Les artisans du BTP opposés au prélèvement à la source Vie des sociétés | 25.06.18

Partager sur :
Les artisans du BTP opposés au prélèvement à la source
Censé entrer en vigueur dès 2019, l’impôt retenu à la source fait toujours autant polémique. Ce 25 juin, c’est la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) qui a tenu à s’adresser au gouvernement à travers une lettre ouverte publiée dans « Le Parisien Aujourd’hui en France ». Les professionnels concernés réclament notamment la mise en place d’un numéro vert visant à informer les salariés des TPE. Précisions.
« Nous, artisans du bâtiment, refusons de collecter l’impôt sur le revenu, d’y consacrer une semaine de paperasse par an, et de nous immiscer dans la vie privée de nos salariés. Nous voulons faire avancer nos chantiers ! Nous demandons des compensations financières et attendons de Bercy qu’un numéro vert soit mis en place pour informer les salariés des TPE. Cette responsabilité est celle de l’administration fiscale, pas des chefs d’entreprise. »

Tel est le message adressé par la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) dans une lettre ouverte publiée ce 25 dans Le Parisien Aujourd’hui en France, à l’attention du Président de la République et du Premier ministre. À l’approche de l’entrée en vigueur du prélèvement de l’impôt à la source le 1er janvier 2019, les artisans sont en effet nombreux à remettre en doute la pertinence de ce dispositif et, surtout, à s’inquiéter sur son fonctionnement.

« Les chefs d’entreprise artisanale ne sont pas préparés à assumer la charge financière et administrative que représente la mise en place du prélèvement à la source. Ils ne sont ni fiscalistes, ni percepteurs, ils n’ont ni DAF ni DRH, ils ne sont pas censés affronter une telle surcharge de travail », rappelle Patrick Liébus, président de l’organisme.

Une adaptation nécessaire des entreprises du BTP

« C’est aujourd’hui au Président de la République et au Premier ministre Edouard Philippe que je m’adresse pour les alerter sur notre situation et demander la simplification de ce dispositif qui n’est clairement pas calibré pour les petites entreprises. Nous demandons également le soutien de l’administration via la création d’un numéro vert d’information des salariés, et une compensation financière des coûts supportés par les artisans », poursuit-il.

Au-delà de la simplification du dispositif, les artisans du BTP militent également pour la création d’un numéro vert grâce auxquels les salariés des entreprises pourraient bénéficier d’un accompagnement privilégié. Cette ligne téléphonique permettrait, par ailleurs, de recueillir les contestations, comme le réclame la Confédération.

De plus, le syndicat s’est rapproché de l’U2P (Union des entreprises de proximité) afin de porter des revendications communes auprès du gouvernement. Parmi elles, les deux organisations professionnelles réclament notamment la mise en place de compensations financières des coûts de gestion pour les employeurs. Chacun est d’ailleurs invité à signer la pétition en ligne #ChacunSonJob afin « d’inciter le gouvernement à revoir sa réforme ».

Selon l’U2P, les dirigeants d’entreprise artisanale passeraient une semaine par an en moyenne pour le traitement administratif de la collecte de l’impôt, soit 1h30 par salarié et par mois. « À l’heure où l’activité repart dans le secteur du bâtiment, 60% des chefs d’entreprise artisanale travaillent plus de 50h par semaine et souffrent d’un stress important. Le prélèvement à la source va imposer une charge supplémentaire aux artisans, qui ne sont pas en mesure d’y allouer les ressources humaines ou financières nécessaires », concluent la Capeb et l’U2P.

F.C
Photo de Une : @capeb_fr (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Déception et revendications autour du prélèvement de l’impôt sur le revenu

Déception et revendications autour du prélèvement de l’impôt sur le revenu

Cette fois, c’est une certitude : le gouvernement a décidé mardi 4 septembre de maintenir la réforme du prélèvement de l’impôt sur le revenu, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2019. Si le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré sur France Info qu’il n’y aurait « aucun perdant », les organismes professionnels sont toujours vent debout contre cette mesure nécessitant, au mieux, d’être modifiée.
Pour la Capeb, 2017 doit être l’année des TPE/PME

Pour la Capeb, 2017 doit être l’année des TPE/PME

Lors de la présentation des voeux de la Capeb pour 2017, Patrick Liébus a rappelé les défis à relever pour que l’année soit synonyme « d’activité, de rentabilité et de stabilité ». Il considère en effet que les « incertitudes » sont importantes tant sur le plan international que local. Pour relancer le bâtiment, une seule réponse « une grande politique de petits travaux », dit-il.
Le bâtiment au cœur du projet de loi Pacte

Le bâtiment au cœur du projet de loi Pacte

Après avoir fait plusieurs annonces en faveur du BTP lors du dernier Congrès national de la FFB, Bruno Le Maire a présenté ce lundi 18 juin son projet de loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises). Censée permettre la création de nouveaux emplois en France et le développement des différentes sociétés, cette initiative fait notamment la part belle au bâtiment, avec deux mesures majeures réclamées depuis longtemps. Les détails.
L'IRIS-ST lance un nouveau kit pour sensibiliser les TPE du BTP à la santé et sécurité

L'IRIS-ST lance un nouveau kit pour sensibiliser les TPE du BTP à la santé et sécurité

De tous les secteurs d'activité, la construction est certainement l'un de ceux où les risques sont les plus élevés pour les salariés. Afin de former et sensibiliser les entreprises artisanales du bâtiment, l'IRIS-ST a créé un nouveau kit de prévention composés de neuf mémos rappelant les bonnes pratiques à adopter en matière de Santé et sécurité au travail (SST). Une initiative saluée par Patrick Liébus, président de la Capeb.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter