Chantiers de démolition : un guide pour faire le point sur les bonnes pratiques à adopter Vie pratique | 08.02.17

Partager sur :
Le SNED (Syndicat national des entreprises de démolition), l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), la CNAMTS (Caisse nationale d’assurance maladies des travailleurs salariés) et l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) ont croisé leurs compétences afin de publier un « Guide des bonnes pratiques en démolition ». L’occasion de revenir notamment sur les bons gestes à adopter pour réduire l’exposition des travailleurs aux poussières.
Toujours aussi impliqués dans les problématiques relatives à la Santé et sécurité au travail des professionnels du BTP, le SNED, la CNAMTS, l’OPPBTP et l’INRS viennent de publier un document intitulé Poussières – Guide de bonnes pratiques en démolition.

Objectif : « capitaliser les bonnes pratiques sur les chantiers de démolition permettant, d’une part de réduire les expositions des opérateurs aux poussières et, d’autre part, de diminuer les émissions dans l’environnement », comme l’indiquent les organismes à l’origine de cette initiative.

Un risque réel sur la santé et la sécurité

Accessible gratuitement depuis le site de l’INRS, la brochure se focalise sur les risques liés à l’exposition aux poussières, ne traitant pas directement des chutes de hauteur, effondrements de structure et autres problèmes de flux et de circulation.

Le guide rappelle notamment que certaines poussières (silice cristalline, plomb, bois, fibres minérales, amiante et fumées d’oxycoupage) sont particulièrement dangereuses pour la santé. Pour pallier ce problème, la réglementation en vigueur oblige les entreprises à protéger au mieux la santé des salariés intervenant sur des chantiers de démolition. Des limites de concentration de certains agents chimiques sont également fixées et ne doivent pas être dépassées.

Le rapport révèle également les résultats d’une campagne de prélèvements atmosphériques de poussières réalisée par les laboratoires interrégionaux de chimie des Carsat (Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail) et de la Cramif (Caisse régionale d’assurance maladie d’Île-de-France).

Ces tests ont démontré que « lors de travaux de démolition, des situations exposant aux poussières ont été clairement identifiées ». De là, la brochure énumère plusieurs bonnes pratiques à adopter pour assurer la sécurité de chacun.

Vers la mise en place de nouvelles dispositions

L’organisation du chantier, les différentes étapes de curage de d’écrêtage, l’abattage à l’aide d’engins lourds et le procédé de découpe par oxycoupage sont autant de points qui peuvent être optimisés, selon le guide.

Surtout, le document s’attarde sur les différents outils de prévention à mettre en place afin de protéger les ouvriers. Parmi eux, la ventilation reste un moyen fiable de réduire les expositions aux poussières, avec un captage à la source, « qui consiste à aspirer les poussières au plus près de leur point d’émission », ou un système de ventilation générale « qui consiste à diluer la pollution résiduelle par balayage au moyen d’une extraction mécanique d’air […] avec rejet de celle-ci à l’extérieur ».

Le guide préconise également un traitement des poussières par voie humide, qui s’appuie sur plusieurs dispositifs différents :
- l’arrosage simple, qui repose sur l’utilisation d’une quantité importante d’eau pour traiter les poussières et humidifier les stocks de matériaux avant manipulation ;
- la brumisation légère, grâce à laquelle un mélange d’air et d’eau est projeté sous forme de gouttelettes ;
- la brumisation lourde, qui « conserve le principe de projection d’un mélange d’air et d’eau sous forme de fines gouttelettes, avec des moyens plus conséquents et des portées plus importantes » ;
- la saturation humide, utilisable uniquement en intérieur, permettant d’augmenter l’hygrométrie d’une pièce afin d’alourdir les particules de poussières par l’eau, qui tombent alors au sol.

Autant de bonnes pratiques qui, si elles étaient mises en place, pourraient contribuer à préserver la bonne santé des professionnels.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'OPPBTP consacre un nouveau guide à l'héliportage

L'OPPBTP consacre un nouveau guide à l'héliportage

Particulièrement pertinent en cette période d’intempéries de toutes sortes, l'héliportage permet aux professionnels du bâtiment de transporter des outils ou matériaux afin d'approvisionner des chantiers difficiles d'accès. Afin d'éviter tout incident dû à ce procédé, l'OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) a récemment publié un guide reprenant les règles de bonnes pratiques de l'héliportage. Présentation.
L’OPPBTP alerte sur le risque électrique avec son nouveau guide

L’OPPBTP alerte sur le risque électrique avec son nouveau guide

Après l’héliportage, c’est plus récemment aux travaux en toiture et façade que l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) s’est intéressé à travers la publication d’un nouveau guide. Plus spécifiquement, ce document inédit concerne le risque électrique, encore trop important dans le secteur de la construction. Présentation.
La sécurité sur les chantiers briques au cœur d’un important dispositif numérique

La sécurité sur les chantiers briques au cœur d’un important dispositif numérique

Soucieux de la sécurité des artisans intervenant sur les chantiers de maçonnerie brique, la FFTB s’est associée à l’UNA Maçonnerie Carrelage de la CAPEB, l’UMGO-FFB, l’OPPBTP, le CCABTP, l’IRIS-ST et la Cnamts afin de proposer un guide d’un nouveau genre. En effet, ce dernier présente les bonnes pratiques à adopter pour garantir la sécurité et le confort de chacun, le tout sous la forme d’un jeu accessible sur ordinateur, tablette et smartphone. Tous les détails.
Prévention : l'OPPBTP alerte sur le risque routier

Prévention : l'OPPBTP alerte sur le risque routier

Décrété grande cause nationale en 2002, le risque routier reste un sujet de préoccupation notoire pour les entreprises du BTP. Néanmoins, si elles sont de plus en plus nombreuses à l'intégrer à leur Document Unique, peu d'entre elles mettent en place un plan d'actions pour le traiter efficacement. Face à ce constat, l'OPPBTP propose un dispositif alliant outils, formations et partenariats afin d'encourager les professionnels à reconsidérer le risque routier.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter