Les prix du neuf en forte hausse dans les grandes villes Vie des sociétés | 23.06.17

Partager sur :
Trouver-un-logement-neuf.com, spécialiste de l’immobilier, publie chaque début d’été un baromètre sur le prix des logements neufs dans les 10 plus grandes villes françaises. Celui de cette année, communiqué le 20 juin 2017, montre une forte tendance à la hausse sur l’ensemble du territoire durant les 6 derniers mois, les rares baisses de prix étant, elles, plutôt faibles. Précisions.
La hausse des prix de l’immobilier neuf dans l’hexagone se confirme dans ce nouveau baromètre dédié aux grandes villes françaises. Dans sa dernière étude, Trouver-un-logement-neuf.com enregistre des augmentations, parfois fortes, des prix dans 7 villes du top 10. A l’inverse, les trois baisses de prix sont plutôt faibles et ne suffisent pas à compenser la hausse.

La première agglomération concernée par ce rebond des prix est la capitale, Paris. Après des mois de stagnation sur le prix de vente d’un trois pièce (qui sert de surface de référence au baromètre), la ville lumière enregistre une hausse de 4% en 6 mois, soit 27 000 euros supplémentaires depuis décembre. En moyenne, le prix d’un appartement neuf trois-pièces sur Paris se vend maintenant à 690 000 euros, contre 663 000 euros à fin 2016.

Nice profitait elle aussi d’une certaine accalmie sur les prix du neuf. Hélas pour les actuels et futurs Nicois, c’est terminé. En 6 mois, le prix moyen d’un trois-pièces a grimpé de +8,5%, la plus forte hausse en France. La ville rejoint Lyon sur la 2ème place du podium des villes les plus chères, avec un T3 à 309 000 euros. Le cap symbolique des trois-pièces est donc de nouveau franchi sur la Côte d’Azur.

Si Bordeaux et Nantes conservent respectivement la 4ème et 5ème place de ce classement, les prix continuent inlassablement d’augmenter dans ces deux grandes villes: +6,3% à Bordeaux et +7% à Nantes en 6 mois, soit 270 000 € pour acheter un T3 à Bordeaux et 259 000 € à Nantes. De fortes hausses qui se retrouvent quasiment sur toutes les surfaces, montrant la forte pression sur les prix qui s’exercent actuellement dans ces deux villes, de plus en plus populaires.

Strasbourg et Toulouse ne sont pas en reste : +6% pour la première et +3,8% pour la seconde en 6 mois. Un petit bouleversement pour le classement, puis que la ville rose, qui était pendant longtemps la plus attractive de ce classement, perd son statut avec un prix moyen du trois-pièces à 221 000 €. Idem pour Strasbourg qui grimpe de deux places dans le top 10 passant de la 9ème à la 7ème position, avec un prix moyen à 227 000 €.

Montpellier, Lille et Marseille en baisse

Toujours à la 6ème place de ce top 10, la ville de Montpellier profite d’une vraie stabilité de ces prix du neuf : -1,3% en 6 mois à 232 000 € pour un trois-pièces. Une des rares baisses de ces derniers mois. De quoi permettre à certains investisseurs d’opter pour la capitale du Languedoc-Roussillon afin d’acheter pour louer, face aux hausses successives enregistrées à Nantes et Bordeaux.

C’est donc Lille qui obtient en ce milieu d’année le titre de grande ville la plus attractive de France avec un trois-pièces à 211 000 € : -2,3% en 6 mois. Marseille, 8ème du classement, profite également d’une légère baisse : -1,3% depuis décembre dernier, avec un prix moyen de 223 000 € pour un T3.

Une hausse qui n’est donc pas généralisée, mais qui se fait bien sentir.

F.T
photo de une: ©Fotoloa
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle !

Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle !

Cela n’était pas arrivé depuis février 2012. Après une période particulièrement incertaine durant laquelle le volume des ventes d’immobilier ancien n’a cessé de faire le yo-yo, l’organisme Notaires de France estime à 839 000 le nombre de transactions réalisées en un an, soit une hausse de 15%. Un bilan positif qui doit beaucoup aux taux d’intérêt historiquement bas enregistrés par le secteur. Le point sur la conjoncture immobilière actuelle.
Les ventes dans l'immobilier ancien crèvent les plafonds

Les ventes dans l'immobilier ancien crèvent les plafonds

Le marché de l’immobilier ancien a dépassé le plafond symbolique des 800 000 ventes en 2015, se rapprochant de ses records historiques du début des années 2000, selon l'indice Notaires-Insee publié ce jeudi. Banques et pouvoirs publics jouent le jeu, ce qui rassure les investisseurs dans un contexte de taux d'emprunt bas. Détails
Plus de clarté dans les annonces immobilières

Plus de clarté dans les annonces immobilières

Finies les annonces immobilières qui ‘’oubliaient’’ d’indiquer certaines informations ! À compter du 1er avril, les promoteurs auront l’obligation d’apporter toutes les précisions nécessaires à la location ou à la vente d’un logement, incluant notamment les honoraires, le montant charges comprises ou encore la surface habitable. Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter