Quatre ans plus tard, quel bilan pour la campagne de prévention de l’OPPBTP ? Vie des sociétés | 23.01.19

Partager sur :
Quatre ans plus tard, quel bilan pour la campagne de prévention de l’OPPBTP ?
Depuis 2014, l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) travaille en étroite collaboration avec le ministère du Travail et plusieurs autres organisations dans le cadre de son incontournable campagne « Travaux en hauteur, pas droit à l’erreur ». Une mobilisation qui a visiblement porté ses fruits : plus de 1 700 entreprises de la construction sont aujourd’hui engagées dans une démarche de prévention.
Guides, campagnes de sensibilisation, concours… Les initiatives se multiplient du côté de l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics), mobilisé depuis quatre ans dans la lutte contre les risques de chutes de hauteur.

En effet, l’organisme collabore notamment avec la CNAM (Caisse nationale d’assurance maladie) depuis 2014 dans le cadre de la fameuse campagne « Travaux en hauteur, pas droit à l’erreur », qui fera d’ailleurs l’objet d’une seconde phase lancée d’ici peu.

En attendant, l’heure est au bilan pour l’OPPBTP, qui s’était fixé pour objectif d’« informer et mobiliser les chefs d’entreprises pour qu’ils adoptent les bons automatismes ». Dans ce cadre, près de 3 500 sociétés, principalement de couverture, charpente, construction métallique et gros œuvre, de 20 à 49 salariés, ont été accompagnées par l’organisme lui-même ou les Carsat et la Cramif (Caisses d’assurances retraite et maladie).

« Travailler en hauteur est inhérent à la plupart des métiers du BTP ce qui fait que les entreprises du BTP sont à considérer comme des ‘’spécialistes du travail en hauteur’’. Il s’agit donc de renforcer la professionnalisation des salariés du BTP sur les bonnes pratiques du travail en hauteur en sécurité sur la bonne utilisation des équipements de travail qui s’y rapportent », estime Marc Soler, directeur de l’agence OPPBTP de la région Hauts-de-France.

Des actions fructueuses amenées à se poursuivre

C’est ainsi que 1 145 réunions d’information ont été organisées par l’OPPBTP, qui a également mobilisé 130 conseillers et ingénieurs en prévention « pour travailler avec les entreprises volontaires en leur proposant un état des lieux personnalisé ». En parallèle, des actions de sensibilisation, de conseil et de formation ont été menées auprès des sociétés concernées.

Et les résultats sont là ! 1 150 entreprises ont réalisé quelque 5 400 actions de prévention, qui prennent des formes diverses : formation, mise en place de modes opératoires, mise à jour du Document unique, achat et vérification des équipements, etc. 5 805 salariés issus de 976 sociétés ont ainsi été formés par l’OPPBTP.

En complément, les conseilleurs en prévention se sont rendus sur le terrain pour constater les bonnes pratiques récemment mises en œuvre : 66% des chantiers analysés se sont dotés de règles d’utilisation des échelles et des escabeaux, 44% utilisent des équipements de protection collective, et 41% disposent de trémies protégées.

« Désormais, sur le terrain, la mise en place des diverses protections est acquise, et nos salariés savent que dans les situations de coactivité, ils doivent nous alerter et arrêter le travail en cas de risque constaté », témoigne notamment Nerman Dzananovic, directeur de Lima Toitures.

Face à ce succès, l’OPPBTP a déjà fait part de sa volonté de poursuivre son partenariat avec la CNAM. Cette fois, une attention particulière sera portée sur les entreprises de charpente et de couverture, sensibilisées à la culture prévention grâce à un dispositif d’accompagnement, des formations et du conseil. La CNAM, de son côté, espère lancer une nouvelle campagne dédiée aux maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre « pour améliorer la prise en compte des principes généraux de prévention dès la phase de conception des projets de construction ».

F.C
Photo de Une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’incubateur « Santé – Prévention dans le BTP » accueille 7 start-ups

L’incubateur « Santé – Prévention dans le BTP » accueille 7 start-ups

7 jeunes pousses ont été sélectionnées par le CCCA-BTP, l’OPPBTP, PRO BTP et la Fondation Excellence SMA afin de rejoindre l’accélérateur de start-ups « Santé – Prévention dans le BTP ». Grâce à leurs projets innovants, ces entreprises pourront bénéficier d’un accompagnement privilégié incluant notamment une visibilité accrue sur le web, dans les médias et lors des salons professionnels.
La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

Alors que les questions relatives à la Santé et la sécurité au travail (SST) tiennent une importance grandissante, la Capeb a annoncé ce 19 janvier le renforcement de son partenariat avec Garance et IRIS-ST. Le but : mettre en place un dispositif « afin de renforcer la prévention du risque de stress au travail des chefs d’entreprise et conjoints du bâtiment ». Les détails.
Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

La mobilisation de la Capeb en faveur de la prévention se poursuit ! L’organisme a annoncé le 25 juillet avoir renouvelé son partenariat avec Layher, spécialiste des échafaudages, et l’IRIS-ST (Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail). De nouvelles actions de prévention des risques devraient ainsi être prochainement mises en place, de même qu’une assistance téléphonique pour accompagner au mieux les dirigeants des entreprises artisanales du BTP.
La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

Publiée ce jour, la 5e édition de l’Observatoire national des formations à la prévention révèle qu’en 2016, une formation sur deux est liée à la prévention (49%). Si les chiffres sont encourageants, les auteurs de l’étude, notent un « écart significatif » entre la principale cause des accidents du travail et les thématiques suivies. Des leviers ont ainsi été identifiés pour améliorer le suivi et l’impact des formations auprès des artisans du BTP.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter