Le groupe Ynergie diversifie ses activités

Vie des sociétés | 15.11.21
Partager sur :
Le groupe Ynergie diversifie ses activités - Batiweb
En 6 ans, le groupe Ynergie est devenu délégataire des Certificats d'Économies d'Énergie (CEE), et un acteur important de l'accompagnement des bailleurs sociaux, collectivités, industriels et syndics de copropriétés, en matière de rénovation énergétique. Le groupe ambitionne aujourd'hui de diversifier ses activités pour atteindre les 100 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2025. Les explications de Rémy Pagés, co-fondateur.

Fondé en 2016 par Rémy Pagés et Gaston Virleux, le groupe Ynergie compte aujourd'hui 175 salariés, et fait partie des 34 délégataires des Certificats d'Économies d'Énergie (CEE), à travers « Ynergie Valorisation ». Avec ses branches « Ynergie Solution » et « Ynergie Opération », le groupe accompagne également les bailleurs sociaux, les collectivités, les syndics de copropriétés, et plus récemment les industriels, dans leurs projets de rénovation énergétique et d'économies d'énergie.

 

Rémy Pagés, co-fondateur, explique que le groupe Ynergie se structure autour de trois axes : le financement, avec « Ynergie Valorisation », le bureau d'études avec « Ynergie Solution », et les travaux opérationnels avec « Ynergie Opération ». Pour cette partie, Ynergie s'appuie sur environ 80 entreprises partenaires, notamment spécialisées dans l'enveloppe du bâtiment, l'isolation et le chauffage.

 

Accompagner les bailleurs sociaux et industriels français

 

« Nous avons deux activités principales : celle de la rénovation en masse de patrimoine, et celle de la décarbonation, notamment auprès des industriels français. Nous accompagnons les industriels français au guichet France Relance. Nous joignons donc des sources de financements publics avec les financements privés que sont les CEE », explique Rémy Pagés.

 

Le groupe accompagne également plus de 70 bailleurs sociaux partout en France (CDC Habitat, filiales du groupe Action Logement, Batigère, Corrèze Habitat...). « Notre premier succès, c'est d'avoir su intégrer ce monde des bailleurs sociaux dans le cadre de la rénovation énergétique de masse », souligne le co-fondateur d'Ynergie.

 

Depuis sa création, le groupe a participé à la rénovation de 25 000 logements par an, permettant de réaliser chaque année 9 millions d'euros d'économies d'énergie, et d'éviter l'émission d'un million de tonnes de CO2.

 

Après s'est consacré pendant plusieurs années aux bailleurs sociaux et syndics de copropriétés, et depuis cette année aux industriels, le groupe ambitionne désormais de s'adresser également aux particuliers, en leur proposant notamment une offre de rénovation globale comprenant un accompagnement administratif, un audit énergétique, un plan de travaux comprenant les aides disponibles, une solution de financement pour le reste à charge, et un suivi des travaux.

 

Prendre part à la dynamique de rénovation énergétique

 

Interrogé sur le lancement de la plateforme « France Rénov' », regroupant l'expertise de l'Anah et du réseau FAIRE, Rémy Pagés approuve cette initiative, regrettant toutefois que les CEE n'aient pas été pris en compte : « C'est plutôt une bonne chose qu'il y ait ce type de fusion. Cela arrive en parallèle des coups de pouce rénovation globale. Je mettrais juste un bémol : c'est qu'il n'est pas encore complet, puisque la partie certificats d'économies énergie n'y est pas encore tout à fait présente ». Et d'ajouter : « On a besoin, dans ce parcours, de la montée en compétences de l'ensemble de notre filière, notamment sur l'aspect de l'audit, du financement, et du contrôle ».

 

Concernant l'Accompagnateur Rénov', prévu dans le cadre du rapport Sichel, le co-fondateur d'Ynergie s'est dit favorable à un « mix public-privé » : « L'Accompagnateur Rénov' pourrait ainsi venir d'un organisme public, mais aussi être privé. Pour atteindre l'objectif des 700 000 rénovations énergétiques performantes par an, nous avons besoin d'un mix des acteurs publics et des acteurs privés. Ce qui nous est demandé aujourd'hui, en tant que délégétaire de CEE, en termes de suivi et d'accompagnement, peut être transposable et adapté afin d'être en capacité d'effectuer un accompagnement sur-mesure auprès des particuliers ayant un projet de rénovation énergétique », a-t-il estimé.

 

En termes de chiffre d'affaires, le groupe devrait atteindre les 40 millions d'euros cette année, après avoir fait 25 millions en 2020. L'objectif : parvenir à 100 millions d'euros d'ici 2025, pour « devenir un acteur majeur sur le marché de l'efficacité énergétique français ».

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Rémy Pagés par Laurent Belet

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

5e période des CEE : les modalités du dispositif discutées - Batiweb

5e période des CEE : les modalités du dispositif discutées

Après avoir précisé le niveau d’obligation de la 5e période des Certificats d’économies d’énergie (CEE), le Gouvernement annonce la mise à disposition d’une fiche de consultation sur les modalités du dispositif. Annoncée en février dernier, la concertation est notamment axée sur le déploiement des contrôles, la création de fiches d’opérations standardisées ou encore la simplification des processus pour les artisans et les particuliers. Les parties prenantes intéressées peuvent partager leurs contributions jusqu’au 1er juin.
Travaux de rénovation énergétique : le budget moyen en baisse en 2021 - Batiweb

Travaux de rénovation énergétique : le budget moyen en baisse en 2021

Le groupe Teksial présentait ce jeudi 21 octobre les résultats du dernier baromètre sur les Français et la rénovation énergétique réalisé par MonExpertRénovation et OpinionWay au mois de septembre. Les résultats révèlent notamment que le budget moyen prévu pour ces travaux est en baisse de 525 € comparé à l'année 2020, et que 66 % des Français ne savent toujours pas citer une seule aide à la rénovation (contre 71 % l'année passée).
L’éco-prêt à taux zéro officiellement simplifié et revalorisé - Batiweb

L’éco-prêt à taux zéro officiellement simplifié et revalorisé

Attendus depuis plusieurs mois, un arrêté et un décret ont enfin été publiés au Journal Officiel le 20 août dernier, rendant effectif la simplification des conditions d’attribution de l’éco-prêt à taux zéro et revalorisant certains montants accordés. Les propriétaires pourront désormais n’effectuer qu’un seul type de travaux éligibles et obtenir une aide plus élevée jusqu’en 2021.