Pas de hausse des tarifs réglementés de vente d’électricité avant la fin de la période hivernale Vie des sociétés | 13.02.19

Partager sur :
Pas de hausse des tarifs réglementés de vente d’électricité avant la fin de la période hivernale
Le gouvernement a annoncé le 12 février que les nouveaux tarifs réglementés de vente de l’électricité, fixés par la CRE (Commission de régulation de l’énergie), ne seraient finalement pas appliqués pendant l’hiver, comme le Premier ministre l’avait déjà proposé en décembre dernier. Certains dispositifs d’aide visant à remplacer des chauffages électriques non performants seront par ailleurs élargis.
La hausse des tarifs réglementés de vente de l’électricité avait fait l’objet de nombreuses délibérations par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui avait néanmoins conclu à une augmentation des prix.

Ayant pris connaissance de cette décision, le gouvernement a rappelé qu’il était contraint d’appliquer ces tarifs selon l’article L. 337-4 du Code de l’énergie. Cependant, comme l’avait déjà promis le Premier ministre Edouard Philippe en décembre 2018, les hausses tarifaires envisagées par la CRE ne seront pas appliquées « tant que la période de chauffe hivernale ne sera pas terminée ».

L’exécutif « fera ainsi usage des délais prévus par la loi afin de protéger les foyers français, notamment les plus modestes, d’une trop forte hausse de leur facture d’électricité dans une période de consommation élevée », a indiqué le ministère de la Transition écologique et solidaire dans un communiqué du 12 février.

Des tarifs plus avantageux et des aides multiples

En outre, le gouvernement a souligné que « la France reste l’un des pays où la hausse est la plus contenue et où l’électricité demeure la moins chère ». Elle coûte ainsi 200 €/MWh en Belgique, Italie et Espagne (+15% qu’en France), et même jusqu’à 75% de plus en Allemagne.

Le ministère a également mis en avant les aides visant à « protéger les Français dans la durée de la hausse prévisible et générale des prix de l’énergie » : l’augmentation de 50 € du chèque énergie, le prolongement du Crédit d’impôt transition énergétique et la réintégration des fenêtres à celui-ci, ou encore la mise en place récente d’une prime visant à remplacer les chaudières au fioul et les vieilles chaudières gaz.

Surtout, il a été précisé que « le gouvernement travaille actuellement à l’élargissement de certains dispositifs existants », et qu’une réforme de la régulation du marché de l’électricité était en cours « pour mieux protéger les consommateurs et les faire bénéficier de la stabilité des coûts du parc de production français ».

F.C
Photo de Une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Des tarifs réglementés de vente de gaz en baisse depuis 2015

Des tarifs réglementés de vente de gaz en baisse depuis 2015

Dans un communiqué daté du 25 juillet dernier, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a confirmé la hausse de 0,2% des tarifs réglementés de vente de gaz au 1er août 2018. Si la tendance devrait impacter la facture des ménages, ekWateur, fournisseur d’énergie indépendant, rappelle que ces tarifs ont connu une baisse de 4,4% depuis 2015 ; une fluctuation qui aura non seulement bénéficié aux consommateurs finaux mais également aux fournisseurs d’énergie.
Chauffage au gaz : les tarifs réglementés augmentent encore !

Chauffage au gaz : les tarifs réglementés augmentent encore !

Alors que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiait récemment son analyse détaillée des coûts d’approvisionnement en gaz naturel, le gouvernement a annoncé le 29 juin que les tarifs réglementés du gaz évolueraient dès le 1er juillet. Ceux-ci vont en effet connaître une forte hausse qui se fera directement ressentir sur la facture des ménages, à hauteur de +7,45% pour un client type. Précisions.
Vers une hausse de +1,7% pour les tarifs réglementés de vente d’électricité

Vers une hausse de +1,7% pour les tarifs réglementés de vente d’électricité

Dans le cadre de la loi du 7 décembre 2010 portant nouvelle organisation du marché de l’électricité, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) est notamment en charge de proposer les évolutions des tarifs réglementés de vente d’électricité. Ainsi, d’après les observations de l’organisme, ces coûts devraient augmenter de 1,7% afin de combler le déficit enregistré en 2012. Une mauvaise nouvelle pour les professionnels concernés par cette décision.
Pas de hausse des tarifs réglementés du gaz avant fin juin 2019

Pas de hausse des tarifs réglementés du gaz avant fin juin 2019

Tentant de calmer la colère des ‘’gilets jaunes’’, Edouard Philippe avait annoncé le 4 décembre dernier que les tarifs de l’électricité et du gaz seraient gelés jusqu’à la fin de l’année. Allant encore plus loin, le ministère de la Transition écologique et solidaire a fait savoir le 16 décembre que les prix du gaz ne devraient finalement pas augmenter d’ici fin juin 2019. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter