Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018 Vie des sociétés | 14.12.18

Partager sur :
Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018
En cette période de fin d’année, le Conseil supérieur du notariat a lui aussi dressé le bilan de 2018 pour le marché de l’immobilier ancien. Les hausses des taux d’intérêt des prêts et des prix des biens n’auront visiblement pas été sans conséquences. En effet, avec 956 000 ventes estimées sur les douze derniers mois à fin septembre 2018, le volume annuel ne progresse que de +0,8%. Bien que ces indicateurs ne soient pas définitifs, il semble peu probable que le million de transactions soit dépassé.
Après l’Unicem, qui avait ouvert le bal des bilans annuels le 11 décembre, c’était au tour du Conseil supérieur du notariat de faire le point sur le marché de l’immobilier ancien ce jeudi 13.

L’organisation professionnelle estime que 956 000 biens ont déjà été vendus entre octobre 2017 et septembre 2018, après 948 000 au cours des 12 mois précédents. Les transactions ont ainsi progressé de +0,8%. Néanmoins, « nous n’atteindrons pas le million [cette année] », prévient déjà Thierry Thomas, président du Conseil.

« À fin septembre 2018, le volume de ventes estimé de logements anciens est en baisse de -1,9% sur un an en Île-de-France (175 400 ventes) et en hausse de 1,5% en province (780 600 ventes) », détaille l’institut notarial.

Des prix en hausse malgré des différences entre les territoires

Par ailleurs, les notaires font état d’une augmentation des prix des biens anciens aussi bien pour les appartements que pour les maisons. Dans le collectif, le troisième trimestre 2018 a été marqué par une croissance des valeurs des biens de +3,4% sur un an. En Île-de-France, ce taux atteint même +4,2%, contre +2,6% dans le reste du territoire.

Du côté des maisons, les prix ont également crû de +2,6% en un an au troisième trimestre 2018. En revanche, contrairement aux appartements, cette évolution est plus marquée en province (+2,7%) qu’en région francilienne (+2,0%). « Les prix au 3e trimestre 2018 restent en deçà des niveaux du 4e trimestre 2011 aussi bien en province qu’en Île-de-France », ajoute le Conseil supérieur du notariat.

L’organisme précise enfin que les prix ont flambé à Bordeaux, aussi bien pour les maisons (+7,3%) que pour les appartements (+18,6%). Il s’agit ainsi de la ville la plus coûteuse au regard des logements collectifs : 4 250 € en moyenne ! Nice n’est pas en reste sur le marché des maisons anciennes, s’imposant en tête du classement avec un prix de vente médian atteignant les 455 100 €.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouveau rebond des prix des logements anciens

Nouveau rebond des prix des logements anciens

La baisse des ventes de logements n'aura finalement eu que peu d'impact sur les tensions du marché ! A tel point que les prix dans l'ancien ont encore augmenté au premier trimestre 2018, à raison de +1,5% sur les trois derniers mois, et +3,5% sur un an selon l'indice Notaires-Insee paru ce 7 juin. A fin mars 2018, le volume annuel de transactions s'élève à 956 000 unités, se stabilisant par rapport à décembre dernier.
Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Après une chute de 25% en 2012, le nombre de transactions progresse sur les six premiers mois de l'année, annonce le dernier baromètre de Century 21. Encouragé par une baisse des prix contenue à -2,6 % sur douze mois et soutenu par des taux d’intérêt historiquement bas, le marché fait l’objet d’un regain d’activité de +6,6 %.
L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

Si la conjoncture est plutôt favorable dans le secteur du bâtiment, les Notaires de France notent eux aussi que celui de l’immobilier est en pleine croissance. 921 000 ventes ont ainsi été réalisées en un an à fin juin 2017, tandis que le taux de rotation demeure à un niveau particulièrement élevé. De quoi laisser présager le meilleur pour le reste de l’année.
Conjoncture immobilier : le BBC joue sur le neuf, l'ancien se redresse

Conjoncture immobilier : le BBC joue sur le neuf, l'ancien se redresse

Le deuxième trimestre 2010 sur le marché de l’immobilier dans l’ancien est marqué par un net redressement en termes de volumes des ventes et en termes de prix, indique la note de conjoncture des notaires de France. La perspective de la réduction de certains avantages fiscaux à compter du 1er janvier 2011 a un impact dans le neuf.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter