Les patrons de l'artisanat du bâtiment au bord de la crise de nerf

Vie des sociétés | 23.09.14
Partager sur :
Les patrons de l'artisanat du bâtiment au bord de la crise de nerf - Batiweb
Rendu public ce mardi, le premier baromètre ARTI Santé BTP révèle que plus de la moitié des patrons des petites entreprises du bâtiment sont très régulièrement stressés. Parmi les facteurs générateurs d'anxiété comptent notamment le rythme de travail intense, la pression des délais, l'exigence mentale de l'activité, le sentiment d'isolement ou encore le sentiment d'insécurité.
Oser. Le mot a rythmé la présentation du premier baromètre ARTI Santé dévoilé ce mardi par la CAPEB, la CNATP et le pôle d'innovation IRIS-ST. « Il fallait oser faire cette enquête et aller voir les chefs d'entreprises qui vont désormais oser en parler entre eux, s'est réjouit Françoise Despret, présidente de la CNATP. Car beaucoup sont proches du burn out (syndrome d'épuisement professionnel, ndlr) mais n'osent pas le dire ».

Composée de 51 questions portant sur la sécurité au travail d'une part puis le stress et la santé d'autre part, l'enquête adressée à des chefs d'entreprise artisanale du BTP (de 0 à 20 salariés), a recueilli 3 120 réponses entre juin et juillet. « Cette mobilisation est un signal fort qui montre q'ils voulaient être entendus», considère Julie Boisserie, chef de projet chez IRIS-ST. Et pour cause. Les chiffres révèlent de nombreux signes d'épuisement propices au burnout, un état dépressif de dévalorisation et de totale démotivation ayant la particularité de ne pas être visible de l'extérieur.

Si l'enquête releve qu'une majorité d'artisans du BTP s'estime en bonne santé (80 %), de précédentes études, de l'INSEE notamment, ont montré que ces derniers ont tendance à être très, voire trop positifs s'agissant de leur état de santé. « Se penser en bonne santé est signe de force et de conviction vis à vis du client. Tandis qu'admettre que l'on ne l'est pas conduit à un phénomène de déclassement, à une forme d'échec. C'est ce qui explique que par habitude, les artisans préfèrent dire que ça va», traduit Patrick Liébus, président de la CAPEB.

Un artisan sur deux très régulièrement stressé

Mais ce naturel positif a ses limites. En atteste le principal enseignement de l'enquête qui pointe que 57% des répondants se sentent stressés souvent, voire très souvent. Parmi les facteurs générateurs d'anxiété chez les artisans du BTP comptent le rythme de travail intense, la pression des délais, l'exigence mentale de l'activité, les interruptions intempestives dans le travail, le déséquilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, le sentiment d'isolement, le conflit de valeur et enfin le sentiment d'insécurité. « Si le stress dure, cela peut avoir des conséquences directes sur la santé qui se manifestent alors physiquement, mentalement ou émotionnellement et se traduisent notamment par des troubles de l’appétit, du sommeil ou de la digestion », prévient Julie Boisserie.

Or, l'enquête apprend par ailleurs que seul un artisan sur quatre est suivi médicalement dans le cadre de son activité professionnelle, les autres ne bénéficiant pas de ce fait de démarche préventive. « C'est très courant chez les artisans d'aller consulter uniquement lorsqu'on arrive à l'extrême. C'est une négligence qu'il faut absolument corriger », déplore Patrick Liébus.

Plus de 60 heures de travail par semaine 

En tant que chefs d'entreprise, nombre d'artisans s'investissent beaucoup dans leur entreprise. Au point qu'un sur cinq déclare travailler plus de 60 heures par semaine, et plus de 50 heures pour un sur deux. Les week-ends et les vacances ne sont pas en reste puisque 46% des artisans déclarent travailler pendant les deux jours de repos hebdomadaires tandis qu'un sur trois ne s'accorde que deux semaines de congés par an maximum. « Ce phénomène a pris de l'ampleur avec la crise économique. Car beaucoup d'artisans sont à la recherche de travail ; quand il arrive il faut gérer», résume la présidente de la CNATP. 

S 'agissant des perturbations du rythme de travail, le sentiment d'urgence est partagé par 80 % des artisans interrogés. Tandis que trois sur quatre déclarent être souvent interrompus pendant leur travail, 85% considérent que ces interruptions sont négatives pour leur travail et sont catalyseur de stress. Enfin, 89% des répondants affirment que leur vie professionnelle empiète sur leur vie personnelle. Et cela est d'autant plus vrai que dans une entreprise sur deux, le conjoint est impliqué dans la vie de l'entreprise.

Prêts à se mettre en danger pour préserver leurs salariés

L'image de l'artisan peu soucieux des aspects de sécurité sur ses chantiers semble bel et bien révolue. Ainsi, 98% des artisans interrogés déclarent être attentifs aux questions de sécurité vis à vis de leur salariés tandis que 62 % indiquent être attentifs aux questions de sécurité vis à vis d'eux-mêmes. Preuve en est, le nombre d’accidents du travail en recul de 7 % entre 2011 et 2012. On observe également qu'une majorité d'artisans n'hésite pas à préserver en priorité ses salariés (73%) en se réservant les tâches les plus à risque.

Moyens de travail en hauteur, machines et outils, aménagements... 76% des répondants affirment en outre avoir fait des investissements au cours des deux dernières années visant à améliorer la prévention.

Quelles solutions pour améliorer les conditions de travail ?

A l'aune de ce premier état des lieux, la CAPEB propose des pistes de travail et des recommandations. La première repose sur l'élaboration d'un dispositif national de suivi statistique des accidents du travail et des maladies professionnelles des travailleurs indépendants. La seconde concerne la mise en place d'un suivi médical professionnel périodique pour les travailleurs indépendants qui contrairement au salariés dont le service médical est assuré de droit par un service de santé du travail, ne bénéficient pas de dispositif spécifique. Enfin, la Capeb travaille en étroite collaboration avec IRIS sur l'élaboration de fiches de sensibilisation visant à éviter de rentrer dans un stress extreme ou de faire un burn out.

Audrey Le Guellec
© srdjan111

Redacteur
La sélection de la semaine
Plafond Monolithique ELEGANZA - Batiweb

Eleganza de Armstrong Ceiling Solutions offre une harmonie des sons et une élégance visuelle. Avantages...


PRB propose une nouvelle gamme Responsable & Durable - Batiweb

PRB étoffe sa gamme Responsable & Durable avec de nouvelles références venant compléter ceux...


Pythagore : logiciel de Gestion pour bureaux d’études, sociétés d'ingénierie et de conseil - Batiweb

Pythagore : logiciel de Gestion pour bureaux d’études, sociétés d'ingénierie et de...

Dossiers partenaires
Myral se fixe un objectif de 63 % de réduction d’impact carbone à l’horizon 2024. Une démarche environnementale entre actions et engagements. - Batiweb

Myral s’apprête à déployer une décarbonation massive, après plus de 10 ans de travail et de réflexion en faveur de la tr…


Débord SIEL : Une avancée de toit en béton de 32 cm - Batiweb

Un produit 2 en 1 qui permet de créer le débord tout en réalisant les chainages horizontaux périphériques.…


Hygiène et bien-être, WC lavant Geberit AquaClean - Batiweb

L’eau est indispensable pour l’hygiène quotidienne. Elle lave en douceur, mais aussi efficacement. C'est pourquoi de plu…

information bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb