Le marché immobilier est influencé par le télétravail et le développement durable Vie des sociétés | 15.04.19

Partager sur :
Le marché immobilier est influencé par le télétravail et le développement durable
Le réseau immobilier Optimhome a passé au crible, avec l’institut Ifop, la vision des Français sur le marché de l’immobilier, pour la 5e année consécutive. Cette année, la thématique de la mobilité géographique est largement abordée, avec l’essor du télétravail, notamment. Malgré un pessimisme ambiant, les Français continuent de contracter des crédits pour acheter leurs résidences principales, quitte à s’endetter plus longtemps.

L’étude orchestrée par Optimhome, du 26 février au 4 mars 2019, fait état de la perception des Français envers le marché immobilier. Si près des 3/4 des Français interrogés ont exprimé un pessimisme pour la situation économique et sociale de la France, 53% se déclarent optimistes pour leur propre situation. Le recours au crédit est « stable et toujours très élevé » par rapport à 2018 : 82%. La majorité des Français allouent un budget inférieur à 200 000 euros (56%) mais de plus en plus d’acquéreurs y consacrent entre 200 000 et 250 000 euros (21% en 2019 contre 13% en 2018), au détriment de la tranche située entre 250 000 à 300 000 euros (14% en 2019 contre 20% en 2018).

 

 

Le télétravail comme levier de la mobilité

 

40% des 1 503 Français âgés de 25 à 65 ans interrogés par l’institut de sondage pour Optimhome indiquent envisager de « réaliser une mobilité géographique dans les cinq prochaines années » révèle la nouvelle étude du réseau immobilier. Les habitants de la région parisienne arrivent en tête (57%), ainsi que les 25/34 ans, ayant « moins de contraintes familiales et un état d’esprit traditionnellement plus dynamique » (53%), et les cadres supérieurs (51%).

L’étude met en lien projet de mobilité et télétravail. Si près d’un tiers des Français (32%) ont adopté cette pratique, elle est plus importante chez les cadres (62%), les habitants de l’agglomération parisienne (41%) et les 25/34 ans (37%). Pour Optimhome, « le lien entre enjeux immobiliers et télétravail est net » et le professionnel de l’immobilier relève que « l’efficacité des moyens de transport (44%) constitue le principal levier permettant une mobilité géographique ».

En tout, 72% des actifs entre 25 et 65 ans estiment que le recours au télétravail « incite à réaliser une mobilité géographique » (76% chez les femmes et 69% chez les hommes).

Concernant les villes décrites comme les plus attractives, Bordeaux arrive toujours en tête (ainsi que l’Ouest de la France de façon plus générale), suivie par Nantes qui passe devant Paris pour la première fois. Marseille, quant à elle, reste cette année la ville la moins plébiscitée.

 

 

Les acheteurs sont attachés au durable

 

Les enjeux énergétiques ont une incidence sur les comportements en matière de transaction immobilière. Ainsi, 85% des Français entre 25 et 65 ans estiment que « la valeur d’un logement dépendra de sa performance énergétique ».  

« Une attention particulière est accordée à l’espace environnant des habitations et aux politiques durables de la ville dans la décision d’achats des Français », précise l’enquête. 91% des sondés estiment que « la présence d’un espace vert à proximité est importante ».

De plus, « une politique volontaire de la ville en faveur du développement durable, et notamment en matière de tri des déchets » est importante au moment d’acheter un bien immobilier pour 84% des personnes.

 

Les professionnels de l’immobilier toujours plus plébiscités

 

« La tendance aux comportements hybrides dans la recherche de bien immobilier est toujours d’actualité, annonce l’étude Optimhome. Les moyens d’information des Français pour l’immobilier sont pluriels et mélangent à la fois supports physiques et dématérialisés ». Parmi les sondés, 73% pourraient utiliser des portails d’annonces et 67% le site PAP. Les applications pour smartphone ou tablette (28%) ou les réseaux sociaux comme Facebook (22%) sont moins cités.  

L’étude montre que « l’importance des contacts physiques est également soulignée » : 71% évoquent les informations émanant de professionnels de l’immobilier et 52% venant d’autres professionnels. D’une manière générale, l’entourage est aussi largement cité : 69%.

« Plus on habite dans une agglomération de grande taille, plus on fait appel aux professionnels de l’immobilier », constate Optimhome. Les habitants de la région parisienne y ont recours à 71%, contre 69% pour les agglomérations de province et 62% pour les zones rurales. En trois ans, le recours aux professionnels de l’immobilier pour la vente de sa résidence principale a augmenté de 12 points depuis 2016 pour se situer à 74%. Les attentes principales sont : réactivité, réputation, personnalisation des conseils et écoute. Déjà, pour 2019, 68% des personnes en recherche d’un bien sont passées par un professionnel de l’immobilier.

 

L. C.

Photo de Une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Transition énergétique des collectivités : un manque de moyens qui se fait trop ressentir

Transition énergétique des collectivités : un manque de moyens qui se fait trop ressentir

Effy, spécialiste en efficacité énergétique, a partagé ce 13 novembre les résultats d’une enquête menée auprès de 200 élus locaux par l’IFOP afin d’« évaluer leur perception de l’efficacité énergétique ». Résultats : si cette problématique est considérée comme une priorité par la majorité des maires, ils manquent cependant de moyens pour mener à bien des actions visant à mettre en œuvre la transition énergétique des collectivités qu’ils représentent.
Des professionnels de l’immobilier optimistes pour 2017

Des professionnels de l’immobilier optimistes pour 2017

Selon une enquête Crédit Foncier/CSA publiée ce lundi, 74% des professionnels de l’immobilier se disent optimistes pour le marché du logement en 2017. Cet optimisme se doit notamment à « l’attractivité du marché » et à des niveaux bas de taux d’intérêt de crédit. Concernant les prix et les volumes de transactions, ils devraient rester « stables » ou encore augmenter aussi bien dans le neuf que dans l’ancien.
Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper

Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper

Il y a quelques jours, Guy Hoquet l’Immobilier et Laforêt faisaient part d’une hausse des transactions et des prix depuis le début de l’année sur le marché de l’immobilier ancien. Un constat confirmé aujourd’hui par l’Insee. En effet, d’après l’Institut, les prix des logements anciens ont augmenté de 1% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents. Sur un an, 921 000 transactions ont également été recensées – un record jamais atteint jusqu’alors.
Des dirigeants de PME plus optimistes malgré des difficultés conjoncturelles importantes

Des dirigeants de PME plus optimistes malgré des difficultés conjoncturelles importantes

Selon une enquête IFOP pour KPMG et la CGPME réalisée au mois de septembre auprès de 401 dirigeants de PME françaises, 83% des chefs d’entreprises se déclarent « inquiets » sur le contexte économique, soit quatre points de moins qu’en septembre 2014. Mais si la rentrée 2015 semble plus optimiste que celle des années précédentes, les freins persistent notamment en matière d’accès au crédit.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter