Poujoulat développe son offre de bois bûches normalisé dans la Loire Vie des sociétés | 19.05.14

Partager sur :
Poujoulat développe son offre de bois bûches normalisé dans la Loire
Le groupe Poujoulat, leader sur le marché du chauffage au bois, vient d'inaugurer sa seconde usine de bois bûches à haute performance à Noirétable dans la Loire. Avec ce nouvel outil de production, d'une capacité de 80 000 stères par an, il espère contribuer à la structuration de la filière du bois énergie, en pleine évolution, et proposer un combustible aux performances énergétiques normalisées.

« Le bois bûches est trop souvent un produit de qualité variable, les volumes ne sont pas garantis et la confiance du consommateur en pâtit. Nous avons donc cherché à le traiter d'une manière différente de ce qui se fait actuellement », explique le PDG du groupe Poujoulat Frederic Coirier en marge de l'inauguration de sa nouvelle usine de production de bois bûches, la BF 42, implantée à Noirétable dans la Loire.

A la différence du marché local, encore peu structuré, le groupe souhaite donner une dimension industrielle et commerciale au marché du bois bûches, via sa nouvelle filiale Euro Energies destinée à portée sa stratégie dans le bois énergie. « C'est un marché qui va se développer dans les prochaines années, notamment avec l'arrivée de nouveaux appareils de chauffage au bois et l'entrée en vigueur des certifications Flamme Verte et Qualibois. Nous avons également observé une tendance à la baisse de l'autoconsommation, car les gens n'ont plus envie de passer du temps à couper leur bois. Cela devrait également provoquer un glissement du marché du combustible vers les professionnels », argue Frederic Coirier.

Bûches de catégorie H1

L'usine de Noirétable, d'une capacité de production de 80 000 stères par an, doit pouvoir répondre à ce nouveau marché en proposant des produits plus performants, dans une démarche de développement durable.«  Le bois provient de coupes d'éclaircie, destinées à aérer la forêt pour qu'elle grandisse mieux. Notre rayon d'approvisionnement (exploitants forestiers et coopératives) se situe à 150 km maximum de notre usine. Nous utilisons plusieurs essences (chêne, hêtre, charme) mais pas de résineux », détaille Frederic Coirier.

Ces essences, considérées comme les meilleurs feuillus pour un pouvoir calorifique maximum, sont ensuite transportées vers le site de production sous forme de rondins de bois, lorsque leur taux d'humidité avoisine les 35 %.

Les rondins sont fendus en petites sections de 15 cm maximum (longueur variable entre 25 et 40 cm pour s'adapter à la taille du foyer). Ils sont ensuite séchés jusqu'à obtenir un taux d'humidité inférieur à 20 % (bûches de catégorie H1), ce qui favorise la combustion et permet de restituer un maximum de kilocalories.

Les bûches sont enfin nettoyées en tambour d'écorçage pour une meilleure combustion et un faible taux de cendre, puis conditionnées en ballots et en sacs sur palettes étanches.

« Grâce à notre méthode de production, nous disposons d'une bûche normalisée qui équivaut à deux bûches fraîchement coupées en termes de performance énergétique. Nos bûches sont également certifiées NF ce qui garantit le taux d'humidité, la capacité énergétique et l'essence », argumente le PDG du groupe Poujoulat.

Une future usine dans la Haute-Saône

Deux canaux de distribution sont prévus pour ce produit, sous deux marques :

- Crépito : le consommateur se fait livrer le produit directement chez lui, par un grossiste spécialisé en livraison de combustible ;
- Woodstock : le produit est vendu en GSB, GSA, LISA et autres négoces spécialisés.

La BF 42 est la seconde usine bois bûches à haute performance du groupe Poujoulat. Elle représente un investissement de 6 millions d'euros avec, à la clé, une trentaine d'emplois créés dans la région en trois ans. Le site se veut également autosuffisant puisque sa chaudière est exclusivement alimentée par les connexes de l'usine, broyés sous forme de plaquettes. L'usine produit ainsi 2,5 mégawatt en évitant environ 2 000 tonnes d'émission de CO2.

Le leader sur le marché du chauffage à bois poursuit ainsi sa stratégie de développement sur le marché du bois énergie. En 2011, il avait implanté une première usine, la Bois-Factory 36 à Buzançais dans l'Indre. Le groupe finalise actuellement la construction d'une troisième usine à Demangevelle dans la Haute-Saône, pour un investissement de 12 millions d'euros. La BF 70 qui vise une production de 200 000 stères par an, devrait être en phase de démarrage en 2015.

Claire Thibault
© C.T – batiweb.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le SER milite pour le renouvellement des appareils de chauffage au bois

Le SER milite pour le renouvellement des appareils de chauffage au bois

Les industriels de la filière bois domestique du Syndicat des énergies renouvelables appellent à la modernisation du parc des appareils de chauffage au bois, pour préserver la qualité de l'air. L'enjeu est de faire sortir du marché les appareils vétustes qui participent à la pollution atmosphérique. Plusieurs aides existent pour aider les ménages à les remplacer.
RT 2012 : le statut du bois énergie en constructions neuves clarifié

RT 2012 : le statut du bois énergie en constructions neuves clarifié

Une fiche d’application vient d’être publiée, clarifiant le statut du bois énergie dans les constructions neuves. Elle lève toute ambiguïté, qu’aurait pu générer l’interprétation de l’arrêté du 26 octobre : tous les appareils de chauffage au bois permettent de répondre à l’exigence de la RT2012, qui impose d’avoir recours à, au moins, une source d’énergie renouvelable.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter