Les entreprises d’ingénierie demandent à l’État d’accélérer la mise en œuvre du BIM Vie des sociétés | 04.04.17

Partager sur :
Selon les résultats d’une étude du PTNB sur le BIM dans le secteur du BTP, plus d’un professionnel sur trois utilise le BIM dans ses opérations, contre 27% en mars 2016. Une proportion bien plus importante pour les entreprises d’ingénierie, dont la moitié exploite déjà l’outil numérique. Ces dernières, via leur fédération professionnelle Syntec-Ingénierie, ont demandé à l’État de favoriser la mise en oeuvre du BIM.
Publiée le 3 avril 2017, la 2ème édition du Baromètre du PTNB (Plan de Transition numérique du Bâtiment) sur le BIM dans le secteur du BTP a révélé des résultats jugés comme positifs pour l’ensemble de la filière BTP et pour les entreprises d’ingénierie. En un an, l’utilisation du BIM est passée de 27% à 35% dans le secteur.

Les maîtres d’œuvres des entreprises d’ingénierie, plus avancés que leurs partenaires concernant le BIM, enregistrent une progression encore plus forte, passant de 37% à 50% d’utilisateurs sur la même période. Même parmi ceux n’ayant pas recours au BIM, ce dernier séduit, 58% des maîtres d’œuvres étant convaincus de son utilité. Parmi ceux qui ont déjà adopté l’outil numérique, 44% d’entre eux utilisent également les conventions BIM, contre 32% chez les maîtres d’ouvrages.

Pour tous ces acteurs, le BIM est source de valeur ajoutée. Il permet ainsi de favoriser les échanges entre les acteurs (63%), de minimiser les erreurs de conception (58%) et d’améliorer la qualité générale du travail (41%).

Une progression qui réjouit Ludovic Vaz, président du bureau Bâtiment de Syntec-Ingénierie. « En seulement un an, on constate une forte progression dans l'appropriation du BIM par les acteurs du BTP et notamment par les entreprises d'ingénierie. C'est une très bonne nouvelle car le BIM est un outil incontournable pour optimiser la performance des ouvrages et mener à bien la révolution numérique [...] Nous voulons les encourager en leur donnant des gages de confiance sur la qualité des processus et des livrables. La certification pourrait être une solution pour établir clairement le ROI du BIM », explique-t-il.

Les pouvoirs publics à la rescousse

L’étude révèle toutefois que la progression des BIM est freinée par de multiples causes. Aux yeux des professionnels du BTP, les principales sont pour 47% d’entre eux le manque de compétence interne, pour 45%, le coût d’investissement du logiciel, et pour 37%, le manque de standardisation.

Afin de lever ces freins, les entreprises d’ingénierie, via leur fédération Syntec-Ingénierie demandent trois actions aux pouvoirs publics : soutenir la formation au BIM, mener une action en faveur de l’adoption d’un standard commun et octroyer des aides financières.

« Si les résultats de l'étude du PTNB sont très encourageants, ils confirment encore l'existence de freins à l'appropriation du BIM par les professionnels du BTP », déclare Nicolas Jachiet, président de Syntec-Ingénierie.

« Il est crucial que les pouvoirs publics renforcent leur mobilisation sur ce sujet pour soutenir et accélérer la digitalisation de la filière. Il y va de la performance de nos ouvrages et de l'attractivité de notre patrimoine bâti et d'infrastructures. En ce sens, nous proposons aux candidats à la présidentielle et aux législatives d'accélérer la mise en œuvre du BIM au travers de l'adoption d'obligations réglementaires échelonnées dans le temps et par taille d'ouvrages à partir de 2020 pour les ouvrages publics. Comme le démontre la hausse de l'usage du BIM, les acteurs y sont prêts », conclut-il.

F.T
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Toujours plus de start-up innovantes dans le BTP !

Toujours plus de start-up innovantes dans le BTP !

L’innovation va florissante dans le secteur de la construction ! Le cabinet PwC a en effet publié ce 12 décembre une étude portant sur la transformation du secteur et mettant en lumière les dernières nouveautés du marché. Les start-up, tout particulièrement, tiennent une place importante dans le BTP. Preuve en est, la totalité des grands groupes travaille aujourd’hui avec de jeunes pousses prometteuses.
Les raisons de se lancer dans le BIM, selon Arcadis

Les raisons de se lancer dans le BIM, selon Arcadis

Arcadis, société internationale majeure dans le domaine du conseil et de la conception de l’espace naturel et construit, organisait ce matin une conférence de presse afin d’exposer sa vision du BIM (Building Information Modeling). Un outil aux multiples facettes qui, aux yeux du groupe, est encore mal compris, mais offre de nombreux avantages. L’occasion également de répondre à certaines interrogations sur ce que beaucoup voient comme l’avenir du secteur.
Le BIM, une tendance qui monte mais…

Le BIM, une tendance qui monte mais…

Le marché du BIM a augmenté de 60% en France cette année, c’est dire combien il séduit un nombre toujours plus élevé de professionnels. Pourtant, selon une étude réalisée par KYU Lab et ACTH pour le compte de l’OPIIEC, 80 000 salariés sont à former au BIM d’ici 2020 pour concrétiser sa mise en oeuvre. Comment y parvenir ? Syntec-Ingénierie, qui a participé au pilotage de l’étude, présente son plan d’actions.
L’innovation, un rouage essentiel à la formation des apprentis du BTP

L’innovation, un rouage essentiel à la formation des apprentis du BTP

Ce 15 janvier se tenait la première WinLab’ Conférence organisée par le réseau de l’apprentissage CCCA-BTP. L’organisme en a profité pour présenter les résultats d’une vaste étude intitulée "Les jeunes et l’innovation dans le BTP". Menée auprès de plus de 6 000 apprentis du secteur, l’enquête met en évidence leur appétence pour les nouvelles technologies (objets connectés, BIM, etc.), même si les compétences manuelles restent essentielles à l’exercice de leur fonction pour une majorité d’entre eux.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter