Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres Vie des sociétés | 14.06.17

Partager sur :
Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres Batiweb
Il y a quelques semaines, le Groupe Velux profitait des 3e Rencontres sur les bâtiments sains pour publier l’édition 2017 de son Baromètre de l’habitat sain. L’année dernière déjà, la qualité de l’air et la luminosité apparaissaient comme des facteurs-clés du bien-être. Allant plus loin dans l’analyse, le fabricant de fenêtres de toits a constaté des « corrélations saisissantes » entre santé et conditions de logement. Les résultats de l’étude.
En 2016, le Groupe Velux publiait la seconde édition de son Baromètre de l’habitat sain, fruit d’un partenariat avec l’Université allemande Humboldt. En outre, l’étude révélait que « les Français qui habitent un logement insalubre, insuffisamment éclairé et mal aéré, présentent un état de santé général plus fragile ».

Souhaitant aller plus loin pour l’édition 2017, le spécialiste de la fenêtre de toit a élargi son enquête à l’Europe entière. Révélés lors des 3e Rencontres sur les bâtiments sains, le 31 mai dernier, les résultats indiquent qu’un Européen sur six vit dans un logement insalubre (exposé à l’humidité et manquant de lumière naturelle).

Un constat d’autant plus problématique que les individus concernés « sont près de deux fois plus nombreux à se dire en mauvaise santé et 40% de plus à avoir de l’asthme », d’après Velux.

Le fabricant de menuiseries rappelle par ailleurs qu’une bonne luminosité est indispensable au confort de l’habitat. Et pour cause : « les personnes vivant dans des habitats sombres courent 1,5 fois plus de risques d’être en mauvaise santé ».

Des risques liés à la précarité énergétique

Autre facteur ayant des conséquences directes sur les habitants : les situations de précarité énergétique. Ce sont ainsi 49 millions d’Européens (un sur dix) qui rencontrent des difficultés à se chauffer convenablement en hiver. Une situation qui n’est pas sans risque !

En effet, « les personnes souffrant du froid chez elles se disent également deux fois plus souvent en mauvaise santé », d’après l’enquête. C’est d’autant plus vrai en France, « où cette proportion est presque multipliée par trois. »

Pour autant, le Groupe Velux, qui s’appuie sur les données de l’OCDE et de la Commission européenne (Eurostat), note que 70% des ménages européens sont « en mesure de financer une démarche de rénovation ». Une démarche qui pourrait être soutenue directement par les États de l’UE, qui disposent pour cela d’un capital de 30 000 milliards d’euros.

Plus d’investissements dans la rénovation, moins de dépenses liées aux maladies

Si le budget nécessaire à la rénovation du bâti existant en Europe peut sembler conséquent, le Baromètre de l’habitat sain constate en parallèle que les coûts supportés par les États pour soigner l’asthme et la broncho-pneumopathie chronique (qui peuvent être liés au mal-logement) représentent un véritable gouffre financier, à savoir 82 milliards d’euros par an (dont 42 milliards de coûts directs).

« Nous savons instinctivement qu’il est mauvais pour la santé de vivre dans un logement humide. Cette étude donne la mesure du coût sanitaire du mal-logement pour les Européens mais aussi du coût financier qu’ont à supporter les sociétés européennes, faute de réhabilitation d’un parc immobilier vieillissant », témoigne Catherine Juillard, directrice bâtiments durables et relations institutionnelles chez Velux France.

« Cette étude nous rappelle que la vocation de l’habitat est d’offrir à ses occupants un cadre de vie sain », renchérit Maroš Šefčovič, vice-président de l’Union énergétique de la Commission européenne. « Elle montre aussi que la rénovation du parc existant peut avoir une incidence majeure sur notre santé et notre bien-être, tout en apportant des solutions à certaines de nos grandes problématiques sociétales et climatiques. » À bon entendeur !

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Velux publie les résultats de son Baromètre de l’Habitat Sain 2017 Batiweb

Velux publie les résultats de son Baromètre de l’Habitat Sain 2017

Le leader de la fenêtre de toit Velux a partagé ce 6 décembre les résultats de son Baromètre de l’Habitat Sain. Et cette année encore, de nombreux indicateurs ont de quoi inquiéter : 1 Européen sur 10 n’a pas les moyens de se nourrir et de chauffer son logement, et 1 Français sur 8 vit dans un bien insalubre. Des problèmes non sans conséquences sur leur santé.
Les zones périurbaines particulièrement touchées par le mal-logement Batiweb

Les zones périurbaines particulièrement touchées par le mal-logement

Après Qualitel, c’est aujourd’hui le groupe Velux qui a présenté l’édition 2018 de son Baromètre de l’Habitat sain. Revenant sur l’état des logements à l’échelle européenne et ses conséquences sur la santé des habitants, le document dresse un constat édifiant : les zones périurbaines, qui sont pourtant les plus demandées par les ménages, sont également celles où se regroupent de nombreux biens immobiliers vétustes. Explications.
Velux réclame « une nouvelle approche de la conception des bâtiments » Batiweb

Velux réclame « une nouvelle approche de la conception des bâtiments »

Dans son dernier rapport résultant d’une enquête YouGov, le Groupe Velux s’est cette fois intéressé à la Génération « Indoor », ou littéralement la génération qui vit à l’intérieur. À l’heure où nous passons 90% de notre temps dans l'enceinte des bâtiments, de nouvelles problématiques liées à la santé et au bien-être apparaissent. Comment y remédier ? Éléments de réponse.
Rénovation de logements : bilan mitigé pour l’Anah Batiweb

Rénovation de logements : bilan mitigé pour l’Anah

Légère déception pour l’Agence nationale de l’habitat (Anah) : alors que ces deux dernières années, le programme ‘’Habiter mieux’’ avait permis de réalisation 50 000 rénovations énergétiques, ce chiffre est tombé sous la barre des 41 000 en 2016. Un résultat qui est malheureusement bien loin de l’objectif fixé à 70 000 logements. Le nombre global d’habitats rénovés grâce à l’Anah est également en baisse à 69 769, contre 77 000 l’année précédente.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter