Les cartes Imope : l’accélérateur de travaux énergétiques made in Saint-Etienne Vie des sociétés | 15.04.19

Partager sur :
Le challenge Data City Paris, créé par la Ville de Paris et NUMA, donne sa chance, depuis 2015, à des start-ups désireuses d’apporter des solutions concrètes aux enjeux urbains. Pour le millésime 2019, Urban Retrofit Business Services (URBS), fondé par Maxilien Brossard et Jonathan Villot, a été choisi pour sa « solution d’accélération de la rénovation énergétique », via une cartographie riche en informations pour les collectivités et les acteurs privés : Imope. Présentation.

La transition énergétique est un enjeu majeur pour les prochaines décennies. Maximilien Brossard, expert en géographie numérique (données territoriales) et Jonathan Villot, enseignant chercheur spécialisé en développement d’outil d’aide à la décision, sont partis d’un constat : la rénovation énergétique peine à atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement ou la loi pour la transition énergétique. En lien avec la Plateforme territoire de l’Institut Fayol et l’école des Mines de Saint-Etienne dont ils sont issus, les deux entrepreneurs ont développé Imope. Ce service dématérialisé offre une cartographie à l’échelle d’un quartier ou d’une ville, permettant aux collectivités territoriales d’identifier les zones où des rénovations énergétiques sont nécessaires et d’aller directement à la rencontre des propriétaires de logement.

 

Aller vers l’habitant

 

« Il y a un problème entre la stratégie et les décideurs, explique Jonathan Villot. Chaque territoire communique sur la rénovation énergétique, sur sa propre plateforme, par de grosses campagnes publicitaires. Mais il y a un gros problème : les grandes campagnes de communication coûtent chères, son effet est éphémère et ne touche qu’une partie de la population ».

Au lieu d’attendre que les propriétaires et acteurs du logement agissent en faveur de la transition énergétique et effectuent des travaux ou des changements nécessaires dans leurs logements, Imope prône une « autre approche » : aller directement vers eux, en ciblant les zones et les acteurs concernés.

 

« Une cinquantaine d’indicateurs »

 

Pour enrichir leur solution numérique, Maximilien Brossard et Jonathan Villot puisent dans une trentaine de bases de données en « open data », c’est-à-dire libres d’accès et de diffusion, comme celles de l’INSEE ou du Grand Paris, par exemple. Ils vont accéder également à d’autres bases de données, « plus restrictives en termes d’accès ». Les algorithmes développés avec l’école des Mines permettent de croiser et synthétiser toutes les informations de façon claire : « il faut donner un sens et de l’utilité aux données, en faveur de la transition énergétique des logements », continue Jonathan Villot.

Grâce à l’intelligence artificielle ainsi développée, Imope peut fournir « plus d’une cinquantaine d’indicateurs » : année de construction d’un logement, typologie du bâtiment, surface, performance énergétique, énergies utilisées pour le chauffage, par exemple, type de propriété (copropriété, logements sociaux, privés…), actions de rénovations antérieures, etc.

Les données seront mises à jour par des « utilisateurs tiers de confiance » (communautés de communes, par exemple) afin de garder une cartographie actualisée.

 

« Massifier les travaux »

 

Ce changement d’approche pour accélérer les rénovations énergétiques, à l’échelle d’un territoire défini, « permet de massifier les travaux envisagés et, en touchant plusieurs logements, les coûts baissent, explique Jonathan Villot. Imope va contribuer à la transition énergétique mais c’est un élément parmi un tout. C’est un accompagnement pour les partenariats entre acteurs publics et privés ». La solution numérique Imope est déjà utilisée à Saint-Etienne ; d’abord destiné à un quartier prioritaire de la ville, Imope a été étendue sur l’agglomération stéphanoise.

Les deux fondateurs de URBS imaginent déjà élargir Imope aux locaux tertiaires et continuent de travailler en lien avec l’école des Mines de Saint-Etienne.

En attendant, les lauréats du challenge Data City, Jonathan Villot et Maximilien Brossard, disposent de quatre mois pour cartographier le 13e arrondissement de Paris et proposer des actions pour la rénovation énergétique.

 

Propos recueillis par Lise Chastang

Photo de Une : Interface Imope, document non contractuel ©URBS

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter