(Vidéo) Une start-up française installera deux prototypes d'éoliennes flottantes au Japon Vie des sociétés | 17.06.15

Partager sur :
La start-up française Idéol, basée à la Ciotat et le groupe japonais Hitachi Zosen (Hitz) ont annoncé mercredi la signature d'un contrat pour ériger deux prototypes d'éoliennes flottantes auto-stabilisées en mer du Japon avant fin 2017. Ce contrat entre dans le cadre de l'objectif du Japon d'augmenter la part des énergies renouvelables dans leur mix énergétique. Explications.

Les technologies françaises s'exportent à l'étranger. La french touch vient cette fois-ci de séduire le Japon, dont le ministère de la l'Industrie s'est fixé un nouvel objectif en avril dernier, d'augmenter la part des énergies renouvelables de 10 % en 2014 à 24 % en 2030.

« C'est une très bonne nouvelle, d'autant que le Japon est le deuxième marché pour l'éolien flottant avec la France », s'est réjoui Pail de la Guérivière, président directeur général d'Ideol. « Ce premier contrat majeur nous permet de démontrer la rentabilité de notre business model et de prouver notre capacité à exporter notre technologie flottante dans les environnements marins les plus exigeants », ajoute le PDG.

L'entreprise propose un système d'éoliennes flottantes « auto-stabilisées » avec un principe simple : un flotteur muni d'une piscine latérale - brevetée sous le nom de « damping pool » - permet d'assurer la stabilité de la structure. Ce flotteur est constitué d'une coque en béton, alors que les projets concurrents utilisent plutôt des coques en acier.

Des coûts d'installation divisés par deux

Le bassin intérieur a été conçu de façon à ce que les phénomènes de ballotement de l'eau retenue à l'intérieur amortissent les mouvements du flotteur et permet donc de « réduire le coût » du dispositif. Construite à terre, l'éolienne est ensuite remorquée en mer par bateau sur son lieu d'installation.

« Aujourd'hui, l'éolien en mer ce sont des fondations obligatoires, ça marche dans des endroits à 20, 30 mètres de fond maximum. Avec notre système, on peut installer des éoliennes au large où le vent est plus régulier et sans impact visuel », avance Paul de la Guérivière.

L'entreprise assure qu'avec sa technologie, les coûts d'installation des éoliennes sont divisés par deux.

En France, la start-up fondée en 2010 doit également déployer cette année un démonstrateur de son éolienne au large du Croisic (Loire-Atlantique). Cette éolienne sera équipée d'une turbine de 2 mégawatts fournie par l'Espagnol Gamesa, pilote de ce projet qui regroupe sept partenaires européens.

C.T (avec AFP)
© Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Eolien offshore : Ideol construit 2 fondations flottantes au Japon

Eolien offshore : Ideol construit 2 fondations flottantes au Japon

Il y a un mois, Ideol annonçait le lancement de la construction de Floatgen, la première éolienne flottante française. Ce jeudi, la société a officialisé le lancement de deux nouveaux démonstrateurs au Japon. Ces flotteurs seront équipés d’éoliennes distinctes et seront fixés au moyen de lignes d’ancrage fabriquées dans des matériaux là encore différents.
Au Japon, Kyocera construit une centrale solaire flottante de 13,7 MW

Au Japon, Kyocera construit une centrale solaire flottante de 13,7 MW

Kyocera TCL Solar a lancé la construction de la plus importante centrale photovoltaïque flottante au monde. Cette centrale solaire sera construite sur le réservoir du barrage de Yamakura au Japon. Elle comprendra environ 51 000 modules Kyocera installés sur une surface d’eau douce couvrant 180 000 m2. Sa mise en service est prévue pour 2018. Elle deviendra alors la 4e centrale photovoltaïque flottante mise en place par la société japonaise.
La maison en bord de mer fait toujours rêver les Français (enquête)

La maison en bord de mer fait toujours rêver les Français (enquête)

En amont du salon « Faire construire sa maison », qui se déroulera les 21, 22 et 23 septembre prochains, PAP Événements et l’institut d’études YouGov ont partagé le 28 août les résultats d’une enquête inédite portant sur la perception de la maison idéale par les Français. Ainsi, près d’un tiers des répondants espère un jour disposer d’une demeure sur la côte, tandis que la ville, à l’inverse, ne séduit que 13% des sondés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter