Le marché du ciment sera encore dans le rouge en 2015 Vie des sociétés | 09.04.15

Partager sur :
Le marché du ciment sera encore dans le rouge en 2015 Batiweb
Le Syndicat français de l'industrie cimentière (SFIC) relève une nouvelle dégradation du marché du ciment, avec une baisse supplémentaire de 5,5 % à fin 2014 par rapport à 2014. Avec une consommation de 18,2 millions de tonnes, cette nouvelle dégradation porte la contraction du marché à 30 %, sur la période 2007- 2014. Détails des prévisions 2015 pour le marché du ciment.

« L'industrie cimentière n'avait pas connu de consommation (18 millions de tonnes) aussi basse depuis 1964 », a déploré le Syndicat français de l'industrie cimentière (SFIC) lors de la présentation des résultats 2014 et des prévisions pour 2015 pour le secteur.

« Nous ne percevons aucun signe de redémarrage pour le secteur et nous maintenons notre pessimisme », a reconnu Jean-Yves Le Dreff, président du SFIC. L'année dernière, le marché du ciment a poursuivi la forte et constante dégradation entamée depuis le début de la crise, avec une chute de 5,5 % de la consommation en France à 18,2 millions de tonnes.

Depuis le début de la crise, pratiquement un tiers du marché (30 %) a « disparu », a relevé M. Le Dreff, qui constate que le secteur du bâtiment est « le dernier à repartir en France, alors qu'il est le plus générateur de valeur et d'emploi ».

Le président du SFIC a même constaté une « accélération de la crise au deuxième semestre 2014 » qui s'est prolongé au premier trimestre de cette année avec une chute de la consommation qui a atteint 10 %.

Un léger redressement au 2T ?

Dans ces conditions, l'industrie cimentière ne s'attend pas à rebondir cette année. Elle table toutefois sur un redressement au deuxième semestre « si les signes annonciateurs de reprise se concrétisent » dans le secteur du logement, ce qui permettrait de limiter la chute annuelle de la consommation à 3,5 % sur l'année 2015.

En revanche, « la contraction de la demande publique devrait continuer de peser sur les entreprises de travaux publics » en 2015, explique .M. Le Dreff qui ne s'attend donc pas à une reprise du secteur.

Les attentes du SFIC

Face à la chute de ses marchés, l'industrie cimentière souligne l'importance « de préserver les leviers de sa compétitivité ». Elle demande notamment au gouvernement un accès à « un prix de l'énergie compétitif », rappelant que cette industrie, grande consommatrice d'électricité, ne bénéficie pas du statut d'électro-intensif, contrairement à la sidérurgie et la chimie.

Dans le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, « les consommations d’énergies et les émissions de CO2 associées aux produits importés » doivent être prises en compte, affime-t-elle.

Elle appelle également de ses voeux « des conditions de marchés équitables qui garantissent une neutralité technologique des pouvoirs publics dans les mesures proposées par la loi et ses décrets d’application ».

Plus concrètement, le SFIC réclame des « mesures concrètes » en faveur du développement du report modal, ferroviaire et fluvial, qui reste « largement insuffisant » aujourd’hui.

Enfin, le syndicat attend une meilleure prise en compte de la valorisation des combustibles solides de récupération (CSR) dans l’industrie, par l’intégration des pratiques de valorisation CSR opérationnelles dans les procédés industriels de fabrication.

L'industrie cimentière réalise un chiffre d'affaires annuel de 2,5 milliards d'euros en France, où elle dispose de 40 sites industriels et de près de 5 000 emplois directs.

C.T (avec AFP)
© Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

François Petry devient président du SFIC Batiweb

François Petry devient président du SFIC

Le syndicat français de l’industrie cimentière a procédé à des élections dont le résultat a été connu le 14 janvier dernier. Succédant à Raoul de Parisot, vice-président de Cembureau et ancien directeur général délégué de Vicat, François Petry, directeur de LafargeHolcim France, a pris les commandes du SFIC le 1er février et a annoncé la ligne de conduite qu’il compte suivre.
Raoul de Parisot élu au Syndicat Français de l'Industrie Cimentière Batiweb

Raoul de Parisot élu au Syndicat Français de l'Industrie Cimentière

Le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière (SFIC) vient d’élire Raoul de Parisot à sa présidence. Il succède à Jean-Yves Le Dreff. Ingénieur de l’Ecole des Mines de Nancy, diplômé en sciences économiques et titulaire d’un master en sciences de l’Université de Stanford, Raoul de Parisot est aussi conseiller du Président du groupe Vicat.
L’industrie du ciment avance doucement vers une stabilisation Batiweb

L’industrie du ciment avance doucement vers une stabilisation

Le marché du ciment s’est une nouvelle fois dégradé en 2015 avec une consommation de 17,2 millions de tonnes, en repli de - 5,3% par rapport à 2014. Pourtant, le Syndicat français de l’industrie cimentière (Sfic) prévoit un arrêt de la tendance baissière pour l’année 2016. En effet, les signaux de redressement, perceptibles depuis le dernier trimestre 2015, semblent se confirmer avec une activité en hausse de + 3,7% à fin février 2016.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter