2). L’Allemagne et les Pays-Bas restent sous la barre des 10 jours avec 6,4 et 8,5 jours de retard respectivement.


Entrer dans l’ère digitale, une solution optimale ?

Thierry Millon considère que le digital permettrait de réduire considérablement les retards de paiement, « le non-respect des délais légaux tenant parfois à des documents de facturation non conformes ou incomplets. La digitalisation de la chaine des paiements, voire de tout le cycle transactionnel, tend à rationaliser les processus, minimiser les litiges, accélérer les règlements et sécuriser la relation ».

Altares estime ainsi qu’il faut dématérialiser les commandes et les factures, mettre en place une plateforme d’échanges entre clients et fournisseurs pour fluidifier le traitement de la chaine de facturation, ainsi qu’un levier de maîtrise des coûts.

« En France, les grandes entreprises fournisseurs de l’Etat ont pour obligation de passer à la dématérialisation de leurs factures au 1er janvier 2017, avant d’être rejoints par les ETI en 2018, et les PME en 2019 puis les micro-entreprises au 1er janvier 2020. Cette résolution participe à moderniser la relation entre les entreprises et l’administration. Il s’agit de convertir des processus achats souvent contraignants en performance financière agile et durable pour tous les acteurs économiques », conclut Thierry Millon.

R.C
Images : ©Altares
Redacteur
La sélection de la semaine
SEMIN 99. : CE 78 enduit joint 4H - Batiweb

SEMIN 99. : les premiers enduits engagés et certifiés Origine France Garantie.  + de 99 % de matières...


SOUPLETHANE 5 COR FRB – M1 Non inflammable - TENUE AU FEU B-S2-d0 - Batiweb

SOUPLETHANE 5 COR FRB – M1 est une résine NON INFLAMMABLE polyurée-uréthane bi-composant sans...


Plaque coupe-feu 1h et 2h GEOTEC®S (EI 60 et EI 120) - Batiweb

Les plaques GEOTEC®S, principalement composées de plâtre et de fibre de verre, sont destinées à...

Dossiers partenaires
Simplifiez-vous la RE2020 : Découvrez comment la brique isolante est un atout pour la sobriété énergétique des bâtiments - Batiweb

Le bâtiment représente 45%¹ de l'énergie consommée en France (électricité comprise) et 19% des émissions de gaz à effet …


Se former à l’audit énergétique en maisons individuelles avec FEEBAT, plus que jamais d’actualité ! - Batiweb

Les travaux de rénovation énergétique des maisons individuelles sont soutenus par différentes aides publiques ou privées…


Dedans-Dehors : les fenêtres et les baies BREMAUD au rythme des saisons - Batiweb

La richesse des solutions sur-mesure BREMAUD offre à chaque projet l’assurance d’un confort et d’un bien-être absolus,…

information bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb