Le Gimélec lance un Manifeste pour des bâtiments performants Vie des sociétés | 14.10.19

Partager sur :
Le Gimélec lance un Manifeste pour des bâtiments performants Batiweb
Rendre les bâtiments plus performants grâce à l’intelligence artificielle, c’est la proposition du Gimélec qui présente ce jour un nouveau Manifeste. 10 recommandations à destination des pouvoirs publics, des organisations professionnelles, entreprises et start-up y sont formulées. L’objectif, accélérer la transformation des bâtiments existants en s’appuyant sur les technologies électronumériques et sur l’IA.

Le Manifeste « Intelligence Artificielle : agissons ensemble pour des bâtiments performants » lancé ce jour par le Gimélec, est un véritable appel à la mobilisation. Pouvoirs publics, associations et syndicats professionnels, entreprises… Tous sont appelés « à accélérer la transformation des bâtiments, neufs et existants » en s’appuyant sur les technologies du numérique et de l’intelligence artificielle.

 

Sébastien Meunier, pilote du groupe de travail « Transformer la filière » au sein du Comité Smart Up Bâtiments du Gimélec, rappelle que les bâtiments représentent 43% de la consommation d’énergie en France. Il en est convaincu, « la gestion active du bâtiment constitue un levier de progrès majeur à activer immédiatement, au bénéfice de tous, pour plus de bien-être, de productivité et pour réduire l’impact carbone des bâtiments ».  

 

L’ensemble des acteurs de la construction est ainsi invité à agir « collectivement afin que le bâtiment devienne un contributeur actif aux transformations économiques et écologiques en cours ». L’intelligence artificielle est « un outil d’optimisation tout au long du cycle de vie du bâtiment ». Elle apporte de nouvelles fonctions :

  • Cognitives pour simplifier l’utilisation ;
  • Prédictives pour anticiper les préférences des occupants, les consommations énergétiques à venir ou encore les opérations de maintenance ;
  • D’aide à la décision (utilisation d’énergie décarbonnée, travail collaboratif, budgets d’investissement et d’exploitation, etc.)

 

Rendre les bâtiments vertueux et performants

 

C’est à travers 10 recommandations que le Comité Smart Up Bâtiments du Gimélec entend mobiliser l’ensemble de la chaine de production.

 

1. Accélérer le déploiement de l’IA dans le secteur du bâtiment : « Le parc de bâtiments tertiaires existant représente un potentiel de mise à niveau d’environ 1 milliard de mètres carrés », souligne le Manifeste. « Plus ces bâtiments seront nombreux à intégrer l’IA, plus ils seront enclins à bénéficier d’améliorations de leurs performances ».

 

2. Responsabiliser les acteurs autour des solutions offertes par l’électronumérique : le Gimélec propose ici un accompagnement des entreprises dans la montée en puissance des obligations de résultats par la formation et la responsabilisation. Selon Pascal Asselin, Président de Untec, « L’intelligence Artificielle accélère la conception des bâtiments et permet à notre profession de suivre une auto-veille technologique grâce à la force de proposition des outils numériques. Demain, l’obligation de résultats et la mesure de la performance vont nous inciter à suivre les bâtiments en exploitation pour parfaire notre expérience. »

 

3. Partager et valoriser le cas d’usage de l’IA.

 

4. Activer les régions pour moderniser les bâtiments avec l’IA : le Gimélec préconise la mise en place de plateformes d’accélération régionales pour rendre le secteur du bâtiment plus performant.

 

5. Standardiser et normaliser les échanges de données via l’adoption de règles communes notamment. A ce sujet, Bruno Quemener, directeur des systèmes d’information et chef de projet IA, Delta Dore, déclare : « L’IA introduit un enjeu d’ouverture, à la fois en termes d’interopérabilité et de partage des données. L’optimisation des multi-capteurs permet d’unifier les informations et de les corréler pour des données à valeur ajoutée et plus justes. »

 

6. Renforcer le soutien aux programmes de recherche en IA appliquée au bâtiment par des financements publics et privés.

 

7. Favoriser l’accès au données. Le Gimélec attend du Gouvernement qu’il mette à disposition des acteurs de l’IA dans le bâtiment le plus grand nombre de données sur le fonctionnement des bâtiments, qu’il définisse des cadres réglementaires (en France et en Europe) pour libérer l’accès aux données, qu’il soutienne l’installation d’équipements connectés dans les bâtiments lors des travaux de rénovation énergétique, et qu’il encourage la déploiement de data centers.

 

8. Intégrer l’IA dans les dispositif de formation. Sur ce point, la société Legrand a pris les devants. François Louet, responsable projet innovation et partenariats, révèle : « Nos formations à destination des installateurs vont évoluer en parallèle de nos offres intégrant de l’IA. Il s’agit de les accompagner vers ses nouvelles approches et vers les nouvelles générations de services ».

 

De son côté, Alexandra Del Medico, sécretaire général – Qualifelec, souligne : « Nous sommes là pour accompagner les professionnels de l’installation dans l’évolution et la valorisation de leurs compétences. Car ils ont pour mission de sécuriser et canaliser les réseaux de données, une compétence qui va prendre de plus en plus d’importance avec le déploiement de l’intelligence artificielle. Ces professionnels sont garants de la qualité du transport des données. »

 

9. Alléger les processus réglementaires dont ceux concernant l’IA.

 

10. Renforcer la capacité d’échanges de la chaine au profit de la fiabilité et cybersécurité. Le Gimélec contribuera à la mise en place d’une coopération renforcée entre acteurs de la cybersécurité, à la mise en commun des expériences et à la définition de bonnes pratiques en la matière, selon un communiqué.

 

Jacques Chanut, président de la FFB, résume : « Le rapport publié en mai 2019 par la FFB constitue une première pierre à la réflexion engagée en matière d’intelligence artificielle pour notre secteur. Le travail doit se poursuivre au service de la profession car la révolution impulsée par l’IA apparaît inéluctable. Les premières pistes nous poussent à mettre en place une veille active et à développer des expérimentations. »

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La filière électrique formule 6 recommandations pour des bâtiments performants Batiweb

La filière électrique formule 6 recommandations pour des bâtiments performants

A travers une nouvelle étude, la filière électrique propose six leviers à actionner pour accélérer la rénovation et la transformation des bâtiments. Les représentants du secteur assurent en effet que l’électricité à un rôle à jouer dans cette transition en renforçant notamment le déploiement des systèmes de mesure énergétique et d’équipements « performants ». Les recommandations se déclinent en 21 mesures concrètes. Découvrez-les !
Batimat et le Gimélec lance le 2e Challenge Start-Ups Construction Tech Batiweb

Batimat et le Gimélec lance le 2e Challenge Start-Ups Construction Tech

La 1ère édition du Challenge Start-ups Construction Tech, lancée en 2018, avait été couronnée de succès ! Le concours avait compté sur la participation de 110 jeunes pousses parmi lesquelles 8 avaient été récompensées. Le 2 avril dernier, Batimat et le Gimélec ont annoncé le lancement de l’appel à candidatures pour le 2ème Challenge. Les candidats ont jusqu’au 31 mai pour déposer leurs dossiers.
Le generativ design ou comment booster la conception des bâtiments Batiweb

Le generativ design ou comment booster la conception des bâtiments

Emmanuel Di Giacomo, responsable du développement des écosystèmes BIM chez Autodesk, revient pour Batiweb, sur la notion de generativ design (ou conception générative), une solution qui peut répondre aux enjeux de la ville de demain et réinventer la manière de construire les bâtiments. Il fait également le point sur le développement du BIM en France et sur la montée en puissance de l’intelligence artificielle !
La construction, un secteur « qui n’a jamais été autant innovant » Batiweb

La construction, un secteur « qui n’a jamais été autant innovant »

En juillet dernier, BATIMAT, en partenariat avec le Gimélec, lançait une initiative visant à rassembler tous les acteurs du bâtiment, toute l’année, autour d’une marque fédératrice : Construction Tech®. La marque se décline en une série d’actions dont la mise en place d’un Observatoire en collaboration avec Xerfi. La première étude révèle que la filière construction est en pleine évolution et intègre de plus en plus les nouvelles technologies. Retour sur les chiffres clés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter