Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle ! Vie des sociétés | 17.10.16

Partager sur :
Cela n’était pas arrivé depuis février 2012. Après une période particulièrement incertaine durant laquelle le volume des ventes d’immobilier ancien n’a cessé de faire le yo-yo, l’organisme Notaires de France estime à 839 000 le nombre de transactions réalisées en un an, soit une hausse de 15%. Un bilan positif qui doit beaucoup aux taux d’intérêt historiquement bas enregistrés par le secteur. Le point sur la conjoncture immobilière actuelle.
839 000 : c’est le nombre de transactions de logements anciens effectuées depuis octobre 2015, selon l’organisme Notaires de France et l’Insee. Un bilan qui dépasse même le niveau historique enregistré en février 2012 (834 000 ventes) !

Cette croissance peut facilement s’expliquer par les taux d’intérêt extrêmement bas proposés par les banques, qui poussent les acheteurs à passer à l’acte. Notaires de France note également que « le pouvoir d’achat des ménages qui acquièrent un logement s’est amélioré depuis la baisse des taux et le renforcement du PTZ », favorisant « cette augmentation des volumes ».

Tout n’est cependant pas rose ! En effet, Notaires de France et l’Insee indiquent une stabilisation des prix des logements anciens après trois trimestres en hausse. Dans le détail, les prix des appartements gagnent 0,4%, alors que ceux des maisons en perdent, eux, 0,4%. En Île-de-France, les prix des logements anciens progressent de 1,4% sur un an, et de 0,3% en province (malgré une perte de 0,5% entre le premier et le second trimestre).

Une hausse des prix malgré des points de vigilance

Face à ces résultats, Notaires de France mise sur une nouvelle augmentation des prix d’ici fin novembre 2016. Les coûts des appartements devraient ainsi croître de 2%, et ceux des maisons de 2,7%. Du côté de la province, si les indicateurs sont estimés à 0,3% pour les appartements anciens, ils sont beaucoup plus optimistes pour les maisons (2,6% sur un an). L’Île-de-France n’est pas en reste, avec une hausse de 1,3% pour les prix des appartements de 0,5% pour les maisons.

En parallèle, le marché du neuf renoue, lui aussi, avec la croissance, bénéficiant des effets de la loi Pinel. En effet, la construction de 401 200 logements a été autorisée ces douze derniers mois, en augmentation de 8,3%. Par ailleurs, 35 900 logements neufs ont été mis à la vente au deuxième trimestre 2016 (+24,2% sur un an).

Le marché de l’immobilier devrait poursuivre son évolution à la hausse dans l’année à venir, à en croire le Crédit foncier de France. Néanmoins, si ce dernier relève l’optimisme des professionnels du secteur, il précise qu’il est important de nuancer leurs propos « compte-tenu du contexte économique et de la stagnation du pouvoir d’achat des ménages ».

« Historiquement, les mois précédant l’élection présidentielle font apparaître une accalmie, voire un inversement du marché immobilier », rappelle Notaires de France, avant de préciser que « nul ne peut dire ce qu’il en sera au deuxième trimestre 2017 ». Les paris sont ouverts !

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouveau rebond des prix des logements anciens - Batiweb

Nouveau rebond des prix des logements anciens

La baisse des ventes de logements n'aura finalement eu que peu d'impact sur les tensions du marché ! A tel point que les prix dans l'ancien ont encore augmenté au premier trimestre 2018, à raison de +1,5% sur les trois derniers mois, et +3,5% sur un an selon l'indice Notaires-Insee paru ce 7 juin. A fin mars 2018, le volume annuel de transactions s'élève à 956 000 unités, se stabilisant par rapport à décembre dernier.
Immobilier : après une année 2018 "exceptionnelle", une conjoncture plus pessimiste - Batiweb

Immobilier : après une année 2018 "exceptionnelle", une conjoncture plus pessimiste

L’année 2018 s’est terminée en beauté pour le marché immobilier français, selon Cafpi. Dans son bilan 2018, le courtier en crédits immobiliers évoque une année « exceptionnelle », mais apparaît plus pessimiste dans sa conjoncture 2019. En cause : la suppression des APL Accession et la baisse de la quotité du PTZ à 20% en zones B2 et C dans le neuf. La profession en profite pour lancer un appel au Gouvernement.
La FNAIM publie son étude annuelle sur le logement en France - Batiweb

La FNAIM publie son étude annuelle sur le logement en France

Le LABoratoire Economique du Logement (LABEL), cellule économique de la FNAIM, publiait son baromètre annuel sur le logement en France ce jeudi 22 avril, avec pour la première fois un focus sur les étiquettes énergétiques des logements, et une comparaison avec les autres pays européens. On apprend notamment que les prix immobiliers français ont augmenté de 17 % en 10 ans, soit une hausse plus modérée comparé à certains de nos voisins européens.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter