Travail en temps partagé, une solution avantageuse pour les TPE/PME Vie des sociétés | 27.09.18

Partager sur :
Travail en temps partagé, une solution avantageuse pour les TPE/PME
La 10e semaine Nationale du Travail en Temps Partagé se déroulera du 8 au 13 octobre 2018 dans 9 régions de France. Le thème choisi cette année : « 430 000 professionnels en temps partagé. Et vous ? ». L’événement se veut l’occasion de promouvoir cette forme d’emploi qui se développe timidement. Ses avantages semblent pourtant nombreux notamment pour les TPE/PME qui n’ont pas toujours les moyens de s’offrir un cadre à temps plein. Mais qu’en est-il pour les salariés ?
La Fédération Nationale des Associations du Travail en Temps Partagé (FNATTP) organise cette année encore sa semaine nationale du travail en temps partagé. L’événement se veut l’occasion de s’informer sur cette solution d’emploi « gagnant/gagnant ».

La FNATTP estime en effet que cette formule comporte de nombreux avantages « pour les entreprises d’une part mais aussi pour les cadres en recherche d’activité ». Mais « s’il tend à se développer, il reste encore trop peu utilisé, souvent par méconnaissance ».

Quels bénéfices pour l’entreprise ?

Pour les TPE/PME qui n’ont pas toujours les moyens de s’offrir un cadre à temps plein, le temps partagé permet de « s’offrir des compétences pour pérenniser » et développer son activité.

Outre l’aspect financier, les entreprises « n’ont pas toujours la nécessité d’avoir de telles ressources à temps complet mais peuvent avoir besoin de certaines compétences pointues quelques heures par semaine. C’est dans ce contexte que le travail en temps partagé présente une solution très intéressante ».

David Bilbard, fondateur du Portail du temps partagé, explique : « Les entreprises n’ont pas toujours les moyens financiers ou le volume de travail qui justifierait un emploi à temps plein. Le travail en temps partagé leur permet alors de ne pas se priver de certains talents et compétences dans leur entreprise ».

Aujourd’hui, ils sont un peu plus de 430 000 professionnels à avoir choisi cette voie. C’est d’ailleurs le thème de cette 10e édition de la Semaine nationale du travail en temps partagé. Portes ouvertes, conférences, pièces de théâtre, témoignages et challenges d’entreprises… Les initiatives ne manqueront pas. Le tout étant de convaincre les entreprises de se lancer dans la démarche.

Stabilité ou précarité pour les salariés

Si les avantages du travail en temps partagé semblent nombreux pour les entreprises, qu’en est-il des salariés ? Cette solution est-elle une réelle opportunité ou une forme de travail précaire ?

La FNATTP avance que le temps partagé est une « satisfaction pour les salariés ». « Cette forme d’emploi originale est idéale pour les cadres et assimilés qu’ils soient jeunes diplômés ou expérimentés notamment lorsqu’il est difficile de trouver un emploi à temps complet dans une entreprise ».

Cette expérience d’emploi « permet aux jeunes professionnels d’enrichir leurs connaissances du monde de l’entreprise en multipliant les expériences grâce à ces emplois variés ». Elle permettrait ainsi de diversifier son activité professionnelle « pour multiplier les rencontres » et de donner « plus de richesse à son emploi ».

Une édition 2018 qui s’accompagne d’un livre blanc

La 10e semaine nationale du travail en temps partagé s’accompagnera d’un livre blanc, présentant un état des lieux du marché et les enjeux en termes d’innovation sociale. Parmi les thématiques abordées : une nouvelle forme de travail qui implique une nouvelle relation professionnelle ; le renforcement et l’attachement à son territoire ; le temps partagé : une accélérateur de compétences.

« Ces événements partout en France sont une opportunité pour les différents acteurs de s’informer sur les pratiques du temps partagé, de découvrir sa pratique et son fonctionnement. C’est pour nous une façon de promouvoir ce mode de fonctionnement encore timide sur le territoire français », déclare Hélène Meriaux, pésidente de la FNATTP.

Et vous ? Vous laisserez-vous convaincre par cette forme d’emploi ?

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les offres d’emploi dans le BTP explosent

Les offres d’emploi dans le BTP explosent

Réputée pour être une période plus propice à la prudence qu’à l’embauche, la présidentielle ne semble pas avoir freiné l’embellie du secteur du BTP. Or, comparant le nombre d’offres d’emploi disponibles aux premiers trimestres 2016 et 2017, le site d'emploi RegionsJob constate que la construction est le deuxième secteur le plus dynamique du pays, avec un bond de 61% des offres d’emploi. Précisions.
La construction, un secteur qui recrute !

La construction, un secteur qui recrute !

S’appuyant sur le nombre d’offres d’emplois déposées ces deux dernières années, RegionsJob propose aujourd’hui son premier baromètre de l’emploi en France. Et surprise : le secteur du BTP semble être le plus dynamique du pays, devant l’industrie manufacturière et agro-alimentaire. Le détail des chiffres de l'étude.
 En 2014, plus d'un chef de PME sur deux est « inquiet » pour son activité

En 2014, plus d'un chef de PME sur deux est « inquiet » pour son activité

Depuis 5 ans, l'IFOP interroge tous les trimestres plus de 400 dirigeants d'entreprise, à la demande du cabinet d'audit KPMG et du groupement interprofessionnel CGPME. En janvier 2014, ce baromètre sur le financement et l'accès au crédit des PME révèle que plus de la moitié des chefs d'entreprise sont inquiets pour leur propre activité. Parmi leurs soucis, la baisse du chiffre d'affaires et la hausse des coûts des fournisseurs, associées à des problèmes de trésorerie et de financement.
Une nouvelle campagne de recrutement pour NGE

Une nouvelle campagne de recrutement pour NGE

Malgré un regain d’activité, de nombreux entrepreneurs du BTP restent pessimistes quant à l’accroissement de leur masse salariale. Il semblerait pourtant que ce ne soit pas le cas du groupe NGE, qui lance une campagne de recrutement afin de renforcer ses effectifs de 200 nouveaux employés. Pour ce faire, l’industriel français prévoit non seulement d’aller à la rencontre des étudiants et professionnels lors de salons, mais également d’utiliser les réseaux sociaux pour capter les profils les plus intéressants. Décryptage.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter